Laëtitia Peyre
Publié le 26/06/2011

Mon premier souvenir de lecture, c'est...


Des questions (ou phrases à compléter), quelques lecteurs-amis, un zoom H2 et c'est parti ! Des confidences littéraires recueillies assis en tailleur sur mon canapé, entre les tombes du cimetière Montparnasse, aux terrasses de cafés, au Jardin du Luxembourg, au coin d'une rue avant d'assister à une pièce de théâtre... et même par ordinateurs interposés !

Chaque semaine, je mettais en ligne une nouvelle question et son medley de réponses... Celle consacrée aux premiers souvenirs reste ma préférée, j'ai eu envie de la partager ici. Si les réponses vous touchent autant que moi, rendez-vous sur Klepto'sons (rubrique "Tombés dans le PaneL") pour écouter celles des 15 autres questions...

Bonne écoute.
L

Dérober des mots, des sons, des visages… Squatter les salles de ciné, de théâtre ; être bousculée ! Prononcer, chuchoter ; appréhender l’amer ou le sucré, cette façon qu’ont les mots de rouler dans la bouche, de peser sur la langue. Enregistrer les voix amies, les inconnus aussi. Ecouter, au plus près ces voix uniques, singulières et amplifiées au creux de mon oreille... Prendre le métro, discrètement sortir un micro. Bricoler du son pour mieux fixer les souvenirs… www.dit-l.com

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 29 septembre 2014 à 09:23
Le 21 juillet 2010 à 08:53

Un maxi best of Proust s'il vous plaît !

Alors qu’hier soir, je franchissais gaiement le pas de ma porte dans le sens du retour, ma femme que j’aime bien et qui s’était approchée pour m’embrasser machinalement fut prise, à deux ou trois décimètres de ma personne, d’un vif mouvement de recul : « Ah mais… mais quelle horreur ! Tu pues la friture … ». Et bien oui chère femme que j’aime bien, j’ai lu Proust et maintenant je « pue » la friture, et alors ? Aurait-il été préférable que je rentre de ma journée de lecture parfumé de cuir et de tabac à pipe ? Aurait-ce été plus classe, plus raccord ? Moi, j’aime Proust et j’aime le Mac Do, et plus encore, j’aime lire Proust au Mac Do… Et Proust, c’est long ! Chère femme, chers tous, pourrais-je vivre un jour ma singularité en toute liberté, ou finirai-je ma vie seul, redoutant la mort qui me plongera dans l’enfer des monstrueux lecteurs, condamné pour l’éternité à me gaver d’interminables sandwichs de papier en cherchant en vain du regard quelques éclats littéraires sur les faces rugueuses de steaks hachés synthétiques ? Hermétique à ma soudaine désespérance, ma femme qui m’aime bien mais qui n’y connaît pas grand chose rayon bouquins, m’invita à aller terminer ma lecture sous la douche. Proust n’étant selon moi guère un auteur pour la douche, ce fut donc à poil en route pour la salle de bain que j’attrapai fièrement dans le couloir un recueil de poèmes de Paul Valery. J’aime lire Paul Valery sous la douche. Profondément, La Régie

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication