Gervasio Troche
Publié le 02/03/2012

Dessin sur la ligne #1


Gervasio Troche. Fils d’exilés politiques uruguayens, Gervasio Troche est né à Buenos Aires le 28 novembre 1976. Il a passé son enfance au Mexique et en France puis s’est installé en 1985 en Uruguay où il vit actuellement.

Il a commencé sa carrière en publiant ses dessins dans des fanzines indépendants dans les années 90 puis en 2000, a commencé à collaborer à la revue d’humour “Berp!” de Montevideo. En 2006, il est engagé par le journal “La Repùblica” pour réaliser une bande-dessinée quotidienne et, en 2008, commence à illustrer la page éditoriale du même quotidien uruguayen.

Sur le plan international, Troche publie dans la revue “Hecho” de Buenos Aires en Argentine et dans les revues  «El Estafador » et « Redes para la ciencia y la Cultura del Duodeno de España».

Actuellement, il publie un dessin chaque semaine sur son site : www.portroche.blogspot.com

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 20 février 2015 à 12:10
Le 6 août 2011 à 08:38

Le cerveau millimétré

J’aime le papier millimétré. Avec lui, on sait toujours où l’on va. Un centimètre est un centimètre, sauf les jours de pluie, bien sûr, car il s’étire, et le centimètre de la réalité devient un centimètre virgule un millimètre ou même deux millimètres sur le papier. Alors la transcription de la réalité s’en trouve imperceptiblement changée, car dessiner ainsi n’est pas confortable et la mauvaise humeur qui s’en suit est peu propice à l’annotation rigoureuse de cette sorte d’éléments pondérateurs. Bref, on CROIT dessiner ce que l’on mesure, et sans y prendre garde on majore tout – dans une proportion raisonnable – mais indéniable. Et par un petit glissement analogique, qu’en est-il de l’influence de la pression atmosphérique sur l’enregistrement de nos impressions ? Les aires du cerveau aussi, après tout, forment un support plastique – non pas extensible à l’infini, hélas – mais du moins variable en volume selon les circonstances. Et alors, des yeux charmants, une silhouette pleine de vénusté, des propos spirituels même, ne prennent-ils pas dans notre mémoire une place un peu disproportionnée si on les croise sous un ciel bas ? Je ne suis pas loin de le penser. Evidemment, il en serait de même pour les mauvaises rencontres, mais si les mufles et les laiderons n’échappent pas à cette extension générale, le mal n’est pas grand, les souvenirs les meilleurs sont plus vivaces, paraît-il, que les mauvais. Dans cette perspective, un été pluvieux n’est pas une calamité, bien au contraire. Nous en sortirons tous grandis.

Le 26 décembre 2013 à 08:42
Le 18 septembre 2012 à 08:00
Le 28 novembre 2011 à 09:03
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication