Rémy Delmet
Publié le 17/08/2011

Gruto Parkas, l'ironie balte


Carte Postale de Lituanie

Il existe un lieu, au milieu d’un pays ravagé par 50 ans de soviétisme, où vous trouverez une centaine de statues datant de l’ère stalinienne de leaders, tyrans, criminels, officiers de l’Armée Rouge et autres partisans antipathiques. Tous ces Lénine, Staline, Dzerzhinsky déboulonnés après l’indépendance de 1991 ont été récupérés un à un par un certain Viliumas Malinauskas. Ce PDG d’une usine de conserves de champignons a voulu recréer l’atmosphère pesante, propagandiste et terrifiante de la pensée unique qui a opprimée la Lituanie pendant plus d’un demi-siècle. Sous couvert du devoir de mémoire, ce parc d’attractions (c’est ainsi qu’il est présenté) vous propose ainsi de pénétrer un camp sibérien reconstitué au milieu des pins et des marais, entouré de miradors et d’haut-parleurs hurlants chants patriotiques et hymnes staliniens. L’ambiance est donnée tout de go via la visite d’un wagon qui vous (dé)portera au prochain Goulag, puis par un parcours pédestre égrenant les statues des tortionnaires les plus belliqueux de la Terreur Rouge autour desquelles les familles se pressent de se faire photographier (sic) et où l’on oscille doucement entre ironie et indignation. Comble de l’effroi vous découvrirez une boutique de souvenirs aux effigies des tyrans croisés plus tôt, mais aussi un restaurant dont les serveuses vêtues d’un foulard rouge vous accueillent et vous proposent de revivre la cuisine frugale de l’ère soviétique (comprenez 2 sardines et 3 rondelles d’oignons) en lisant un journal russe arborant le portrait du petit père des peuples. Quand on apprend que la Lituanie a vu la déportation d’un tiers de sa population et la mort de 250.000 personnes, ce parc d’attractions, qui semble frôler parfois une nostalgie fétide plutôt que la dénonciation d’une idéologie, laisse un gout amer, une nausée qui vous tenaille longtemps encore après avoir quitté les barbelés du Gruto Parkas sous le regard inquisiteur d’un Josef Stalin en bronze de 3 mètres de hauteur.
A commencé historien d'arrhes, a poursuivi Arc-et-Haut logue, a basculé con servateur - mari niais sur paix niche.
A tenté les planches et s'essaye maintenant à la plume sur un rafiot où les vents contraires l'éloignent peu à peu de sa Picardie...

Caractère : Chafoin les 12 et 26 du mois
Signe astrologique : Pétard à mèche ascendant ardéchois
Signe particulier : Sudation importante de l'orteil gauche
Citation préféré : "Mais si, je te dis qu'il fallait tourner après la supérette !" 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 9 juin 2014 à 08:26

Hi fi

- Ça fera 17 euros 42, monsieur. Vous avez la carte de fidélité ?- Pardon ?- La carte de fidélité, monsieur. Tous les 10.000 euros d'achats, vous gagnez un point et à 1400 points, vous pouvez participer au tirage au sort pour une lampe, ça vaut la peine.- Qu'est-ce que vous essayez d'insinuer ? Que je suis fidèle, c'est ça ?- Hé bien... C'est une très belle lampe, elle peut aussi faire porte-parapluie mais dans ce cas là la garantie est annulée.- Hé bien, voyez-vous... Oui, je suis fidèle, c'est vrai, je l'avoue. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, pourtant. - Mais vous avez la carte, alors ?- C'est pas faute d'avoir essayé, pourtant, je vous assure, je ne suis pas un de ces marginaux qui croient qu'ils peuvent faire comme bon leur chante. Mais voilà. On ne choisit pas toujours. Les aléas de la vie. Enfin, vous savez ce que c'est, vous travaillez à la caisse d'un supermarché.- Voilà une remarque totalement caissiste, monsieur. Mais j'aimerais vous poser une question, entre nous, ça ne sortira pas de cet espace accueil, promis, je ne l'ébruiterai pas, même si ça ferait une super anecdote à raconter, le soir, au coin du feu, vous avez la carte de fidélité ?- Non parce que moi, en fait, j'ai toujours eu pas mal de mal avec mon agenda, vous voyez ? Je disais ah oui, lundi, c'est bon, j'ai rien, et en fait j'avais confondu avec le lundi suivant ? Alors forcément, ça aurait pas mal compliqué les choses si en plus de mon emploi et de mes fonctions de trésorier du club de crapette, j'avais eu à gérer une infidélité.- Pour 131.000 points, vous recevez justement un agenda 2013.- Et puis je n'ai pas la mémoire des prénoms, non plus. On n'y pense pas, à ça.- Il faudrait quand même vous décider, parce que des clients attendent.Au loin, des clients : - C'est vrai ! Nous attendons !- Et puis, je ne sais pas, j'ai déjà toujours du mal à engager la conversation avec les inconnus...- Ah bon ?- Alors leur dire bonjour, seriez-vous intéressé par une aventure de type extra-conjugal, ne vous inquiétez pas, je ne possède pas de carte de fidélité...- Ah, nous y voilà !- Je ne vous ai pas interrompu, ne m'interrompez pas. Pas de carte de fidélité alors ça ne devrait pas poser de problème... Je ne sais pas, je n'ai jamais trop bien su comment l'amener sur le tapis. Très doux, très soyeux, parfait pour... enfin ce à quoi vous faites allusion depuis tout à l'heure.- Justement, pour 495.000 points, ce tapis.- Ah, oui, très bien, je vous en prends une alors.

Le 23 juin 2010 à 11:59

L'empire du froid

Tant qu'il y aura du froid, recherche extime sur une sensation en voie de disparition

Moscou, juin 2010Artour Tchilingarov est dans son bureau de la Douma. Il n’arrive plus à suivre l’activité parlementaire russe. Le Kirghizistan est à feu et à sang, la corruption du Kremlin est surmédiatisée, un juge vient encore d’être assassiné, les néonazis tiennent les rues de Moscou, la Slovénie a éliminé la Russie des sélections pour la coupe du monde, Dimitri Medv… Dimitri emmerde Artour. Il lui demande encore des nouvelles de l’ONU au sujet des sous-sols arctiques : l’extension du monde russe doit se passer sous la calotte glaciaire. L’idée d’Artour peut tout régler : la reconnaissance internationale de son statut d’explorateur polaire, l’accès russe à une réserve de pétrole équivalente à celle du Golfe persique et la domination énergétique de la Russie sur le monde.  Artour Tchilingarov est dans son bureau de la Douma. Il apprend que Vladimir Poutine inaugure une expo au Grand Palais à Paris. Artour en a un peu marre. Il étend ses jambes, croise ses bras derrière la tête et repense au 2 août 2007. C’est lui qui était à la tête de l’expédition arctique 2007 et des deux bathyscaphes, Mir-1 et Mir-2. Il était là, tout au fond, quand Mir-2 a planté un drapeau russe en titane, à 4302m de profondeur, à la verticale du Pole Nord. Plus il y repense, plus il trouve que c’était l’idée du siècle. Artour Tchilingarov est dans son bureau de la Douma. Il apprend qu’Elena Dementieva ne participera pas à Wimbledon. C’est fois-ci, il abandonne. Il est fatigué de la lenteur de l’ONU à accorder à la Russie la souveraineté de cette zone nordique. Il va autoriser les pétroliers à traverser l’Arctique. Ça va contrarier l’ONU et en plus, ça calmera Dimitri. Ce qui l’embête, c’est son statut d’explorateur polaire international. Il a pourtant fait comme les autres, il a mis un message d’espoir sous le drapeau : c’est une petite plongée pour l’Homme ...

Le 30 juin 2015 à 09:26

Naissance d'un bébé gardien : une première dans un zoo

Le zoo de la Palmyre près de Royan compte un nouveau pensionnaire : un bébé gardien vient de pointer le bout de son nez. Le zoo célèbre ici une première mondiale. Moko, un petit gardien de zoo est né tôt ce matin au parc zoologique de la Palmyre. Le nouveau né de type caucasien pèserait 2,9 kg et serait en parfaite santé. Il grandit paisiblement, allaité par sa maman dans la nursery du parc, explique le site internet du zoo. Le petit gardien devrait atteindre sa taille adulte vers 20 ans et pourrait peser jusqu’à 80kg. « Nous sommes ravis de cet heureux événement. D’autant plus que c’est une première mondiale » déclare Georges Beaulieu, directeur du parc qui se félicite de cette naissance 100% locale et naturelle puisqu’il n’est autre que l’heureux papa de Moko. « Vanessa, une gardienne de chez nous s’était portée volontaire pour l’expérience et mener à terme la grossesse. C’est tout naturellement que je me suis proposé pour être le géniteur du petit » explique le jeune père qui ajoute vouloir faire de son nouveau pensionnaire la nouvelle mascotte du parc. La maman et son petit devraient effectuer leur première sortie en public dans deux mois, le temps nécessaire à l’aménagement d’un nouvel espace dans la zone des grands singes. Les visiteurs du parc pourront dès la semaine prochaine observer la mère et son petit sur des écrans géants installés à l’extérieur de la nursery. Le Gorafi Photo: iStock/Gabees 

Le 7 juillet 2010 à 13:00

Au secours les mots : Martin Page défend le mot "soviets"

Délivrons les mots récupérés et dévoyés!

Parce que la langue est le lieu d'un champ de bataille idéologique, il faut s'occuper des mots dénaturés ou vidés de leur sens par les politiques et les médias. Klemperer Junior invite des auteurs à les réhabiliter. Postez vous aussi vos contributions ici.Il y a des mots qui réunissent contre eux les adversaires les plus opposés. C’est en général le signe de leur importance. Les soviets (conseils) sont nés en 1905 alors que la Russie est traversée par un puissant mouvement contestataire. Les ouvriers, les paysans, les soldats se réunissent, discutent, s’organisent. Les soviets incarnent la démocratie réelle, locale, réjouissante, dans les mains de tous et pour le bien commun. Ce sont eux qui font naître la révolution de 1917. Mais ils n’exerceront jamais le pouvoir : Lénine, Trotsky et les bolcheviques prennent le contrôle du pays et massacrent ceux qui défendent encore la révolution démocratique. Comble de la barbarie, les meurtriers revêtent le nom des victimes : soviets devient un mot défiguré, il est le prétexte à la dictature, la caution de la fin des libertés.Lénine n’est pas le seul responsable de ce dévoiement : les soviets ont été abattus comme les Républicains espagnols le seront quelques années plus tard, avec le silencieux assentiment des autres grandes puissances. Si l’on a laissé ce mot être kidnappé et défiguré, c’est qu’il n’arrangeait personne, ni les tsaristes, ni les capitalistes, ni les syndicats. L’expérience qu'il donnait à voir faisait peur à tous les pouvoirs. Il y a eu une unanimité pour oublier son sens réel."Soviets" est un mot magnifique, il est comme une luciole, il palpite, on le devine, on s’en approche et il s’échappe ; pourtant il est là, comme la possibilité d’une autre organisation de la société, offerte, si nous le voulons. Les mots survivent. Ils hantent le temps et portent en eux des expériences d'une réalité passée que nous pouvons faire nôtre.Pour lire les autres contributions de Martin Page à ventscontraires.net, cliquez là Dernier roman paru : La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique (Ed. de l'Olivier) www.martin-page.fr

Le 9 septembre 2011 à 07:57

La révolution sera sponsorisée

Sur les murs du métro parisien s’affiche depuis quelques semaines le slogan « c’est la lutte des classes ! » clamé par une petite fille, le regard déterminé et le poing tendu. N’allez pas croire qu’il s’agisse d’une campagne des jeunesses communistes. Non, non, c’est tout simplement l’offensive de rentrée d’une grande enseigne de distribution. Dans le système capitaliste comme dans le monde animal, il est de bonne guerre qu’un prédateur au sommet de sa forme s’attaque à une proie dès que celle-ci commence à présenter des signes d’épuisement. Il en va ainsi des grands fauves de la savane comme des récupérateurs d’entreprises en difficulté qui fondent sur leur victime dès que celle-ci s’effondre ou fait faillite. Selon cette logique, il semblerait que la mémoire de l’utopie communiste soit terriblement en péril quand on voit le sort que les charognards publicitaires de tout poil réservent aujourd’hui aux restes de sa dépouille.Une telle aspiration "révolutionnaire" se retrouve également chez un célèbre fournisseur d’accès Internet qui a choisi de baptiser sobrement sa nouvelle box « révolution ». Un des mastodontes de l’industrie alimentaire a lui choisi de mettre en scène dans une  série de spots des petits personnages passablement excités, appelant à la riz-volution et menaçant de « tout faire sauter ! ».Avouez, chers camarades, qu’il serait regrettable de s’arrêter en si bon chemin dans la Grande Marche triomphante du capitalisme. Et puisque ce n’est qu’un début, on ne peut donc que conseiller aux annonceurs de continuer le combat. On peut imaginer la suite : « Grand soir », la nouvelle fragrance d’un célèbre parfumeur parisien ; la berline « Staline » dans le haut de gamme d'un constructeur automobile ; « Goulag », concept brillant d’une chaîne hôtelière low cost ; « Octobre rouge », la revanche des Bordeaux sur le Beaujolais nouveau ; "Lendemains qui chantent", remède anti-gueule de bois des laboratoires Servier. Et bien sûr « Pravda », le supplément humour du Figaro. Dans le système capitaliste comme dans le monde animal, il est de bonne guerre qu’un prédateur au sommet de sa forme s’attaque à une proie dès que celle-ci commence à présenter des signes d’épuisement. Il en va ainsi des grands fauves de la savane comme des récupérateurs d’entreprises en difficulté qui fondent sur leur victime dès que celle-ci s’effondre d’épuisement ou fait faillite. Dans cette logique, il semblerait que la mémoire de l’utopie communiste soit terriblement en péril quand on voit le sort que les charognards publicitaires de tout poil réservent aujourd’hui aux restes de sa dépouille. Sur les murs du métro parisien s’affiche depuis quelques semaines le slogan « c’est la lutte des classes ! » clamé par une petite fille, le regard déterminé et le poing tendu. N’allez pas croire qu’il s’agisse d’une campagne des jeunesses communistes. Non, non, c’est tout simplement l’offensive de rentrée d’une grande enseigne de distribution. Cette aspiration révolutionnaire se retrouve également chez un célèbre d’un fournisseur d’accès internet qui a choisi de baptiser sobrement son nouveau produit phare « révolution ». La preuve ultime que l’insurrection s’annonce c’est qu’un des mastodontes de l’industrie alimentaire a ré Dans le système capitaliste comme dans le monde animal, il est de bonne guerre qu’un prédateur au sommet de sa forme s’attaque à une proie dès que celle-ci commence à présenter des signes d’épuisement. Il en va ainsi des grands fauves de la savane comme des récupérateurs d’entreprises en difficulté qui fondent sur leur victime dès que celle-ci s’effondre d’épuisement ou fait faillite. Dans cette logique, il semblerait que la mémoire de l’utopie communiste soit terriblement en péril quand on voit le sort que les charognards publicitaires de tout poil réservent aujourd’hui aux restes de sa dépouille. Sur les murs du métro parisien s’affiche depuis quelques semaines le slogan « c’est la lutte des classes ! » clamé par une petite fille, le regard déterminé et le poing tendu. N’allez pas croire qu’il s’agisse d’une campagne des jeunesses communistes. Non, non, c’est tout simplement l’offensive de rentrée d’une grande enseigne de distribution. Cette aspiration révolutionnaire se retrouve également chez un célèbre d’un fournisseur d’accès internet qui a choisi de baptiser sobrement son nouveau produit phare « révolution ». La preuve ultime que l’insurrection s’annonce c’est qu’un des mastodontes de l’industrie alimentaire a récemment choisi de mettre en scène dans une récente série de spots des petits personnages passablement excités, appelant à la riz-volution et menaçant de « tout faire sauter ! ». Avouez, chers camarades, qu’il serait regrettable de s’arrêter en si bon chemin dans cette grande marche triomphante du capitalisme. Et puisque ce n’est qu’un début, on ne peut donc que conseiller aux annonceurs de continuer le combat. A venir donc très bientôt : « Grand soir », la nouvelle fragrance d’un célèbre parfumeur parisien ; la série spéciale « Staline » d’un constructeur de berlines de luxe ; « Goulag », concept brillant d’une chaîne hôtelière low cost ; « Octobre rouge », salon du vin d’un audacieux réseau d’hypermarchés et bien sûr « Pravda », le supplément humour du Figaro. cemment choisi de mettre en scène dans une récente série de spots des petits personnages passablement excités, appelant à la riz-volution et menaçant de « tout faire sauter ! ». Avouez, chers camarades, qu’il serait regrettable de s’arrêter en si bon chemin dans cette grande marche triomphante du capitalisme. Et puisque ce n’est qu’un début, on ne peut donc que conseiller aux annonceurs de continuer le combat. A venir donc très bientôt : « Grand soir », la nouvelle fragrance d’un célèbre parfumeur parisien ; la série spéciale « Staline » d’un constructeur de berlines de luxe ; « Goulag », concept brillant d’une chaîne hôtelière low cost ; « Octobre rouge », salon du vin d’un audacieux réseau d’hypermarchés et bien sûr « Pravda », le supplément humour du Figaro.

Le 1 avril 2010
Le 18 mai 2010 à 18:45

Quel toupet !

Le poil est l'attribut le plus visible du pouvoir.

Ces femmes ont un aplomb fou. Il faut les voir se mêler aux réunions décisionnaires, conseils généraux, CA et autres AG, autant de lieux plus ou moins publics où les femmes brillent par leur absence. D’un pas assuré, elles arborent leur attribut, qui est aussi le plus souvent celui du pouvoir : la barbe. Quelques postiches sortis de leur cachette au moment adéquat, l’action se fait généralement sans éclat, l’essentiel étant moins de se faire entendre que de se faire voir. Et de faire honte à des assemblées bien peu paritaires. « S’il faut du poil au menton pour prendre des décisions, garder ses privilèges et recevoir des honneurs, qu’à cela ne tienne. Nous en sommes. » L’association réunit des féministes inventives et actives. Non dénuées d’humour (ce qui est quand même relativement rare chez les féministes), elles ont compris que si le ridicule ne tue pas, le souligner peut sans doute faire avancer les choses. Sur leur site, elles fournissent le kit de la parfaite féministe (un postiche, donc) agrémenté de quelques tuyaux pour rendre l’action plus efficace. On y trouve aussi des vidéos et des images détournées où, par leur seule volonté, les femmes ont du poil au menton, y compris l’intouchable Marianne, qui l’est beaucoup moins, forcément. Leur nom ? La Barbe !  www.labarbelabarbe.orgJusqu'au 6 juin, La Barbe s'expose à la Librairie Violette&Co, 102, rue de Charonne, 75011 Paris.  

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication