Laure Albernhe
Publié le 31/03/2011

Sainte Rita, priez pour nous


Carte postale d'Italie

Rita Dalla Chiesa n'a pas vraiment le physique de son nom (Sainte-Rita est la patronne des désespérés et "la chiesa", en italien, c'est l'église). Car son physique est typiquement celui d'une présentatrice d'émission pour une chaîne berlusconienne. Il se trouve d'ailleurs que c'est son métier : elle anime le talk-show "Forum" tous les jours à l'heure du déjeuner sur Canale 5, média appartenant au Condottiere. Elle se dit ouvertement de droite mais jamais, évidemment, elle ne se prêterait au jeu propagandiste du président du Conseil. Pourtant, c'est elle qui a invité une habitante de L'Aquila, cité sinistrée, on s'en souvient, par un séisme il y a bientot deux ans. Sur le plateau de "Forum", Marina Villa a décrit son calvaire, ce terrible traumatisme qu'ont vécu comme elle les habitants de la ville, traumatisme heureusement apaisé par la rapide et efficace intervention de l'état, qui a relogé les sinistrés dans des logements neufs ou dans des hôtels à titre grâcieux. Deux ans après la catastrophe, la ville serait en voie de retrouver son visage radieux d'antans…
Oui, mais voilà… Si Marina Villa habite bien dans les Abruzzes, c'est à une heure de route de L'Aquila. En admettant qu'elle ait effectivement ressenti les secousses, elle n'a pu voir "les radiateurs voler" qu'à la télé, et peut-être bien sur une chaîne berlusconienne, qui sait? La mère de famille, dévoilée, a présenté des excuses aux victimes du tremblement de terre, expliquant qu'elle s'était grisée sous les projecteurs, avouant qu'elle a récité un texte mais niant avoir reçu la rémunération de 300 euros que les médias l'accusent d'avoir touchée… Sainte-Rita, patronne des (faux) désespérés a juré, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
Laure Albernhe parle dans un micro, c’est son métier. Elle fait ça très tôt le matin et sur une radio qui s’appelle TSFJazz. Parce que le jazz, elle aime ça. Elle aime aussi beaucoup les mots, alors il lui arrive d’écrire, ce qu’elle a fait comme journaliste pour le quotidien économique La Tribune puis, bien des années plus tard, pour le Magazine Jazzman.
 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 14 avril 2012 à 08:41
Le 20 juin 2010 à 10:30

Quand un "ceinture noire" voit rouge, on rit jaune

Signe (de la dégradation) des temps

J'ai mal à mes médias. Le boss de Radio France a été mis en examen à la suite d'une plainte de David Douillet, judoka converti en politique, au sens de l'humour visiblement assez limité. Peut-être à cause de la fréquentation de Mme Chirac, mais passons car là n'est pas la question. David Douillet reproche à une journaliste de France Inter d'avoir diffusé dans son journal un bout d'interview (enregistrée) de l'eurodéputée Eva Joly, des propos tenus en 2009, qui insinuaient que le député des Yvelines était l'heureux détenteur d'un compte bancaire dans un paradis fiscal. Soit. Admettons que ce soit faux, admettons qu'Eva Joly ait eu la langue trop bien pendue, admettons que David Douillet l'attaque en justice pour diffamation (ce qu'il a fait), ça le regarde, s'il estime que son honneur d'homme politique doit être lavé. Là non plus n'est pas la question. Là où l'affaire devient proprement scandaleuse, c'est quand le média qui a diffusé l'interview est lui-même attaqué. C'est une nouvelle limite qui est franchie. Quelle place reste-t-il aux journalistes? Va-t-il falloir nettoyer les interviews avant leur diffusion? N'entendrons-nous dans nos radios, ne lirons-nous plus dans nos journaux que des infos qui ne blessent personne? Au moment où l'on célèbre Paris-Londres, on se dit que cette nouvelle n'est pas une si mauvaise nouvelle car l'avenir, finalement, n'est pas si noir pour les journalistes : progressivement, ils vont avoir l'opportunité de se placer dans la frange des résistants. Les carottes sont cuites.

Le 12 janvier 2011 à 09:01

« Dire que la Tunisie est une dictature univoque me semble tout à fait exagéré »

Frédéric Mitterrand, Canal +, dimanche 9 janvier 2010

Quand on tourne trop sa langue de bois dans la bouche avant de parler, on donne des verges pour se faire battre. Invité à réagir aux événements de Tunisie où, depuis trois semaines déjà, une révolte sociale et morale contre le régime Ben Ali est réprimée férocement par la police, le ministre de la Culture improvise une formule moins ciselée que celles dont il nous enchantait dans ses épopées de têtes couronnées, du temps où il s’appelait « Fred ». Qu’a-t-il voulu dire au juste en trouvant « exagéré » qu’on puisse avancer  que « la Tunisie est une dictature univoque » ? Beau diseur et fin lettré, il s’est peut-être risqué à suggérer que la dictature est un mot qui ne recouvre pas seulement un sens mais plusieurs ? Du point de vue des victimes ce n’est pas convaincant sur le coup. Ou plutôt sous les coups. Même une dictature qui ne serait plus « univoque » mais à l’inverse « équivoque » n’en serait pas plus supportable, l’ambiguité servant plus sûrement de masque à la terreur. Il était le premier des ministres du gouvernement Fillon à s’exprimer publiquement sur le sujet. Certains de ses prédécesseurs, rue de Valois, auraient saisi l’occasion pour se ranger du côté des « forces de l’esprit » (comme disait « Tonton »). Artistes matraqués, journalistes embastillés, bloggeurs hadopisés, les prétextes ne manquent pas en ce moment. Ça n’a pas suffi. M. le ministre de la Culture et de la Communication, bonsoâââârr…

Le 14 juillet 2010 à 14:37

Kodi

On rigole bien en France. Kodi (Claude-Michel Wilfrid) a 26 ans.  Kodi avait un travail, une vie sociale et une vie tout court, comme tout le monde. Il habitait Port-au-Prince. Oui mais voilà : à Port-au-Prince il y a eu un tremblement de terre, et Kodi y a tout perdu, comme ça, en quelques minutes (certainement dans le but de faire son intéressant, Kodi, tout le monde le sait, est comme ça). Une explosion au propane, ça pardonne pas : Kodi est brûlé au visage, aux mains, au torse, au dos et aux jambes. Comme Kodi ne fait rien à moitié, il possède également de nombreuses plaies ouvertes, certainement pour se donner un genre, faire son rebelle et se la péter grave devant ses potes (quel sacripant ce Kodi!). Jusque là me direz-vous, ce n'est pas très drôle. Rassurez-vous, c'est maintenant que ça va le devenir, promis. Kodi, cet immonde opportuniste, a bénéficié de la mesure qui a permis à de nombreux Haïtiens de séjourner en France pour traitements d'urgence. Alors la France, comme c'est un grand pays, elle l'a soigné le Kodi pendant tout ce temps. Sans rien demander. Très généreusement. A Lamalou-les-Bains. Lamalou-les-Bains c'est très joli en plus. Parce que la France elle a la classe atomique : elle ne rechigne devant rien, et a un cœur gros comme ça. Oui mais voilà, Kodi est en France depuis bientôt trois mois, et la France, et bien, elle permet aux Haïtiens de ne rester que trois mois, c'est la loi (la France elle est altruiste mais elle a des règles). Alors dans sa très grande mansuétude, eh bien elle a décidé qu'il fallait le renvoyer à Port-au-Prince le Kodi. Parce qu'après tout la France, elle est bien gentille, mais cette petite frappe de Kodi faudrait pas qu'elle prenne ses aises ici et ne profite trop du système. Il est pas complètement soigné Kodi ? Bah, il avait qu'à cicatriser plus vite aussi (il est d'un lent ce Kodi... c'est le premier pour faire des conneries, mais pour ce qui est de cicatriser dans les délais impartis, on attend toujours...). Alors Kodi, on va le renvoyer là-bas. Bon d'accord, il ne peut plus vraiment se servir de ses mains, aura des difficultés certaines à retrouver du boulot dans son état mais bon, la France elle fait ce qu'elle peut hein et quand elle dit trois mois, et ben elle dit trois mois: la France, elle transige pas avec les contrats ! Le Kodi il est bien mignon, mais faut pas pousser mémé dans les orties non plus.  La France, elle aime pas les profiteurs. Quel salaud ce Kodi... Je vous l'avait dit, on rigole bien en France... > plus dans le Midi Libre > plus sur Facebook

Le 3 août 2011 à 12:23

« Je serai la présidente des solutions »

Ségolène Royal, Europe 1, mardi 2 août 2011.

La ci-devante candidate présidentielle n’est peut-être pas une idéologue, mais comme tautologue elle assure. A la tête d’un pays mieux vaut  en effet lui apporter des solutions que se noyer dans ses problèmes. Dès à présent, elle ne se repose pas Ségolène Royal et laisse les vacances à ses rivaux de la primaire socialiste. C’est qu’elle ne manque pas d’idées, mais qui ont souvent l’inconvénient de pécher dans le suivi. Alors aidons-la à former le gouvernement d’une présidente des « Solutions ». Quitte à chambouler les étiquettes. A Matignon, un Premier ministre des « Exécutions » s’imposerait, poste où un bourreau de travail est requis, ça va sans dire. Au Budget un simple secrétaire d’Etat aux « Equations » suffirait ( Bac S exigé), alors qu’à l’Economie le portefeuille des « Hypothèses » est justifié tant les indices sont précaires, les cours instables et les échanges irréguliers. A l’Intérieur un ministre des « Elucidations » nous changerait de prédécesseurs en charge des horions, privations et autres stigmatisations. Aux Affaires étrangères, pleine compétence pour les « Complications » sachant que l’Occident n’est pas moins compliqué que l’Orient et que l’Europe est un sac de nœuds. Pourquoi du coup ne pas nommer à ce poste un ex-belge : en l’occurrence un Wallon « rattaché » à la France ? Il est probable que lorsque Ségolène sera présidente,  les Flamands auront bien fini pas déployer les ailes de leur indépendance. Et c’est ainsi que la France serait (encore plus) grande !

Le 28 juillet 2013 à 08:37

Jean-François

Je n’aimerais pas mourir pendant qu’il passe quelque chose d’intéressant à la télé. Comme par exemple un match de football entre deux équipes brillantes et qui serait de ce fait le match du siècle. Ou bien une réclame pour un produit qui s’apprête  à révolutionner la vie de tous les jours du consommateur lambda. Ou bien le discours de démission en direct d’un président de la République en place depuis plus de sept ans. Ou bien un film d’amour très émouvant qui, même si l’on sait très bien qu’à la fin l’héroïne meurt de la tuberculose, réussit toujours à faire pleurer et cela malgré les nombreuses rediffusions. Ou bien un documentaire animalier sur les chatons ou de manière plus générale un documentaire sur les bébés animaux qui sont les choses les plus mignonnes au monde après les hommes musclés qui portent torses-nus, des bébés dans leurs bras. Ou bien une télé-réalité dans laquelle une blonde aux seins refaits vomirait dans une piscine parce qu’elle serait saoule (la blonde aux seins refaits, pas la piscine) et qui ferait scandale aurès de la ménagère de plus de cinquante ans. Ou bien une télénovela mexicaine bien nunuche et bourrée de clichés. Ou bien un bulletin météorologique annonçant l’arrivée d’une tempête tropicale en Europe centrale. Ou bien le premier film pornographique en trois dimensions. Ou bien alors le tirage d’un loto des plus intéressants présenté par une nouvelle animatrice intimidée qui buterait sur les mots « et tout de suite le numéro complémentaire est le… » et s’excuserait d’un petit sourire des plus charmants. Ou bien encore une émission culinaire explicitant de manière très claire l’art des pieds et paquets ce qui contribuerait à la réhabilitation des pieds et paquets dans la gastronomie contemporaine française… En fait, je n’aimerais pas que ma mort soit associée à un évènement banal plus important que ma mort elle-même. Je veux juste qu’on se souvienne un peu de moi et qu’on se dise : « Jean-François ? Barf, il était rudement sympa quand même comme type ». Juste ça.                                                                                                                Jean-François, pupille de la natation.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication