Hop une citation !
Publié le 24/08/2011

Si tout le monde allait aussi bien que moi, j'irais beaucoup mieux.


Guy Bedos

« Si vous voulez avoir des idées propres, changez-en comme de chemise. »
Francis Picabia 

Plus de...

citations

 ! 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 8 avril 2013 à 14:23

Wilfred

6 avril 2013

Cher Wilfred de Bruijn. Dans la nuit du 6 avril 2013, tu prétends avoir été agressé dans le 19e arrondissement de Paris par des « soi-disants » homophobes qui te seraient tombés dessus  – genre – parce que tu marchais innocemment avec la main de ton amant dans la tienne. Balivernes ! Wilfred, tu n'as pas été agressé par des homophobes. Non. Plus que par des homophobes, tu as été agressé par LA France, rien que ça : une France rassemblée et solidaire comme elle dit, une France fière de ses origines, de son histoire, de ses traditions et surtout désireuse de défendre les familles et plus particulièrement les petits enfants innocents qui n'ont rien demandé à personne, encore moins à ce qu'on les défende de quoi que ce soit ni qu'on parle à leur place. Parce que c'est important les enfants. On ne peut rien rétorquer à ça et c'est implacable comme argument, les enfants. Tu as été agressé par une France qui n'a rien d'homophobe parce qu'elle a toujours à ses côtés un meilleur pote pédé bien comme il faut qui lui suffit amplement à la crédibiliser en tant que non-homophobe (tout comme elle a un meilleur ami noir, un meilleur ami arabe, un meilleur ami juif qui lui suffisent à être respectivement considérée comme non-raciste et non-antisémite). Tu as été agressé par une France qui aime les homos parce que c'est joli et tendance, mais qui les juge « un peu » contre-nature quand même, faut pas pousser, une France qui pense que le couple et donc le mariage ne se définiront jamais qu'au travers de la procréation (l'amour ou bien tout simplement le droit, il s'agit d'autre chose). Wilfred, tu as été agressé par une France qui est persuadée qu'autoriser le mariage entre homos, c'est la porte ouverte à la pédophilie, la zoophilie, et à des accidents nucléaires sans précédents dans les quatre coins du monde. Tu as été agressé par une France catholique mais pas que, une France de droite mais pas que, une France riche mais pas que : tu as été agressé par la France. Point. Par nous tous. Et surtout par moi. Je t'ai agressé. Je suis de fait cette France qui met des serre-têtes mais qui ne doit pas être résumée à cela parce que ce serait caricatural, je suis cette France responsable qui passe son temps à te juger, cette France qui te regarde d'un drôle d'air dans le métro, les bus, parce que parfois, tu parles un peu trop haut, un peu trop aigu, avec un peu trop de ce rien dans la hanche ou bien avec un peu trop de rien du tout. Je suis cette France qui te crache dessus, qui te montre du doigt et te traite comme un chien mais qui n'est pas homophobe, non, cette France qui manifeste pour qu'on t'enlève des droits là où généralement le reste du monde manifeste pour en acquérir. Tu as été agressé par cette France : je suis cette France de traditions, cette France de gamins que l'on fout à la porte parce que différents, cette France qui aime les homos mais n'aime pas les gays ou bien encore cette France qui aime les homos mais chez les autres ou bien encore dans les films de Ang Lee avec les jolis paysages et les jolis chevaux. Tu as été agressé par cette France de haine Wilfred de Bruijn, pas par des homophobes, parce que la France n'est pas homophobe, ça non. Je suis celui qui t'as agressé. Je suis celui qui t'as ouvert la lèvre, celui qui t'a fait pisser le sang sur le trottoir. On m'a forcé de ce fait à l'être. Je suis ton agresseur. Nous le sommes tous. Nous le sommes tous. Nous ne pouvons échapper à cela lorsque nous te regardons droit dans les yeux, Wilfred de Bruijn.

Le 17 novembre 2010 à 19:34

« Au fond, ma détermination n'a rien changé »

Nicolas Sarkozy, TF1/France 2/ Canal +, mardi 16 novembre 2010

Aucune question ne lui ayant été soumise sur l’inflation, le président de la République n’a pas été exposé au pire dans l’exercice de la langue française, ainsi qu’il advint à Rachida Dati. Pourtant, employer à la place de l’auxiliaire de négation « pas », le pronom indéfini « rien », ce n’est pas rien. C’était énoncer l’inverse de ce qu’il a expliqué ensuite sur son volontarisme intact, en dépit des épreuves. Oublions un peu le couple Freud-Lacan pour les frères Bescherelle. On peut déplorer que la compétence de « veiller au respect de la Constitution » (article 5) qui est attaché à la fonction du président de la République, ne soit pas étendue à la grammaire de son pays. Il y aurait certes du boulot de rattrapage pour le petit Nicolas qui nous confiait le même soir : « Les choix de personnes sont toujours des choix qui demandent d’y penser ». Mais ce ne serait pas inutile car quand ça branle dans le manche syntaxique, tout peut s’effondrer, comme cette image d’un président ayant rompu avec la résignation de ses prédécesseurs, face aux contraintes du monde environnant. Sarkozy serait-il donc en train de se « chiraquiser » comme le suggère en outre le Revival RPR au Conseil des ministres ? La thèse est en vogue. Une autre, plus sophistiquée, le verrait plutôt en phase de giscardisation pour avoir foutu le bin’z dans son camp avec un trop-plein de réformes, avant de se retrouver flanqué d’un premier ministre indéboulonnable. Putain, dix-huit mois !Illustration : Arlette Chabot à l'issue de la prestation présidentielle

Le 23 juin 2012 à 08:16

Il manque toujours un chaînon manquant

Histoires d'os 33

A la suite de la publication des travaux de Darwin, l’existence d’une filiation entre les singes anthropoïdes et l’homme s’imposa au monde scientifique, idée abusivement relayée par un slogan simpliste qui a fait, depuis, son chemin : « L’homme descend du singe ». Convaincu par la théorie de l’évolution, le biologiste allemand Ernst Haeckel envisagea l’existence d’un chaînon manquant, être fossile intermédiaire entre les singes et l’homme.   Mais ce chaînon manquant faisait, précisément, défaut. Un naturaliste hollandais du nom d’Eugène Dubois se mit en tête de prouver son existence. Persuadé qu’un tel animal devait pouvoir se dénicher dans la forêt tropicale, il s’engagea en tant que médecin dans l’armée des Indes orientales et après des années de prospections infructueuses sur l’île de Sumatra, il se fit nommer à Java où il entreprit de fouiller les alluvions d’une rivière avec l’aide d’un groupe de bagnards condamnés aux travaux forcés.   A Java, la chance lui sourit enfin. Récompensant sa remarquable persévérance et son extraordinaire intuition, un fragment de mandibule, une molaire, une calotte crânienne puis un fémur prouvant l’indiscutable bipédie de son propriétaire furent découverts au fil des années. Une nouvelle espèce fossile était née, un nouveau genre humain qu’il baptisa Pithécanthropus erectus : l’homme-singe debout.   En apparence, le chaînon manquant ne faisait plus défaut. Mais à l’usage, son absence ne faisait que se dédoubler. Il manquait à présent un chaînon inconnu entre l’homme et le pithécanthrope et un second entre les singes et ce même pithécanthrope dont le précieux fémur devait plus tard se révéler être celui d’un homme moderne sans aucune parenté avec l’orang-outan présent à Sumatra.

Le 15 juillet 2010 à 13:07

Mais qu'est-ce que je m'en fous !

Contraintes, obligations, pressions, principe de précaution, je m'en contrefous. Je n'ai pas d'avis sur la burqa, ni sur les "affaires". Je ne me suis pas fait vacciner, je n’ai pas prévenu qu'un bagage était abandonné, ni donné pour Haïti, je n'ai pas de préservatif sur moi, je n'ai pas suivi le débat du président, je n’appuie jamais sur la touche étoile, je ne travaille pas plus, ni le dimanche, je ne fais pas de mammographie, pas de coloscopie, je n'ai pas tenu la rampe ni mon chien en laisse, je n'ai pas ramassé sa crotte, je n'ai pas acheté une nouvelle voiture avec la prime à la casse, je n'ai pas prouvé que mes parents étaient français, je n'ai pas vu Avatar, je ne vais jamais sur Internet, je ne lis pas les blogs, je ne me fais pas botoxer, je n'ai pas de cashemere, je ne dis pas "en surpoids" pour "gros" ni "de couleur" pour "noir", je ne boycotte pas le thon rouge, je n'ai pas vu Dr House ni 24h chrono, la mort de Michael Jackson m'indiffère, je n'ai pas consommé utile, ni inutile, ni bio, je n'ai pas acheté ni offert de sex-toy, je me tape de l'ipad, je n’ai aucun projet de vie, je bois même si je conduis, je n'attache pas ma ceinture, je fume partout où je veux, je fais du 200 sur l'autoroute, je me fous de la fonte des glaces et de la pollution... A vrai dire, j'emmerde le futur ! On est en 65, j'ai eu mon bac, mon permis, mon premier amant et je ne sais pas ce que veut dire filière en langage étudiant. Alors l'avenir !!!

Le 31 octobre 2011 à 08:52
Le 5 janvier 2012 à 11:24

« C'est carrément carton rouge, on n'insulte pas le président de la République »

Valérie Rosso-Debord, déléguée générale adjointe à l'UMP, BFM-TV, mercredi 4 janvier 2012

Elle a même failli en avaler son sifflet le nouvelle wonder girl de la cellulle « riposte » du parti du Président. On le croit pas ! L’ignoble Vizir socialiste venait d’être surpris en train de traiter de « sale mec » le Vizir légitimement en fonction. Le recours à la vidéo pouvait pourtant éviter à Valérie Rosso-Debord l’erreur de jugement. Les images enregistrées auraient montré un François Hollande ( celui qui veut prendre la place de qui l’on sait) parodiant devant des journalistes supposés l’écouter en « off » un Nicolas Sarkozy se présentant bientôt devant les électeurs : "Je suis le président de l'échec, je suis un sale mec, mais dans cette période difficile, je suis le seul capable, j'ai le courage..."  Un résumé plaisant de la seule carte qui reste à jouer pour un candidat à réélection au bilan quinquennal désastreux, mais qui se rappelle que dans le film Titanic, la panique était telle que personne n’a songé à faire passer le commandant par-dessus bord. Bref, François Hollande a fait de l’humour. Et ça c’est une arme déloyale aux yeux d’une Valérie Rosso-Debord qui admet qu’on peut rire de tout, mais pas du Président. Parce que sinon,  elle est une sacrée farceuse  la Valérie. Un jour qu’elle était invitée au Petit Journal de Canal + il lui fut demandé ce qu’elle avait fait le matin même en tant que femme de droite. Elle répondit : « J’ai fait une tarte. »

Le 10 novembre 2015 à 09:55

Les animaux redisent leur totale confiance en l'Homme pour régler ce souci de réchauffement climatique

Alors qu’on apprend que l’Antarctique pourrait faire relever le niveau des océans de façon critique, l’épineux dossier du réchauffement climatique revient sur le devant de la scène. Cependant, de très nombreux animaux continuent malgré tout de penser que l’Homme reste le mieux placé sur Terre pour sauver la situation et éviter une destruction globale de la planète. Reportage. Il apparaît que l’Homme semble, selon des experts animaux, le plus intelligent et le mieux placé parmi tous les autres animaux. « Il est l’un des rares animaux qui soit capables de créer des outils, et d’agir sur son environnement immédiat » soulignent de nombreux animaux qui notent aussi que c’est également l’un des seuls à posséder les fameux pouces opposables, ce qui rend les choses extrêmement plus faciles au quotidien. « On ne peut pas imaginer que l’Homme n’ait pas pris conscience de la chose et qu’il reste impuissant face à cela » ont insisté plusieurs animaux. « Je pense que l’Homme sait qu’il a une certaine responsabilité vis à vis du reste de la planète et ce n’est pas dans ses habitudes de renoncer, enfin peut-être » ont-ils rajouté. Le réchauffement climatique est aujourd’hui pour beaucoup une réalité et quelques animaux ont cependant noté un léger retard pris par l’Homme dans l’application de mesures rapides et efficaces pour lutter contre. Simple oubli ? Volonté de nuire ? Les animaux restent divisés. « Je ne pense pas qu’il faille le blâmer, il doit être sans doute très très occupé en ce moment » ont répliqué les animaux qui sont certains que dès que l’Homme aura un peu plus de temps, il prendra aussitôt les mesures qui s’imposent et sauvera la totalité des espèces de la planète. « Ce genre de décision doit prendre du temps. L’Homme doit certainement être en train de réunir d’autres hommes pour mener tous ensemble à bien sa lutte contre le réchauffement » espèrent les animaux. Quant à la responsabilité de l’Homme dans le phénomène du réchauffement climatique, les animaux refusent de l’accabler publiquement, préférant se donner un délai de réflexion. « C’est un sujet bien plus complexe, il y a énormément de choses à la clé, on ne sait pas tout vous savez » ont-ils préféré dire, quelques secondes seulement avant qu’une demie douzaine de bulldozers traverse la clairière dans laquelle la réunion avait lieu.

Le 22 février 2011 à 19:49

Comprendre le DSK sans le texte

Je doute que le président ait apprécié le score audimat de son adversaire putatif, lui qui avait clamé avoir battu « France-Brésil » en audience lors de son passage sur TF1. Des chiffres, des chiffres ! Plus de 7 millions de téléspectateurs pendus aux lèvres du directeur général du FMI et autant d’interprétations hasardeuses  de son discours en pointillés.  Il écoute sa femme ! Ça doit vouloir dire quelque chose, mais quoi ? C’est tout de même pas elle qui s’occupe du casting de ses conquêtes féminines… Vous avez dit bizarre ? Il se met à son tour à commettre des fautes de français, c’est pour faire populo ? Il s’indigne ! Yes ! Il est de gauche ! Youdelali, youdelali ! Il se passe quelque chose dans la cour de récréation des politiques et des journalistes ; ça bourdonne, ça bouillonne, ça baragouine, ça boursicote, ça bout sous la marmite, so what ? Ils ont l’air de bien s’amuser en tous cas. Le microcosme  devient autiste, aveugle, sourd et muet mais au moins ça les occupe. Ben ouais, quoi ? La téléréalité commençait juste de s’étouffer, de lasser les téléspectateurs blasés, mais là, c’est sûr, c’est un concentré du meilleur du pire qu’on nous propose : le commentaire à outrance sur le néant. C’est balèze dans le genre.  La débâcle en direct-live en mai 2012 sur vos écrans, et les larmes c’est tellement télégénique, isn’it ?  On n’a pas fini de rigoler, moi, j’vous l’dis… en attendant, la Famine Mondiale Organisée continue mais de cela, on ne parlera pas, on zappera, comme il se doit.

Le 24 juillet 2013 à 09:32

Francis Bacon, clochard céleste, portrait 43

le rire rouge de la nuit

Francis Bacon chanta comme un loup cette nuit. Un loup rouge prêt à tordre la lune. Francis Bacon mâche la nuit dans ses dents. Il traverse Londres à pied, chaque nuit que le sang blanchi. Il traverse Londres, et Paris et Dublin et Bruxelles et Berlin. Chaque nuit la vrille de son cri rouge se trimballe comme une lune rouge dans le verre d'acier de nos ventres. Francis bacon a bu tout notre brouillard. Le pauvre. Un loup rouge prêt à tordre la lune. Il a mâché et léché et mâché et léché et mâché et léché toutes les nuits de la terre depuis que Lilith la pute nous a abandonné dans des lambeaux de limbes mécaniques à mourir. Lilith la pute nous a abandonné mais Francis Bacon a bu tout le brouillard. Le pauvre. Francis Bacon explique : Vois tu mon petit chat, il y a la douleur et il y a la couleur. Vois tu mon petit chat, c'est doux et c'est simple comme la vie est horrible. Il faut crier. Il faut crier et rire un rire rouge comme la Lune. Un rire de couleur et de douleur. Un rire tordu qui cri comme nos dents que Lilith la douce est partie, la pute notre mère est partie. C'est pourquoi il faut boire à grandes gorgées de cris rouges, à grandes gorgées de rires, il faut boire le brouillard. Oh le joyeux accident de chair qui boit tout le brouillard dans le coeur rouge de la nuit! Oh le loup qui boit le lait horrible de nos questions inutiles! Oh Francis Bacon le rire criard et tordu des orphelins de la lune! Tous orphelins de Lilith la pute! Oh Francis Bacon chanta comme un loup cette nuit!

Le 16 octobre 2012 à 08:35
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication