Noël Rasendrason
Publié le 04/07/2015

Anatomie vs Autonomie


NR sera un jeune prodige du dessin dans environ 10 ans.

D’ici-là, il en profite pour faire des choses diverses et variées, comme

- imprimer des photos de requins, 
- ouvrir des brèches dans le continuum espace-temps (et dans les tomates), 
- du graphisme,  
- et surtout, les dessins de La Dissonance des Corps.

Sans pitié aucune, il publie un premier recueil de ces dessins en mars 2011 aux édition Lapin.

Tout est là :

http://donne-moi-ton-ballon.blogspot.com

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 23 juin 2015 à 10:07
Le 1 février 2015 à 08:44

Don Diego de la Vegan

- Grand-papa, dis, c'est vrai que tu mangeais des animaux ?- Ben... pas des animaux entiers, quand même ! Mais il m'arrivait de manger de la viande, oui.- Mais pourquoi ? - Il n'y avait pas encore de steaks de synthèse à l'époque et puis... je ne sais pas, tout le monde le faisait, on ne se posait pas la question, quoi.- Mais tu les chassais toi-même avec un arc et des flèches ?- Attends, tu me prends pour un barbare ? Je les achetais prédécoupés au supermarché !- Mais le supermarché, il les chassait avec un arc et des flèches ?- Ça, c'était au Moyen-Âge. Le supermarché, il avait des abattoirs et tout.- Et tu mangeais du chat ?- Tu me prends vraiment pour un sauvage, hein. Je mangeais du boeuf, comme tout le monde.- Du boeuf ?- C'est comme ça qu'on appelait les vaches quand on les mangeait.- Et ils sont devenus quoi, les animaux qu'on élevait pour les manger ?- Quand on a interdit la viande, le gouvernement les a relâchés, c'était très beau, une très belle fête, les vaches s'ébrouaient, les poules caquetaient, les moutons moutonnaient...- Ça a dû être si émouvant !- Bon, bien sûr, ensuite, il a fallu les abattre, parce que ça devenait dangereux. Et puis parce qu'on en a profité pour constuire des complexes immobiliers sur les anciens pâturages, aussi. Mais quand même, un très grand moment. Après, il y a eu le problème avec les renards qui pesaient dans les 200 kilos à force de se gaver des poules qu'on avait remises en liberté, mais tout de même. Ça a été un moment très émouvant. - Et dis, grand-papa ?- Oui ?- C'est vrai que tu mangeais des plantes ?

Le 17 novembre 2011 à 09:55

Balzac et le Baron Cerveau

Histoires d'os 21

« Cuvier n’est-il pas le plus grand poète de notre siècle ? Lord Byron a bien reproduit par des mots quelques agitations morales ; mais notre immortel naturaliste a reconstruit des mondes avec des os blanchis, a rebâti comme Cadmos des cités avec des dents, a repeuplé mille forêts de tous les mystères de la zoologie avec quelques fragments de houille, a retrouvé des populations de géants dans le pied d’un mammouth ».   En 1831, Balzac écrivait ces propos élogieux dans La peau de chagrin et son intérêt pour la nouvelle science paléontologique et les pionniers de son époque ne devait jamais se démentir même si quelques années plus tard, il devait se détourner de cette ancienne admiration et tourner en ridicule son grand poéte d’hier. Dans sa nouvelle satirique "Guide-âne à l’usage des animaux qui veulent parvenir aux honneurs", il l’affublait ainsi du titre de Baron Cerveau et le traitait d’habile faiseur de nomenclatures.   Pourtant, il ne faut pas imaginer que l’auteur de La Comédie Humaine avait soudain sombré dans une inexplicable versatilité. Très instruit de la querelle qui opposait Georges Cuvier, ténor de la science officielle, chef de file des anti-transformistes et Geoffroy Saint Hilaire sur la question de l’unicité du plan organique animal, il avait fait le choix de prendre le parti de ce dernier. Et c’est avec un égal enthousiasme qu’il écrivait à son propos: « La proclamation et le soutien de ce système, en harmonie d'ailleurs avec les idées que nous nous faisons de la puissance divine, sera l'éternel honneur de Geoffroy Saint-Hilaire, le vainqueur de Cuvier sur ce point de la haute science, et dont le triomphe a été salué par le dernier article qu'écrivit le grand Goethe.»   Cuvier et Saint Hilaire : Lord Byron contre Goethe ?

Le 14 septembre 2015 à 08:56
Le 15 décembre 2011 à 07:29

Les gladiateurs de l'horreur

Episode 1

Du sang du sang et rien que du sang ! ( Polignac - mai 2013) Ce matin les nuages, comme juste éveillés, s'en allaient nonchalamment finir leur nuit sur les bords d'un ciel rimmélisé. Un petit vent délicieux semble annoncer, à grand coups de trompettes microscopiques, une radieuse journée d'été. L'Aube est là et pointe son frêle museau de camioneur ébouillanté. Un blond duvet de bébé prend racines sur mon coeur coupé en deux dans le sens inverse des anguilles d'une montre. Au loin la montagne verte me salue de son gros nez rouge qui lui sert de palmes rigolotes multicolores. Eclaboussé de félicité, au paroxisme du bonheur, de joie j'attrape au vol un colibri coquin que j'avale comme un lexomil. La journée peut commencer. Une grenouille au regard dégoulinant de sympathie me saute sur le bras et m'indique de sa papatte verte un chemin plein de rosée. Je lui fourre une cassette des Beach Boys dans le cul et nous voilà lançés moi et mon nouvel ipod sur le petit chemin ombragé et plein de rosée. Aucune sensation n'est plus proche du bonheur que celle résultant du plongeon d'un corps dans un petit chemin ombrageux et plein de rosée. Tout, absolumment tout, TOUT est là, heureux pour vous rendre HEUREUX. Les mille-pattes, Les mille et une senteurs, les sources, les ronces, les baies, les bébêtes, les mauvaises herbes, les cailloux, les grosses pierres et même les clôtures électriques piquent vos sens multipliés, des mille et une aiguilles de l'amour. C'est l'éclosion des sens. C'est l'explosion d'essence. C'est l'accouchement d'un cri de joie sur un petit pont de bois, qui ne tenait plus guère que par un grand mystère. A peine ai-je fait quelques brasses dans ce lac d'orgasme qu'un drôle de lièvre me saisit par la manche. - Bonjour bonjour ! le lièvre sympa aimerait être ton ami. accepter comme ami ? Veux-tu bien passer 17 secondes avec moi autour d'un vers ? Si tu as des obligations je te laisse mon e-mail : lièvre@campagne.fr - Mais avec grand plaisir le lièvre, j'ai plusieurs fois 17 secondes devant moi et nulle obligation si ce n'est celle de passer un agréable moment en ta compagnie ! - Mais d'abord permet moi une question : pourquoi ce cornet devant ta bouche ? - un cornet ? - Là , ici, plus bas, oui voilà là on dirait une pro... une prothèse ! - A part mon bec, l'ami je ne vois pas de quoi tu veux parler ! - Un bec !? - Tu penses me faire avaler que tu n'avais jamais vu de bec de lièvre ? - Si. Mais curieusement jamais sur un lièvre. Tant mieux. finalement c'est rassurant. - Qu'est-ce que tu prends ? Un ver de rosée, un ver blanc, un ver de trop ? - Je vais gouter le ver de trop. Pop pop ! - A la tienne p'tit ! - A la nôtre, le Lièvre ! - Conte moi donc ta vie ami lièvre ! Je la pressens pleine de rebondissements... - Soit, mais avant de te lancer dans mon aventure laisse-moi d'abord te narrer une légende ! - Je t'écoute camarade. (un temps) Oh ! mais qu'est-ce qui te prend ?, mon dieu, oh my god ! au secours au secours, quelle horreur ! NOOOOOOOOOON !    Ami lecteur La suite au prochain épisode ....

Le 25 novembre 2014 à 08:43

Vivre d'amour et d'eau fraîche ? Deux biologistes réfutent le fameux adage

C’est la fin d’un doux rêve. Celui de milliers et de milliers de couples français qui ont essayé un jour, ou qui essaient aujourd’hui, de vivre pleinement leur histoire d’amour malgré des conditions financières très difficiles. Ce matin, le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) a dévoilé les résultats de deux biologistes de l’institut. Ces derniers ont semble-t-il mis fin à ce qui révélait finalement de la foi quasi mystique: non, il est tout simplement impossible de vivre, voire même de survivre uniquement d’amour et d’eau fraîche. Décryptage. Un défi biologique intenable Marc Cyrulnik et Anthony Bazire sont les deux chercheurs en biologie du CNRS qui ont conduit cette étude qui vient mettre fin à une croyance vieille de plusieurs centaines d’années. Aujourd’hui, il se disent catégoriques sur la question : « Il est physiologiquement impossible de vivre ou même de survivre avec simplement un apport d’amour et d’eau fraîche. Nous avons constaté chez tous nos cobayes qui suivaient un tel traitement une violente détérioration des tissus musculaires et organiques entraînant un violent déclin physique qui les conduit vers une mort certaine. » explique M. Bazire. En cause, le manque de calories et de graisses indispensables à la survie de l’organisme comme le détaille Marc Cyrulnik : « Certes l’amour nous apporte une certaine forme de bien-être psychologique. Mais ce bien-être n’a jusqu’à présent aucune incidence sur le fonctionnement correct du corps humain. Ou en tout cas très minime et très faiblement nutritionnel. Quant au rôle de l’eau, certes il est indispensable mais reste insuffisant pour permettre de maintenir le processus vital. » Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté de repousser les limites de leurs patients. Mais Marc Cyrulnik et Anthony Bazire racontent s’être heurtés à un nombre impressionnant d’échecs : « On a tout tenté. De faire vivre des centaines de couples uniquement grâce à de l’amour et de l’eau fraîche mais nous avons hélas perdu la totalité de nos spécimens. On a pourtant essayé de changer certaines variables comme le cadre qu’on a voulu tour à tour urbain puis plus rural. Rien n’y fait. Où qu’il soient les couples ne survivent pas à un régime d’amour et d’eau fraîche. » Claire et Laurent ont respectivement 24 et 24 ans. Tous deux encore étudiants sur Paris avec un petit boulot à côté, ils ont pourtant décidé de vivre ensemble sous le même toit. Économiquement cela s’avère rude pour eux et leur consommation quotidienne d’eau fraîche et d’amour commence à les épuiser. Un constat qui fait directement écho à la recherche des deux biologistes Français et sur lequel Claire reste lucide : « Là ça devient dur. On commence à voir nos côtes et plusieurs symptômes graves de malnutrition commencent à apparaître. On rentre pour ainsi dire dans la zone sanitaire à risque mais on tient bon. Après on s’aime et on a de l’eau fraîche. C’est le plus important. Il faut juste qu’on serre un peu les dents en espérant que les choses s’améliorent vite. » La théorie des « 10 de retrouvées » dans le collimateur Cette découverte des chercheurs du CNRS démontre donc que l’expression « vivre d’amour et d’eau fraîche » ne peut être prise sérieusement qu’au sens figuré. Un coup dur pour tous les couples qui espéraient cela possible jusqu’à présent. Le CNRS a également précisé à la suite de la publication de ses résultats que d’autres chercheurs du Centre, des sociologues plus précisément, planchaient dès à présent sur une autre problématique. Les spécialistes en sciences humaines seraient déjà en train de mettre à l’épreuve la fameuse croyance sociale qui voudraient qu’«1 de perdue, 10 de retrouvées. » Une pensée fortement implantée dans les esprits mais qui semble très loin de refléter la réalité si l’on en croit les scientifiques qui essayent cependant de ne pas trop s’avancer : « C’est très difficile de conclure à quoi que ce soit au jour d’aujourd’hui. Mais de toute évidence le compte n’y est pas. On arrive parfois à 3-4 maximum. Mais jamais, au grand jamais, à 10. C’est une estimation qui nous semble davantage symbolique que réaliste. » selon Pierre Pissard, qui dirige cette nouvelle étude. Le Gorafi Illustration: Flickr /  vincen-t  

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Sophie Wahnich : La démocratie prise en étau
Live • 13/02/2018
Aude Lancelin : "Bienvenue dans le monde libre"
Live • 12/02/2018
Paul Auster : rencontre avec François Busnel
Live • 16/01/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication