DJ Kay Pop
Publié le 25/06/2011

# 4 - Yesterday - Kay Pop remix - The Beatles - Count Basie VS Booka Shade


Seoul Juke Box

      Partager la vidéo 


Yesterday, sort en 1965 sur l’album « Help » des Beatles et va devenir la chanson la plus reprise avec plus de 3000 versions et la plus diffusée par les radios du monde. Cet été 1965, le monde est une promesse d’avenir radieux, de jeunes étudiants amoureux se baignent dans le fleuve Han et prennent le soleil en écoutant Yesterday sur un transistor ramené des USA par les GI’s de la base. Cette même année, 3 ans avant 1968, le sociologue américain Seymour Lipset publie une thèse expliquant que la situation dans laquelle se trouvent les étudiants serait  propice à la contestation et à un changement de monde. Au même moment Che Guevara se rend en Corée du Nord et, faisant peu cas de la famine et la torture, déclare que « ce pays est un modèle révolutionnaire auquel Cuba devrait aspirer ». Séoul est à peine plus grand que Bordeaux, la partie sud du fleuve est une campagne marécageuse infestée de moustiques et personne ici ne boit du vin. Et les Beatles chantaient, un truc qui colle encore au cœur, au corps et au slip  :
Hier, tous mes problèmes me paraissaient si loin
Aujourd'hui, on dirait qu'ils sont là dans le but de rester
Oh, je crois en hier
Soudainement, je ne suis pas la moitié de l'homme que j'étais
Il y a une ombre suspendue au-dessus de moi
Oh, hier est venu soudainement
Aujourd’hui on ne se baigne plus dans les eaux sombres et lourdes du fleuve Han. Seul le monstre de « The Host » y montre le bout de sa queue. La base et les Gi’s sont toujours là après le Vietnam, l’Irak, L’Afghanistan. Des millions de Nord Coréens souffrent encore de la torture et de la famine. Les jeunes étudiants manifestent contre le prix des inscriptions à l’université mais ne veulent surtout pas changer le monde. Des milliers de jeunes nantis branchés sud coréens portent des T shirt  avec le visage du Che et surconsomment leur vie en plastoc tandis que leurs pères se rejoignent au Cigar Club pour fumer de gros cubains. Les quartiers ultra modernes du sud du fleuve Han sont dix fois plus grands que Bordeaux. Les moustiques prennent l’ascenseur et se hissent jusqu’au 63ème étage de la tour et viennent sucer le sang sucré de l’élite qui déguste des grands crus de 1965 et réclame au dee-jay Kay d’Orsay dans une nostalgie chic et vintage de jouer le dernier remix de Yesterday, 3001ème version d’un 21ème siècle radieux actif.   
(Another Barbarian in Asia – Henry Halfwarm)
Kay Pop réside au cœur du grand réacteur coréen de Séoul, l’une des plus modernes capitales de ce 21ème siècle.
De son home studio “Seoul Juke Box” Kay Pop joue à l’achimiste et opère la mutation d’une forme de création musicale et digitale : le “mash up”.
Kay Pop remixe et mélange des standards ou des musiques plus ou moins inconnues.
Il croise et fait converger les sons, les sources, les styles, les rythmes et les époques dans un nouvel alliage et un nouveau souffle.
Hold up surréaliste des œuvres d’autres artistes, mises en suites et superpositions dans l’esprit du “cadavre exquis” en direct de la nouvelle Asie.
 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 11 septembre 2011 à 07:47

# 5 - Wealth - Kay Pop Remix (Talk Talk vs The Locust)

Carte postale de Mongolie - Seoul Juke Box

C’était l’été 2011, Séoul allait sombrer sous les plus terribles inondations et coulées de boue de sa moderne histoire. Après la rudesse d’un hiver glacial il fallait maintenant affronter une chaleur humide capable de liquéfier ce qui pouvait encore rester d’un peu solide sous les pluies torrentielles. Il était donc temps de quitter cet été moisi et de partir pour le seul endroit d’Asie encore épargné par cette mousson annonciatrice de l’apocalypse à venir : La Mongolie. Un peu plus de 2 millions d’habitants, à peine la population d’un quartier de Séoul pour un territoire représentant environ 6 fois la France. Grands espaces ouverts, vide absolu, ivresse des plaines et ciel en précipice au delà d’un horizon en ligne de fuite éperdue, voici l’un des rares endroits sur terre où survit « le monde invisible ». Là où l’homme n’est plus, là où l’homme est moins, la nature est de nouveau la résidence des esprits et autres entités transparentes qui donnent leurs chants au vent dans les dunes, leurs yeux à la surface des lacs, et leur mystères aux grandes forêts où se perdent les voyageurs la nuit tombée. Ici le règne animal étend son domaine. Chevaux, chameaux, moutons, aigles et faucons, ours, chiens, lynx et loups, le bestiaire sauvage domine l’imaginaire et s’incarne dans les métamorphoses des chamans en transe dans les lumières dansantes du feu et dans les battements sur les peaux des tambours.  Une étrangeté de la langue française définit les Mongoliens comme des trisomiques, et mongolisme cette déficience intellectuelle et morphologique conséquence d’une anomalie génétique. Imaginons un instant que dans la langue mongole le mot  « gaulois » désigne ainsi un malade mental et « gaullisme » la tare qui en serait la cause. Mais dans la Mongolie moderne, point de francophonie, l’heure est au business English et à la Mongolian goldrush, car la richesse du pays est sous terre. Ainsi l’or, l’uranium, le cuivre, les terres rares, attirent tous les « birds of prey », rapaces internationaux et multinationales de l’extraction minière. Cette richesse minérale fait naître de nouveaux Gengis Khan qui roulent des mécaniques, désireux de conquêtes, en voitures de sport à plus 400 chevaux. « Il est plus facile de conquérir le monde à cheval que de bâtir un état à pied » Gengis était cruel, mais, loin d’être un barbare, il fut le seul capable dans l’histoire d’unifier le continent de la Méditerrannée à l’Oural et d’établir un code de lois qui sera source d’inspiration pour les constitutions des démocraties à venir. Les nouveaux barbares mongols s’appellent des « Ninja miners » circulant en hordes, lourdement bardés d’armes automatiques sur des 4x4  de guerre, ils attaquent les mines dans la vallée du Zaamar et s’emparent de l’or que les trafiquants chinois et coréens passent en contrebande à Pékin ou Séoul. C’est dans l’un de ces 4x4 à demi calciné et abandonné dans le désert de Gobi que fut retrouvée, encore intacte, une clé USB gorgée de sons parmi lesquels ce remix de « Wealth », 3ème et dernier morceau de la face B du plus minéral et désertique disque de rock des années 80  : « Spirit of Eden » de Talk Talk.  (Another Barbarian in Asia – Henry Halfwarm)

Le 9 novembre 2011 à 07:47

L'enfer est pavé de bonnes intentions

Econotrucs #3

Si nos économies ont aujourd’hui le couteau sous la gorge et menacent de s’effondrer sous des monceaux de dettes, c’est parce que nous l’avons bien voulu : à l'heure où nous cherchons des solutions à la crise actuelle, il est bon de se rappeler que c’est presque toujours en tentant de résoudre la dernière crise que nous préparons les conditions de la prochaine. Cette finance « folle » que l’on dénonce aujourd’hui est le fruit de décisions politiques engagées par des gens rationnels qui pensaient œuvrer pour le bien public. C’est peut-être ça le plus effrayant.   A la fin des années soixante-dix, le modèle né au sortir de la seconde guerre mondiale était devenu inadapté : après deux chocs pétroliers, des crises monétaires à répétitions, les pays occidentaux connaissent des périodes d’hyper-inflation, une baisse de la croissance, une hausse du chômage : le système de Bretton Woods s’effondre. C’est la fin des trente glorieuses et des modèles d’inspiration keynesienne. Pour sortir de cette impasse, les administrations Reagan puis Thatcher décident de « libérer l’économie » autrement dit de la libéraliser : la finance va jouer un grand rôle. C’est la rémunération de l’épargne et des dépôts qui est libéralisée aux États-Unis. C’est le big bang financier de la place de Londres : les investisseurs étrangers se ruent sur la capitale anglaise, qui rattrape en quelques années sa rivale New-York. Les puissances pétrolières enrichies par les chocs pétroliers ont quantité de pétrodollars à placer, et les marchés financiers vont remplir ce rôle.   Ces choix ne sont pas seulement idéologiques : en France, les socialistes suivent rapidement le mouvement . Les entreprises qui peinaient à trouver des financements (même lorsqu’elles étaient privées, elles étaient très largement dépendantes des financements et des banques publiques) et les marchés financiers internationaux vont leur offrir de nouvelles capacités d’investissement, d’innovation et donc de croissance. Le Matif (marché à terme des instruments financiers) est, par exemple, créé à Paris en février 1986. La démographie amplifie le mouvement  : les futurs retraités confient leur épargne à des investisseurs de long terme, le capitalisme devient essentiellement actionnarial.   Dans les années 90, les produits dérivés se développent, de nouveaux marchés apparaissent, la finance s’internationalise. Les petites institutions financières privées se multiplient (Cf econotrucs #1). La sphère financière explose. Pour suivre ce mouvement et soutenir un système bancaire en difficulté, les États-Unis ont progressivement démantelé toutes les réglementations inventées au sortir de la crise de 1929, jusqu’à supprimer en 1999 le fameux Glass Steagall act qui séparait les différentes activités bancaires et qui n'était déjà plus que l'ombre de lui-même. C’est cette finance qui permettait - entre autres - aux États-Unis de retrouver une croissance grâce aux investissements dans ce qu’on appelait la « nouvelle économie ». L’explosion de la bulle de l’internet était rapidement rangée au rang de « crise de jeunesse », et de nouvelles formes de financement apparaissaient avec l’explosion de la titrisation, opération quasi magique qui permettait à la fois à David Bowie de toucher de l’argent sur de futurs droits d’auteur, et à de modestes familles américaines de devenir propriétaires de leur logement.   L’endettement des pays occidentaux grimpait, mais des épargnants chinois étaient prêts à acheter cette dette. La moitié du monde semblait vouloir investir dans l’autre moitié, et on se mettait à parler d’un “Bretton Woods 2” , un nouvel équilibre mondial.   Cette explosion financière aurait du faire l’objet d’une surveillance accrue des marchés et des institutions financières. C’est exactement le contraire qui s’est produit. La finance était une industrie innovante, et on pouvait raisonnablement affirmer qu’à vouloir trop corseter une innovation, on risquait de la tuer dans l’œuf.   En réalité rien n’était bien nouveau dans toutes ces innovations financières, et contrairement à ce qu’on bien voulu nous faire croire nos dirigeants politiques obligés de jouer aujourd’hui les pompiers avec l’argent public, la crise ne nous a pas pris "par surprise" . Si personne n’avait prévu exactement son déroulement, ses enchaînements, et son ampleur, les signaux d’alertes étaient innombrables, les risques que cette finance hypertrophiée faisait courir à nos économies étaient largement connus, et avaient été expliqués par de nombreux économistes. Et comme je sais que vous ne me croyez pas, je reviendrai bientôt là-dessus.

Le 11 octobre 2011 à 09:03

Les Yes Men

sur ventscontraires.net

Andy Bichlbaum et Mike Bonanno, interrogés par ventscontraires.net, nous livrent leur conception du rire de résistance.Héros du Net, activistes altermondialistes héritiers des situationnistes ou de Fluxus, les Yes Men ont porté la pratique du canular politique à son apogée en se faisant passer pour des représentants des multinationales, de l'OMC, cible privilégiée de leurs provocations hirsutes. "Le rire de résistance est notre outil de prédilection pour des raisons pratiques. Notre but est de créer des événements – ou des situations – qui agissent comme vecteurs capables de véhiculer au plus grand nombre possible de gens des messages importants à nos yeux. Nous les faisons d’habitude en collaborant avec – ou, pour les esprits romantiques, en piratant – les médias dominants. Vu le fonctionnement de ces médias, il ne suffit pas qu’un événement soit important pour qu’il soit couvert. Il lui faut au moins « être officiellement » important (une déclaration présidentielle), ou violent ou drôle. Nous nous en tenons à cette dernière option. Notre plus grand succès avec cette technique eut lieu en 2004. Les médias américains (et français) auraient bien volontiers ignoré le vingtième anniversaire de la plus grande catastrophe industrielle de l’Histoire – la catastrophe de Bophal – même si la date suivait de près un événement d’importance : l’achat d’Union Carbide par le groupe Dow Chemical. Cette coïncidence avait redonné espoir aux militants de cette cause. Quand nous avons été alertés par leurs soins, nous avons utilisé l’humour afin de propager la nouvelle auprès des médias – avec pour résultats plus de 900 articles dans les médias américains…"The Yes Men

Le 13 août 2011 à 06:20

Javi Poves réinvente le hors jeu

Carte postale d'Espagne

Il y a quelques jour, Javi Poves n'était encore qu'un joueur de football anonyme. Evoluant au sein du Sporting de Gijón (Espagne), il n'avait porté que 10 minutes en tout le maillot de l'équipe. Il ne s'était pas non plus rendu célèbre pour ses exploits sportifs ou son salaire mirobolant. Pourtant il est aujourd'hui sur le point de devenir une star.Ce qui a propulsé la notoriété de Javi Poves c'est sa décision de raccrocher les crampons pour rester en accord avec ses convictions. Le quotidien La Nueva España qualifie même de "tsunami" la déferlante que ses déclarations tonitruantes ont provoqué sur les réseaux sociaux. A mille lieues de l’image traditionnelle du footballeur professionnel au QI atrophié et uniquement préoccupé par sa carrière et ses intérêts financiers, Javi Poves  a décidé de fuir un milieu du football qu'il décrit dans plusieurs interviews comme pourri et mortifère, gangréné par l’argent, endormant délibérément les citoyens pour annihiler tout risque de révolte.Ni communiste ni anarchiste, à la limite anti-système, Javi Poves est plus radical qu’un Cantona qui incitait il y a quelques mois les épargnants à retirer leur argent des banques avant de prêter son image à une nouvelle campagne publicitaire.Mais celui qui aurait pu devenir le porte-étendard des jeunes indignados espagnols ne se reconnaît pas non plus dans ce mouvement qu’il juge créé par les médias pour canaliser le mal-être et pour empêcher qu’une étincelle devienne dangereuse et incontrôlable. Il rejette tout lifting du système capitaliste et appelle à un changement radical. Pour le moment, le jeune homme envisage de reprendre des études d’histoire,  et souhaite lire et voyager pour mieux comprendre le monde.Atypique, anticonformiste et irrécupérable, il est malgré tout en passe, même s’il s’en défend, de devenir une icône.

Tous les dossiers
Tous nos invités

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre Télérama : Gérard Depardieu
Live • 18/02/2015
Télérama Dialogue : François Morel
Live • 07/02/2015
Valérie Mréjen : Communiqué
Live • 06/02/2015
Télérama Dialogue : Riad Sattouf
Live • 05/02/2015
Christophe Fiat : Rien n'arrête Marcel Pagnol
Live • 05/02/2015
Tous les podcasts

Je lance ma
chronique sur
la piste d'envol

Les billets
Règles du jeu
Accès chroniqueurs
 
La revue en ligne du Rond-Point
Vos chroniques   Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Piste d'envol   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Accès chroniqueur   Presse
ventscontraires.net, revue collaborative, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point, avec le soutien d' 
Site administré par
© 2014 - CC.Communication