Andrea Marcelli
Publié le 28/04/2011

Silvio Blues


Carte postale d'Italie

      Partager la vidéo 
Présentation d'un autocrate redevenu chanteur de charme
Qui suis-je ? J’étais Silvio, j’étais Christ, j’étais Napoléon, j'étais même Néron… J’étais la panacée d’un peuple de lâches. J’étais un homme kidnappé par l’idée des autres hommes, esclave moi-même parmi les esclaves, détraqué encensé par les sots, fanfaron adulé sous le soleil cathodique de la Méditerranée… Aujourd’hui je ne suis plus… la poudre aux yeux s’est dispersée au vent, je rejette tout ce que j’ai reçu, je reprends ma vie, debout, je déchire mes costumes trois pièces, j’arrache les boutons d’or de mes blazers, fi aux yes men, beurk aux femelles affamées… j’étouffe la haine, la violence, le pouvoir sous la puissance aérienne de mon torse qui chante… libre !
Il nait le 21 novembre 1969 en Italie, sous le signe du scorpion. Depuis il vit en essayant d’atténuer ses hauts et ses bas. Dans sa vie il a sûrement réussi une chose : quitter son pays pile poil au moment où Silvio arrivait au pouvoir. Paris est sa terre d’accueil. Sa pièce Silvio Blues, parodie d'un autocrate qui renoue avec son passé de chanteur de charme, est chez http://emue.fr/silvio-blues/ 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 22 avril 2012 à 09:31

Pour ou contre 18 heures 30

Dernière polémique avant fermeture (des bureaux de vote)

Il fallait s'y attendre, à l'heure où s'achève la campagne pour le premier tour de l'élection présidentielle, une ultime polémique s'ouvre. La technologie, éternelle responsable de nos maux les plus divers, nous précipite vers l'anarchie. Et l'on va bafouer la Loi, et l'on va dénaturer le vote des Français. De sales petits opportunistes voudraient annoncer le résultat de l'élection avant l'heure, dont tout le monde sait que ce n'est pas l'heure. D'abord, l'ennemi est à l'extérieur, un étranger pour tout dire. Un étranger francophone, mais un étranger tout de même. Suisse, Belge, quoi d'autre ? Anglais aussi, probablement, les Anglais (et qui plus est sont en grand nombre anglophones) ont toujours un sale truc à se reprocher dans les vilaines histoires. Des sites d'information, et ce tout à fait légalement puisque non soumis à la loi française, iraient pérorer le nom du vainqueur privant nos chaînes nationales de la primeur de notre information. Ah ! Misère ! On joue contre nous avec nos propres lois. On se croirait en Europe !Mais l'ennemi est également intérieur, comme si la coalition belgo-helvétique ne suffisait pas. Dès 18 heures 30, les serins du Web, professionnels et amateurs iraient gazouiller le nom des finalistes dans leur cuicuiteur, sur la page de leur « livre à figures », alors même qu'à certains endroits de l'Hexagone (il paraît que c'est dans les coins que l'on s'arrête le plus tôt) les gens n'ont pas fini de voter. Imaginez donc que cela incite les abstentionnistes à se déplacer en nombre ! Que deviendrait l'élection sans abstention ?Aussi, que ne promulguons-nous un décret interdisant purement et simplement 18 h 30. Dès 6 heures du soir, le temps s'arrêterait pour ne reprendre qu'à 20 heures et le tour serait joué.On se demande vraiment à quoi ils pensent au gouvernement.

Le 25 juin 2011 à 06:40

# 4 - Yesterday - Kay Pop remix - The Beatles - Count Basie VS Booka Shade

Seoul Juke Box

Yesterday, sort en 1965 sur l’album « Help » des Beatles et va devenir la chanson la plus reprise avec plus de 3000 versions et la plus diffusée par les radios du monde. Cet été 1965, le monde est une promesse d’avenir radieux, de jeunes étudiants amoureux se baignent dans le fleuve Han et prennent le soleil en écoutant Yesterday sur un transistor ramené des USA par les GI’s de la base. Cette même année, 3 ans avant 1968, le sociologue américain Seymour Lipset publie une thèse expliquant que la situation dans laquelle se trouvent les étudiants serait  propice à la contestation et à un changement de monde. Au même moment Che Guevara se rend en Corée du Nord et, faisant peu cas de la famine et la torture, déclare que « ce pays est un modèle révolutionnaire auquel Cuba devrait aspirer ». Séoul est à peine plus grand que Bordeaux, la partie sud du fleuve est une campagne marécageuse infestée de moustiques et personne ici ne boit du vin. Et les Beatles chantaient, un truc qui colle encore au cœur, au corps et au slip  : Hier, tous mes problèmes me paraissaient si loinAujourd'hui, on dirait qu'ils sont là dans le but de resterOh, je crois en hierSoudainement, je ne suis pas la moitié de l'homme que j'étaisIl y a une ombre suspendue au-dessus de moiOh, hier est venu soudainement Aujourd’hui on ne se baigne plus dans les eaux sombres et lourdes du fleuve Han. Seul le monstre de « The Host » y montre le bout de sa queue. La base et les Gi’s sont toujours là après le Vietnam, l’Irak, L’Afghanistan. Des millions de Nord Coréens souffrent encore de la torture et de la famine. Les jeunes étudiants manifestent contre le prix des inscriptions à l’université mais ne veulent surtout pas changer le monde. Des milliers de jeunes nantis branchés sud coréens portent des T shirt  avec le visage du Che et surconsomment leur vie en plastoc tandis que leurs pères se rejoignent au Cigar Club pour fumer de gros cubains. Les quartiers ultra modernes du sud du fleuve Han sont dix fois plus grands que Bordeaux. Les moustiques prennent l’ascenseur et se hissent jusqu’au 63ème étage de la tour et viennent sucer le sang sucré de l’élite qui déguste des grands crus de 1965 et réclame au dee-jay Kay d’Orsay dans une nostalgie chic et vintage de jouer le dernier remix de Yesterday, 3001ème version d’un 21ème siècle radieux actif.    (Another Barbarian in Asia – Henry Halfwarm)

Le 10 février 2015 à 09:24

"Ce monde n'aurait jamais été le même sans moi", affirme une boule de mozzarella

Voici 125 grammes de fromage italien visiblement fiers d’être ce qu’ils sont. Dans un entretien publié ce matin dans le quotidien Libération, Lisa, une jolie sphère exclusivement composée de lait de bufflonne, règle ses comptes avec ses détracteurs mais aussi avec les autres médias. L’élément de pâte filée en profite également pour réaffirmer son statut d’aliment star dont le rôle est l’une des clés de la société moderne. Le parfait équilibre entre fraîcheur et saveur « Certes il y a eu l’électricité, il y a eu Internet, mais nous savons tous que ce monde n’aurait jamais été le même sans moi, la mozzarella », attaque d’entrée Lisa dans ce qui pourrait ressembler à un propos parfaitement égocentrique et narcissique. Mais la boule de fromage, encore imprégnée de son jus, réfute tout égo surdimensionné : « Je sais bien que d’autres inventions ont littéralement changé la face du monde. Je dis juste que la création de la mozza’ a été un tournant dans l’histoire de l’humanité et de la gastronomie. » Originaire de la Campanie, Lisa se dit « fière de ses racines ». Découverte il y a près de 900 ans, cette mozzarella tente d’expliquer son succès qui ne faiblit pas depuis : « Déjà, je suis particulièrement bonne. Je représente le parfait équilibre entre fraîcheur et saveur. Ensuite, le fait d’être en boule me rend à la fois sympathique et ludique. On a envie de me croquer, de me lancer contre une batte de baseball ou de m’accrocher à un sapin de Noël. Chose qu’on ne peut pas faire par exemple avec un gouda au cumin. » Enfin, non sans fair-play, Lisa salue la percée récente de sa petite-cousine, Florentina, la corpulente burrata devenue populaire ces dernières années : « Je suis très contente de ce qui arrive à Flo’ ces derniers temps. Elle le mérite. Son cœur crémeux est une véritable révolution culinaire même si j’ai la prétention de croire qu’elle ne pourra jamais m’éclipser dans le cœur des gourmets », explique la sphère de mozzarella. Des envies de politique Interrogée sur sa vision de l’avenir, Lisa révèle les quelques grandes lignes de sa stratégie ainsi que son désir d’engagement : « Je pense avoir accumulé suffisamment d’expérience pour me lancer en politique. Pour tout vous avouer, je suis déprimée quand je regarde notre classe politique et je reste persuadée que la boule de mozzarella que je suis peut faire bien mieux que nos dirigeants actuels et l’opposition. » Un départ en politique qui pourrait bien s’avérer payant si le morceau de fromage arrive à capitaliser sur la côte de sympathie actuelle dont il jouit auprès des électeurs de gauche comme de droite. Le Gorafi

Le 15 décembre 2010 à 12:37

Mario Monicelli : un uomo grande grande

Se faire la belle par la fenêtre

Il se défendait d’être « le père de la comédie à l’italienne ». Tel était son surnom depuis 1958, année de sortie du génial « I Soliti Ignoti » (Le Pigeon). Menée par Peppe la panthère (Vittorio Gassman), boxeur raté mais beau parleur, une bande de cambrioleurs du dimanche projette de commettre un casse au Mont de Piété avant de percer le mauvais mur et de finir attablée dans une cuisine autour d’un plat de spaghettis aux pois chiches, à débattre des talents culinaires de la fiancée de Peppe. Pour Mario Monicelli, la comédie à l’italienne était née bien avant lui du temps de la Commedia dell’Arte, à travers les personnages de Polichinelle ou d’Arlequin, deux serviteurs qui luttent pour sortir de leur condition et se protéger de la misère ou des maîtres qui les maltraitent.  Pourtant, en 65 films et 60 ans de carrière, Monicelli a su mieux qu’un autre brosser les désirs, les désespoirs et les turpitudes des Italiens, donc des humains, en mêlant le comique et la farce à la mort et à la maladie. Réalisateur prolifique et maintes fois couronné – Lion d’or de Venise en 1959 pour « La Grande Guerra » (La Grande Guerre) – il n’a jamais cessé son combat politique, donnant des interviews jusqu’à la fin de sa vie pour brocarder les dérives de Berlusconi et la passivité de ses concitoyens. En 1977 il tourne « Un borghese piccolo piccolo » (Un bourgeois tout petit petit) dans lequel Alberto Sordi, magistral, campe Giovanni Vivaldi, un bourgeois obsédé par l’idée de venger la mort de son fils et qui en perd toute dignité, avant de sombrer dans une folie meurtrière. Le 29 novembre 2010, Mario Monicelli, âgé de 95 ans, s’est jeté par la fenêtre de sa chambre d’hôpital à Rome.  « Un uomo grande grande » (Un homme grand, très grand). Ça ferait un joli titre pour un dernier film.

Le 13 juin 2012 à 09:52

Au plus offrant

Le football est un business, c'est bien connu. Les plus grandes stars se monnaient des millions et la valeur d'un club ne se mesure aujourd'hui plus seulement sur le terrain mais également en bourse. Forts du constat que tout s'achète et tout se vend, quelques supporters belges – dont l'équipe nationale ne participe pas à l'Euro 2012 – ont décidé de louer leurs services et soutiendront finalement le voisin néerlandais qui vient d'entamer difficilement la compétition. Ce mercenariat d'un nouveau genre se fera – rassurez-vous – au profit de l'Unicef mais il ouvre de séduisantes perspectives aux amateurs de profits et de compétitions en tout genre. Imaginez un électeur français dont le champion ne serait pas qualifié pour le second tour des législatives. Plutôt que d'appliquer docilement les consignes de vote de son parti, l'électeur dépité pourrait proposer son vote au candidat le plus généreux. J'entends d'ici les plus pragmatiques rétorquer que l'achat de vote n'est pas une nouveauté et que le clientélisme sévit déjà dans de nombreuses régions mais il s'agirait ici de développer et de systématiser le principe. Ainsi, au lieu de déplorer une abstention massive, on pourrait instaurer un marché global où se croiseraient abstentionnistes cupides et partisans fortunés. A l'instar du marché du carbone, où les pays sous-développés vendent leur droit de polluer, on créerait un marché ou les sous-votants cèderaient leur droit de vote aux plus offrants. Ceci ne serait peut-être pas très démocratique mais avouez que ça aurait de l'allure.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication