Hop une citation !
Publié le 20/11/2010

Le peintre qui s'apprête à peindre le soleil fait des théories et, quand il veut commencer, le soleil n'est plus là.


Jules Renard

« Si vous voulez avoir des idées propres, changez-en comme de chemise. »
Francis Picabia 

Plus de...

citations

 ! 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 20 juillet 2011 à 09:14

Les quatre saisons

mais sans anchois, s'il vous plaît

J’aimerais m’excuser publiquement. Souffrant de procrastination tenace et d’inspiration volage, je nourris le rêve secret d’être un jour choisi comme mascotte de l’Amicale internationale du syndrôme de la page blanche. Si l’inaction devenait sport olympique, je pourrais facilement prétendre à une médaille, si je n’avais pas bêtement loupé le délai limite d’inscription. Je suis prêt à saisir n’importe quel prétexte pour ne pas m’y mettre. Avant Internet, déjà, je préférais réactualiser cent fois ma boîte aux lettres et mon quotidien préféré plutôt que de me mettre à bosser. Il est des jours où je m’ennuie tellement que j’ai l’impression d’entendre mon cerveau fondre, où je m’ennuie tellement que je regarde les étapes de plat du Tour de France en entier,… Tiens, je suis tellement accro à la procrastination que j’ai même un compte Google+, c’est dire ! Google +, ça ressemble un peu au croisement de Twitter et de Facebook, c’est-à-dire qu’on y parle essentiellement de la météo, comme sur Twitter, et du temps qu’il fait, comme sur Facebook. Et justement, c’est pour ça que j’aimerais m’excuser publiquement. L’autre jour, on m’a demandé « plus estival, ton prochain article ». Je me voyais déjà me rouler nu dans le sable fin, rire en courant, échevelé et exubérant, dans les embruns mordorés, et des glaces aussi, c'est important, les glaces, mais encore cinq minutes, il y a un coureur mexicain en échappée, il a quarante-deux secondes d’avance sur le peloton et il va aborder une côte de quatrième catégorie, ça a l’air important et... Ah ben tiens, l’été est fini, dirait-on. Quand je te disais que j'étais prêt à n'importe quoi pour remettre à plus tard !

Le 5 mars 2012 à 10:53

Expirée, l'inspiration ?...

J’ai pourtant tout essayé : comme Dali, j’ai expliqué à une jeune fille de mon entourage qu’elle était, qu’elle le veuille ou non, désormais ma muse ; comme Philip Roth, j’ai tenté d’écrire debout, puis, puisque cela ne fonctionnait que moyennement, j’ai ensuite, comme John Fante cette fois, tenté d’écrire assis dans ma cabine de douche. Mais rien n’y fait : l’inspiration, cette fille de l’air un peu fourbe, continue de me fuir en ricanant, et ma page demeure désespérément blanche (et maculée de gel douche de pH neutre…).Peut-être me faut-il vivre une vie un brin plus trépidante, pour enfin coucher sur le papier quelques mots, qui, placés judicieusement, relateraient des événements un tantinet plus dignes d’intérêt que le compte-rendu du dernier changement de pile de la télécommande de mon téléviseur « HD Ready » de bourgeois… Aussi, lorsque la Police sonna à ma porte l’autre jour, je fus littéralement foudroyé de bonheur, m’écriant intérieurement « Youhou ! », et me réjouissant à l’avance en imaginant les centaines de paragraphes qu’allait me rapporter cet intermède judiciaire forcément empli de quiproquos, de terribles gun-fights au milieu de flics ripoux, et de jugements à l’emporte-pièce pris par des magistrats forcément corrompus… Mais quelle ne fut pas ma déception quand le représentant des forces de l’ordre qui venait de prendre la peine de poser délicatement son gros index boudiné sur la sonnette de mon loft provincial, m’expliqua qu’ils n’était là que pour m’enjoindre à déplacer mon véhicule de marque japonaise aux formes bizarroïdes de devant la porte du garage de mes charmants voisins (oui, bon, j’avais bêtement oublié ledit véhicule à cet endroit- là après avoir déchargé mes courses…).Non sans les avoir suppliés de rester et de me trouver une culpabilité quelconque dans la terrible affaire criminelle de leur choix, je dus me résoudre à regarder, la larme à l’œil, les valeureux garants de l’ordre regagner leur véhicule dans le soleil couchant ; et malgré une tentative désespérée : « Mais attendez ! J’ai l’air sympa comme ça, mais si ça se trouve, je mange des enfants ! », ils s’en retournèrent, indifférents, secourir la veuve et l’orphelin. Tel un adepte de cette secte mexicaine quelque peu étrange qu’est le « cinéma-guerilla » - qui fait du cinéma, comme ça, pour faire du cinéma – peut-être devrais-je tout bêtement me résoudre, moi aussi, à écrire, comme ça, pour écrire, parce que je l’veux, parce qu’il le faut.A tout bientôt, donc…

Le 12 novembre 2010 à 12:05

Au secours les mots : Eric Pessan défend le mot "grève"

Délivrons les mots récupérés et dévoyés!

Parce que la langue est le lieu d'un champ de bataille idéologique, il faut s'occuper des mots dénaturés ou vidés de leur sens par les politiques et les médias. Klemperer Junior invite des auteurs à les réhabiliter. Postez vous aussi vos contributions ici.Un jour de grève d'octobre 2010, quelque part en France…" Font chier avec leurs grèves"." Mes enfants, je les ai mis à Saint-Blaise, là-bas les profs ne font jamais grève », entends-je ce matin, en accompagnant mon fils à l’école, alors que je suis occupé à regarder le ciel par-dessus le village, magnifique éboulement de nuages tirant sur l’orangé. Le ciel est vaste en haut de la rue du Coteau, et toujours beau. Je le regarde, ce ciel, et me demande si le mot "grève" a un rapport avec la grève, celle du bord de mer ou de rivière, où on peut perdre pas mal de temps à observer l’eau couler sans rien faire. Effectivement, l’arrêt volontaire du travail par les salariés dans un but de protestation doit son nom à la place de la Grève à Paris (maintenant place de l’Hôtel-de-Ville) où avaient lieu les exécutions et où les ouvriers attendaient chaque matin une hypothétique embauche. La place de la Grève, elle, était nommée ainsi parce que située sur une grève de la Seine. CQFD.Ce matin, il a gelé, à peine, un voile blanc sur les champs en contrebas. C’est la grève, ceux qui la font roulent sous les insultes de ceux qui la subissent, on nous répète à loisir que la grève est irresponsable, puérile, idiote, inutile. On vomit un mot, on le brandit comme une menace, comme une malédiction, une erreur, une folie.Partout, la grève provoque de l’attente. Les mains bien au chaud dans mes poches, je fais un petit détour par les vignes avant de rentrer de l’école pour rejoindre mon bureau. L’attente d’un train, l’attente d’un métro ou d’un tramway. L’attente dans le piétinement lent des manifestations : la grève renvoie chacun à la patience matinale des ouvriers qui – chaque jour – espéraient être choisis et gagner le droit d’aller travailler. L’attente est devenue insupportable, le moindre retard ou le moindre report viennent heurter notre routine. C’est la grève, donc, et je me dis que lorsque l’on attend, les yeux dans l’eau ou les yeux dans le ciel, on se met à penser. C’est sans doute pour cela que la grève est belle, que ce mot est magnifique : sur la grève, face aux flux sociaux, aux remous et aux courants, on est seul et on réfléchit.Eric Pessan écrit des romans, des nouvelles, des pièces de théâtre et des fictions radiophoniques. En un mot, il est auteur. Il collabore avec des artistes plasticiens, ainsi qu'à de nombreux ouvrages collectifs, comme au site remue.net. Ses derniers ouvrages : Un matin de grand silence (avec Marc Desgrandchamps, Ed. du Chemin de Fer), La fête immobile (avec Hervé Plumet, Ed. Presque Lune) et Tout doit disparaître (pièce de théâtre, Ed. Théâtre Ouvert, coll. Tapuscrit).Illustration : Dupont&Barbier www.dupont-barbier.com    

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
La masterclass de Dominique Bruguière, créatrice lumière
Live • 19/11/2020
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication