Vincent Lecoq
Publié le 31/01/2012

Mon petit Sarkozy chéri, mon futur-ex-président aimé


Lettre d'adieu inspirée par celle de Guy Môquet

Tu vas partir ! Ce que je te demande c'est de nous promettre de ne jamais revenir. Retire-toi vraiment et définitivement de la vie politique, comme ceux qui sont passés avant toi. J'aurais voulu que tu le fasses bien avant et ce que je souhaite désormais de tout mon cœur, c'est que ton départ serve à quelque chose. Ne nous refourgue pas le prince Jean où n'importe lequel de tes frères, comparses et complices. J'espère qu'avec ton retrait, toutes les affaires de ton clan prendront fin également, pour que le pays puisse retrouver dignité et fierté.

Toi, petit futur-ex-président, je te salue une dernière fois. Puisses-tu maintenant suivre la voie vers l'oubli qui t'est désormais destiné.

Un dernier adieu à tous tes amis, tes camarades de caste et de clan que j'ai aimés tout autant que toi. Qu'ils se comportent en hommes et déguerpissent avec toi.

5 ans, ton règne a été long, je n'ai aucun regret à ce que vous nous quittiez, tous. Tu vas partir avec Guaino, Guéant et Hortefeux. Je te promets d'être courageux et de surmonter ma peine.

Je ne peux en mettre davantage. Je te quitte , futur-ex-président, et te salue du plus profond de mon cœur d'enfant. Courage !

Ton Vincent qui t'aime autant que tu l'as aimé.

Bricoleur d’images, de sons et de mots, il a débarqué sur ventscontraires.net via la Piste d’envol et s’est tellement incrusté qu’il a fini par en devenir le responsable éditorial. Il est également l’auteur d’une pièce de théâtre et a collaboré à plusieurs fictions TV.

 

Plus de...

Vincent Lecoq

 ! 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 3 avril 2012 à 08:44

Vous craignez l'abstention : parler à un spécialiste peut vous aider

Les derniers chiffres des instituts de sondage sont inquiétants. Depuis quelques mois, les experts exprimaient leurs craintes quant à l'évolution du phénomène mais son ampleur à venir décontenance aujourd'hui les commentateurs les plus optimistes. Manifestement, les Français n'ont plus envie. Le désir s'émousse jour après jour et les danses du ventre, oeillades et autres parades de séduction paraissent aujourd'hui bien vaines au regard du désintérêt et même du désamour grandissant des Français pour ce qui constituait pourtant autrefois une passion et une fierté nationale. Les tentatives d'explication du phénomène sont variées. Certains perçoivent une érosion du désir liée à une lassitude à l'égard de discours, postures et positionnements trop souvent répétés. D'autres expliquent que l'attitude auto-centrée des partenaires potentiels aurait provoqué un rejet de l'acte : à quoi bon s'investir quand l'autre ne pense qu'à lui sans se soucier sincèrement de votre désir et de vos attentes ? Pour d'autres enfin, la morosité ambiante serait un facteur majeur d'explication : les Français, préoccupés par le quotidien, n'ont clairement plus la tête à ça. Trop de rouleurs de mécaniques, trop d'amants en panne d'inspiration ou d'imagination, trop de contorsions vaines et de circonvolutions stériles. Las, les Français s'emmerdent. Tout n'est pourtant pas définitivement joué et il est bien sûr courant de redouter une panne juste avant le passage à l'acte. Et si, pour l'heure, dans les enquêtes d'opinion, l'abstinence ne cesse de progresser, on peut encore espérer qu'un sursaut de créativité, d'audace et de fantaisie pourra revigorer les élans refroidis.

Le 19 novembre 2012 à 09:01

"La journaliste Audrey Pulvar annonce la fin de sa relation avec Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif."

Audrey Pulvar, SMS/AFP, dimanche 18 novembre 2012.

Ah ! que voilà un  genre d’information qui vous délivre des chassseurs de scoops et autres intermédiaires peu fiables. Le medium c’est le messsage, et vice versa. Vous voulez du people ? On vous en donne en prise directe. Ce n’est même pas dans la chambre à coucher que pénétre autrui, c’est dans le lit même, que dis-je, plus intime encore, dans la puce du mobile à touche qui vous « cordonbilicalise » ( désolé pour le neo-log. pas facile à tweeter) avec le monde extérieur. La méthode ouvre des espaces infinis à la transparence démocratique. Ainsi, et à titre d’exemples : «  François Fillon et Jean-François Copé vous annoncent qu’ils ne passeront pas Noël ensemble » ; « Nicolas Sarkozy fait savoir que son épouse Carla va devoir choisir entre son retour sur scène et un retour à la maison » ;  « Jean-Marc Ayrault dément toute liaison ( même aérienne) avec  Cécile Duflot »,  « Valérie Trierweiler accepte l’invitation à diner d’Arnaud Montebourg samedi soir au restaurant le Coq gaulois » ; « François Hollande demande à la journaliste brune qui lui a posé une question économique à sa conférence de presse, de lui communiquer ses coordonnées »; « Marine Le Pen a décidé de porter le voile, seulement à la maison » ; « Manuel Valls déteste le violon, mais souhaite que ça ne se rèpète pas. » Et enfin : « Audrey Pulvar se remet sur le marché, ministre s’abstenir. »

Le 24 mars 2011 à 16:27

« Heureusement, le président a pris la tête de la croisade pour mobiliser le Conseil de sécurité des Nations unies et puis la Ligue arabe et l'Union africaine. »

Claude Guéant, lefigaro.fr, lundi 21 mars 2011

Ses ailes de Guéant ne l’empêchent pas de se crasher. A croire que le ministre de l’Intérieur est un agent stipendié de Kadhafi qui, au lendemain des premières frappes aériennes sur son pays, dénonçait la « croisade » de l’Occident chrétien contre son modeste personnage, promu martyr musulman. En reprenant le même mot évoquant les expéditions moyenâgeuses pour aller « libérer » le tombeau du Christ chez les Sarrasins, Claude Guéant a dit précisément ce que le tyran de Tripoli voulait démontrer et les gens d’Al-Qaïda entendre. Avec un Guéant au micro, les islamistes n’ont plus besoin d’attaché de presse. Nicolas Sarkozy va quand même devoir calmer son thuriféraire. A trop vouloir cirer les pompes, il arrive qu’on se prenne la semelle. Promouvoir Nicolas Sarkozy en Geoffroy de Bouillon, il y a de quoi faire plier de rire la terre entière, Maghreb et Machrek compris. Et susciter d’embarrassantes comparaisons. Le chef croisé du XIème siècle était en effet nettement moins « bling-bling » que son successeur supposé, dix siècles plus tard. La légende veut qu’il reçut un jour les cheiks arabes, assis par terre car  « l'homme doit se souvenir qu'il n'est que poussière et qu'il retournera à la poussière ». Pas vraiment le profil « présidentiel », ce sacré Geoffroy. Quant à Claude Guéant, il est en passe de réussir l’impossible : faire regretter Hortefeux !

Le 27 juillet 2011 à 09:12

« Nous ce qu'on a envie c'est que Sarkozy y soit giclé »

Philippe Poutou, candidat investi par le NPA à la présidentielle, Europe.fr, mardi 26 juillet 2011.

Foin des scrupules de classe ! Le préposé à la succession du facteur Besancenot est certes un ouvrier syndiqué de chez Ford dont il serait socialement incorrect de moquer la syntaxe, mais depuis que le président de la République en exercice martyrise une langue française ayant pourtant chez nous valeur constitutionnelle, il est permis de souligner que, d’emblée, la nouvelle figure du trotskysme présidentiel prend rang parmi les bonnets d’âne du débat politique national. Une catégorie transpartisane en pleine croissance. Le niveau monte assurent des sociologues de l’Education, mais pas uniformément. Le camarade Poutou a le pronom qui fait gicler la conjonction, et la voix passive qui couvre la voix active, en ce sens il tiendrait aisément la jambe à un  Nicolas Sarkozy dont les propos improvisés – ou les discours lus trop vite – sont truffés de phrases mal embouties. Un débat d’entre deux tours les réunissant à l’horizon 2012, aurait des côtés pittoresques. À coups de « c’est quoi que vous aurez fait à ma place ? » et de « c’est facile de causer ce qu’on sait pas », ou encore de « marre que c’est toujours les mêmes qui se la rincent », le débat public tutoierait des sommets. Bien sûr un Jean-Marie Le Pen usait d’un subjonctif impeccable à des fins détestables, ce qui suggèrerait que conjugaison n’est pas raison. Mais ce n’est pas une raison non plus pour pousser la grammaire dans les orties.

Le 23 mai 2011 à 16:02

« Quand Sarkozy expliquera qu'il en a parlé à Obama, vous répondrez que vous en avez parlé à Gérard Dugenou, ramasseur de champignons en Corrèze ? »

Anonyme UMP, p.c.c. Patrick Cohen, France Inter, 23 mai 2011.

François Hollande donné favori aux primaires socialistes est dans le collimateur des « snipers » sarkozystes. Une « gâchette » encagoulée de l’UMP a balancé une première salve dans le Journal du dimanche, ravalant le prétendant du Limousin au rang d’amateur mycophile. La détonation serait restée assourdie, si elle n’avait reçu l’écho providentiel de France Inter le lendemain, à une heure de grande écoute, par la voix du journaliste questionneur relayant le compliment à l’intéressé. Celui-ci a eu beau jeu de moquer ce mépris pour la France des sous-bois. Il est vrai qu’il n’est jamais très malin, de se la péter quand on entre en campagne. Qu’on se souvienne du « Qui connaît ce monsieur Besson ? » de Ségolène Royal. Ca a boosté la vente des confessions imprimées du transfuge socialiste. Obama, qui ne connaît sans doute pas Gérard Dugenou, se rappelle, lui, de Hillary Clinton sa rivale lors des primaires démocrates, quand elle avait diffusé sur les chaines de télévision un spot publicitaire dit des « Trois heures du matin. » On entendait le téléphone sonner à la Maison blanche pour cause de crise grave. Qui saurait répondre, alors que les petits n’enfants américains dormiraient ? Celle qui a été associée aux mandats présidentiels de son époux, ou l’ancien animateur social de Chicago ? On sait qui des deux postulants les électeurs ont envoyé aux fraises.

Le 4 septembre 2011 à 10:36

« Dans l'Essonne, où notre Coréen national va avoir chaud aux plumes »

Alain Marleix, chargé des élections à l'UMP, Public Sénat, vendredi 2 septembre 2011

Alain Marleix a chaud aux fesses depuis qu’il a proféré cette boutade aux relents xénophobes à l’égard de Jean-Vincent Placé, le bras droit de Cécile Duflot.  L’allusion aux racines biologiques de l’écologiste adopté dès son plus jeune âge par des parents normands, a provoqué un tollé. Même Jean-François Copé, camarade en chef du parti de Marleix a « regretté » un tel propos. L’élu du Cantal voulait souligner que Jean-Vincent Placé, candidat aux sénatoriales sur une liste PS-EELV dans l’Essonne, allait avoir quelques soucis avec une liste dissidente. Il n’a sans doute rien appris à l’intéressé qui a la réputation de faire, chez les écologistes, un peu le même boulot que Marleix à l’UMP. Ce n’est évidemment pas une raison. Alain Marleix pourrait bien sûr plaider qu’en associant « notre », « coréen » et « national » il a procédé à une sorte de régularisarion bienveillante de Jean-Vincent Placé. Même si, en faisant de l’impétrant un petit chef  emplumé, Marleix semble se représenter le pays du matin frais comme une réserve apache. Quand on ne s’occupe que de cartes électorales, on peut avoir des lacunes en géographie tout court. Et puis il n’y a pas péril en la demeure. Brice Hortefeux, auvergnat d’adoption comme Marleix (ils sont tous deux nés en région parisienne et parachutés au pays des Arvernes), a dû lui souffler que quand il y a un Coréen ça va, c’est quand il y en a beaucoup  qu’il y a des problèmes.

Le 10 décembre 2013 à 09:08

L'Académie française avoue avoir perdu tout contrôle de l'expression "à bon entendeur..."

La langue française nous prouve encore qu’elle n’en fait qu’à sa tête. Plusieurs académiciens prennent la plume aujourd’hui dans une tribune du quotidien Le Monde pour faire part de leur impuissance et annoncent que l’expression « à bon entendeur, salut ! »serait, selon eux, devenue aujourd’hui totalement hors de contrôle. « Nous déplorons la perte de contrôle de la locution depuis plusieurs mois, mais faisons notre possible pour rétablir un contact » déclare René Girard qui occupe son fauteuil d’académicien depuis 2005. Selon lui, une majorité de Français ne comprend plus la nature de cette expression et l’utilise dans un mauvais contexte, « ce qui lui fait perdre systématiquement son sens initial » ajoute-t-il. Une situation ordinaire mais qui dérape. « Parfois, les expressions nous échappent. Souvenez-vous du drame de “C’est que du bonheur !”, il avait alors fallu des mois pour réussir à la ramener dans le droit chemin. » rappelle l’académicien. Et pour les académiciens, il est peut-être encore temps d’éviter un nouveau désastre linguistique. « On se trouve, au jour d’aujourd’hui, en face d’une aberration et d’un non sens total » s’exclame l’académicien qui souhaite s’engager pour une interdiction totale de la locution dans l’attente d’un retour progressif à la normale. L’homme de lettres cite plusieurs exemples très récents comme une petite annonce publiée sur un site spécialisé : « A vendre écran télé led 117cm très bon état. A bon entendeur, salut ! » ou bien un statut sur un réseau social : « Fini les vacances, retour au boulot lundi, à bon entendeur salut ». Les académiciens annoncent être passés aujourd’hui en état d’alerte de niveau 2 pour tenter de reprendre le contrôle sur la locution. Aux dernières nouvelles, elle aurait été aperçue ce matin au bas d’un menu de restaurant, puis en phrase d’accroche dans l’introduction d’une lettre de motivation. « Si nous ne faisons rien, cette expression sera partout, sur toutes les lèvres, dans tous les papiers, manchettes de journaux, on ne fait rien, nous sommes perdus, à bon entendeur… » termine l’académicien. Le Gorafi Photo:iStock/amite   

Le 4 août 2011 à 08:16

Les SDF nous ouvrent la voie

Dans un contexte de crise de l’hébergement d’urgence, des voix s’élèvent pour reprocher à Nicolas Sarkozy de ne pas avoir respecté sa promesse de 2006 d’atteindre zéro SDF en deux ans. Quelle mauvaise foi ! Après tout, ce n’est quand même pas sa faute si les hivers n’ont pas été assez rigoureux et que ces malheureux ont survécu en nombre. Et puis il faut bien reconnaître qu’il n’a pas ménagé ses efforts. Durcissement des conditions d’accès aux soins, sécuritarisme et stigmatisation systématique de l’infâme assistanat, tout a été fait pour pousser les sans-abri, si ce n’est vers la réinsertion, au moins vers l’exil ou le suicide. Dans un processus qui doit relever du darwinisme social, les SDF ont su s’adapter à la dureté du milieu. Ils sont devenus plus endurants, plus résistants selon une évolution biologique proche de celles que l’on observe chez certains microbes ou virus. Cette mutation dont ils sont les précurseurs concernera bientôt l’ensemble de la société. Dans un monde privé de protection sociale, où les intérêts économiques prendront le pas sur les solidarités institutionnelles, chacun devra en effet faire preuve de force et de combativité. Et là, miracle de la nature, les SDF survivants nous ouvrent la voie et nous donnent de l’espoir. Les plus forts d’entre nous survivront et pourront asseoir leur domination sur les plus faibles. Et ça – reconnaissons-le, c’est vraiment une très bonne nouvelle.

Le 14 février 2012 à 10:52
Le 17 décembre 2011 à 08:23
Le 18 mars 2011 à 10:25

« Les Français, à force d'immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux , ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s'imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale. »

Claude Guéant, Europe 1, jeudi 17 mars 2011

Le ministre de l’Intérieur a décrété une zone d’exclusion territoriale. Son prédécesseur, Brice Hortefeux, avait déjà averti du danger de voir se multiplier les islamo-auvergnats, mais il s’en tenait à un quota de nuisance ne dépassant pas « plusieurs » individus. Désormais on n’entre plus dans le détail. L’arabe est en passe de se substituer au latin dans les églises et à l’hébreux dans les synagogues, il y a donc péril en la demeure du Seigneur ! L’ancien Père Joseph du Président Nicolas Ier détient forcément des informations très sûres sur le sujet. C’est par négligence que l’on n’a pas senti la viande du boucher prendre un arrière goût hallal, c’est par distraction encore que la pose de tapis dans les rues nous a semblé une initiative écologiquement correcte, quand l’obligation de prières va nous faire bientôt courber l’échine à heures fixes, c’est par pure inconscience enfin que la paresse de se raser tout les matins ne nous apparaît pas comme le signe ostensible d’une contamination musulmane des esprits. Paranoïa que tout ça ? Quand une « Miss France » en burqa sera élue pour la première fois, on se souviendra trop tard que Guéant l’avait bien dit ! Guéant qui ? Mais si, celui qui chantait si bien C’est moi le gars de la Marine après une cuite au thé à la menthe !

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication