Gamer et Fingal
Publié le 03/12/2015

Changements climatiques


Eliott Gamer en eut un jour marre de dessiner dans les marges de ses cahiers. Il décida d'un seul coup qu'il allait prendre ses cours dans les marges et dessiner au centre. Puis il est rentré en école de dessin d'animation, tout en tenant un blog qui fait sourire dans les chaumières.
Quant à son cousin, Clément Fingal Bénech, après avoir cherché toutes les contrepèteries cachées dans le mot "chambranle", il a commencé un blog d'humour dont l'apparente légèreté en cache en fait une véritable. 

Plus de...

Blogueurs BD

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 17 octobre 2012 à 10:53

On joue poudre, ce soir !

Il est rare qu'une expression de l'argot des coulisses soit signée. C'est pourtant le cas pour celle-ci : Jouer poudre. Antoine Vitez (1930 -1990) qui était metteur en scène, comédien, directeur d'acteurs, poète, en est l'auteur. Il l'a employée un soir de répétition générale. Un soir comme celui-la, il faut que les acteurs se ménagent, qu'ils ne donnent pas tout, qu'ils ne mettent pas le moteur à fond. Ou, pour employer une expression imagée communément utilisée dans le vocabulaire du théâtre : qu'ils fassent la rue Michel. L'expression faire la rue Michel est née d'un calembour entre « le compte » et « la rue Michel-le-Comte », une rue située à Paris, entre le Marais et Beaubourg. Cela fera le compte, cela fera l'affaire, « ça ira comme ça » pour être plus familier. Avant d'affronter le public le soir de la première.   Jouer poudre ne fonctionne pas sur un jeu de mots mais sur une réalité : celle du maquillage. Il se réalise ainsi : d'abord la crème, pour hydrater ; ensuite la poudre, pour matifier. La poudre s'applique avec une houppette ; autrefois, on utilisait une patte-de-lièvre. Au XIXe siècle, le figurant qui ne pouvait se permettre qu'une partie du maquillage, était surnommé une tête à l'huile. Comme il n'était pas rémunéré, il faisait les choses à moitié et se contentait d'appliquer une crème, la plupart du temps, de mauvaise qualité qui lui laissait le visage luisant, comme passé à l'huile. C'est ainsi que jouer poudre, c'est ne donner qu'une partie de ses possibilités d'acteur.   De son côté, l'écrivain Jules Claretie, qui demeura longtemps en poste comme administrateur de la Comédie-Française, produisit ce néologisme : empoudrerizé pour : poudré à l'excès. Antoine Vitez, qui était très cultivé, avait-il suffisamment lu Jules Claretie pour prendre connaissance de cet adjectif ? Lui, adoptant, une expression liée à la rétention, à la retenue ; Jules Claretie un adjectif stigmatisant l'excès, le trop-plein.   La poudre de riz a pour fonction, non seulement d'empêcher la peau de briller, mais aussi de prendre la lumière des projecteurs, sans pour autant donner une impression mortuaire. La tragédienne Rachel, très maigre et très pâle, utilisait une poudre spéciale censée aviver un tant soit peu son teint et à laquelle elle donne son nom : la poudre Rachel. La poudre n'a, cependant, pas que des effets positifs. La poudre blanche, dont les mimes se couvraient le visage, avait été selon les médecins, la cause de plusieurs décès. Jean-Charles Deburau (1829-1873), le fils du célèbre interprète de Pierrot, n'est-il pas mort au cours d'une crise d'asthme .   Puisqu'il s'agit d'une partie du maquillage s'effectuant en deux temps – crème/poudre – Antoine Vitez aurait-il pu, tout aussi bien, dire « jouer crème » ? Mais la crème est pourvue de trop de connotations érotiques ! La crème, c'est le sperme, crème d'amandes ou sirop des gourmandes... Et, faire mousser la chantilly, cette si jolie manière de dire, est liée à la fellation ; et à la prostitution, une mousseuse, c'est une prostituée.   Si le maquillage se fait en deux temps, Antoine Vitez a eu doublement raison de créer une expression attachée à l'histoire du théâtre, ainsi qu'à l'une des ses pratiques. Avec une dimension poétique.

Le 27 mai 2012 à 08:29

La présentatrice du journal télévisé

La présentatrice du journal télévisé Quoi ! Vous pensiez que j’irai m’embarquer sur l’autre bord ? Vous rigolez ! Je veux bien croire que dans la vie d’artiste on n’est jamais trop aidé. Mais tout de même la main secourable, je la préfère plus lisse. Bien-sûr, je n’ai rien contre des grecs en toge exposant leurs pensées turgescentes à des esprits ouverts si c’est leur goût. Moi, je préfère ne pas être trop aidé. Je me débrouille tout seul avec ma copine.  Et puis, je suis fidèle. Je change jamais de chaîne. Surtout le midi. C’est comme une messe. Seulement là, y’a pas de curé. Mais une présentatrice qui rigole parfois, surtout quand c’est pas drôle.  En mangeant je suis le journal télévisé. Le journal télévisé c’est bien pour se divertir. Quotidiennement. Toujours sur la même chaîne. Je suis passionné par cette chaîne publique et ça remonte à longtemps. Longtemps. Bien avant le sergent et même Socrate. Et surtout, le midi, avec la présentatrice et son humour, son humour qui me surprend. Après tout, chacun  peut trouver à rire dans un journal où des soldats urinent sur des cadavres pendant que des banquiers ruinent des pays. Et puis, cette femme, c’est une professionnelle. Comme une mère attentionnée bordant son enfant endormi, elle lit son prompteur sans bafouiller pour des parents repus. D’ailleurs, tout se lit dans ses yeux. Pour expliquer les mesures du gouvernement, elle fronce les sourcils.  L’info est grave. Il faut comprendre. Pour le reste, vous pouvez sourire ou presque. Et puis, vous faîtes ce que vous voulez. C’est votre édition après tout. C’est pas moi qui le dis. C’est elle, la présentatrice. « Bienvenue dans votre édition du treize heures ! » qu’elle annonce au début du journal. C’est sans conteste vous les journalistes ménagères de moins de cinquante ans qui avez décidé de montrer des clientes en soutien-gorge et en culotte faisant les soldes dans un magasin de vêtements au moment où une agence de notation sanctionne d’une mauvaise note la France avec sa dette et les français qui sont de mauvais acheteurs !  J’avoue que c’est flatteur pour vous, cerveaux disponibles au message publicitaire, qui prenez Clavier pour De Funès, Montagné pour Ray Charles et Sarkozy pour Napoléon. Vous voilà les rédacteurs bénévoles d’un journal payé par votre redevance. On arrête pas le progrès ! D’ailleurs, l’édition finit toujours aussi bien qu’elle a commencé. Dans un moment de promotion strictement journalistique, la présentatrice parle avec son invité. Je me souviens de Jean-Paul Guerlain.  Pour qualifier son travail acharné à la recherche du parfum idéal, il a déclaré : « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours travaillé, mais enfin… » Et la présentatrice, vous devinez sa réaction ?  Elle  a pouffé. C’est une femme  qui a un drôle d’humour.

Le 17 mai 2011 à 08:15

Soubrette

Que Dominique Strauss Kahn ait droit à la présomption d’innocence face aux accusations gravissimes portées à son encontre, c’est normal, et légal. Et même, c’est sain. Mais que la femme de ménage qui l’incrimine n’ait, elle, pas droit à la présomption du traumatisme subi, là il faut qu’on m’explique. Depuis dimanche, pas un mot sur elle dans les médias français, ou dans la bouche de nos politiques (à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon) sollicités en boucle sur ce qui est d’ores et déjà devenu « l’affaire DSK ». Pourquoi ? Si les faits qu’elle reproche au patron du FMI sont avérés, ne peut-on pas légitimement supposer que cette femme souffre des conséquences d’une telle agression ? Ne peut-on avoir une pensée pour elle, sans pour autant tirer à boulets rouges sur son agresseur supposé ? Certes ils ne sont que deux à connaître la vérité, mais pourquoi parler toujours de lui, jamais d’elle ? Pourquoi la tenir à l’écart de nos colonnes médiatiques comme on le ferait d’une maladie honteuse ? D’ici à ce qu’on retombe dans les travers habituels dès lors qu’il y a viol ou soupçon de viol, sur l’air de : « elle l’a cherché, elle l’a piégé », il n’y a qu’un pas. Espérons qu’il ne sera pas franchi, avant que la lumière ne soit faite sur cette lamentable histoire. Gageons que si elle n’était pas femme de ménage mais femme de pouvoir et/ou d’argent, nos journalistes et politiques nationaux se souviendraient qu’elle existe et que derrière sa plainte se cache un être humain, qui ment peut-être mais qui peut-être aussi dit la vérité. Mais elle est soubrette, et la France s’en fout. Car il ne fait pas bon être pauvre et sans grade dans notre beau pays. On le savait. Mais ça va mieux (du moins moi je vais mieux) en l’écrivant.

Le 11 janvier 2013 à 14:26

La bande dessinée pour tous (du mariage)

Hop là, alors pour les éléments, je vais faire comme Marion Montaigne et vous renvoyer aux sources. Pour l'homosexualité animale ( on n'est pas des bêtes, merde !) : lire La vie amoureuse et érotique des animaux de Sparks John (Edition Belfond, 1978) Mais aussi on vient de me signaler ça : une émission récente de France Inter c'était intéressée au sujet de la sexualité animale. Sinon pour les personnes qui souhaiteraient un peu mieux savoir ce que c'est que l'anthropologie, je conseille la lecture de cet excellent cours d'introduction à l'anthropologie. A conseiller aussi à certains qui pensent savoir... Gio, n'hésite pas ! Pour les modes matrimoniaux alternatifs ( polyandrie, polysémie, système tournant), j'ai trouvé mes sources dans une thèse de doctorat d'Emmanuel Gonon, de l'université de LYON 2, lisible ici, Alors après, je suis bien d'accord, les universitaires, ils n'y connaissent rien, c'est bien connu. Surtout les docteur es sciences. Pour la légalisation du mariage gay et ses conséquences sur la société, les plus curieux pourront se rendre dans les pays voisins de la France pour vérifier la chose de leurs propres yeux et constater les ravages incroyables sur la société (rupture des sceaux de la destruction, pédophilie partout, jeunesse dépravée s'abandonnant à la drogue, chiens refusant d'aboyer et autres horreurs). Je vous conseille la Belgique, c'est pas loin, l'Allemagne, c'est pas cher, l'Espagne, ils n'ont plus un sou vaillant. Moi je vis en Allemagne, en fait, en vrai en Allemagne c'est un "pacte d'union" mais tout le monde appelle ça mariage (les allemands, faut pas leur faire confiance, c'est des nazis). Du coup, je connais des couples homo mariés, c'est la cata. A chaque fois qu'un couple homo se marie en Allemagne, un arbre à currywurst est planté. Si vraiment ça vous intéresse, mais que vous êtes trop casanier pour vous bouger les fesses, il y a une petite carte wikipedia très sympa sur la situation de l'homosexualité dans le monde. Vous allez voir c'est marrant, en bordeaux, il y a les zones où l'homosexualité est passible de la peine de mort. Le fun ! Pour la suite ça viendra en son temps, mais, si vous voulez voir mes sources d'inspirations pour cette note et pour les (probables) suivantes, vous pouvez venir dîner dans ma famille, ou alors il vous suffit de vous rendre sur l'un de mes autres blogs où j'ai écrit un article un peu remonté qui s'appelait "Le mariage gay et le mariage triste". Je vous conseille de lire les commentaires, certains sont éloquents. Et trop longs. Enfin, j'ai entretemps trouvé un texte magnifique de clarté et d'ouverture sur le mariage pour tous et sur les manifestations, plus intelligent et convaincant que je saurais jamais faire. Je vous aime tous. Bonne année.

Le 28 juin 2012 à 10:24

" Il n'y aura pas d'euro-obligations aussi longtemps que je vivrai. "

Angela Merkel, Bundestag, Berlin, 26 juin 2012

Et le lendemain elle était invitée à diner par François Hollande à l’Elysée. Angela, ce soir-là, avait dû emmener avec elle un goûteur. Des fois que le président français la prenne au mot pour faire passer cette idée d’une mutualisation de la dette publique des européens. On a beau être entre gens civilisés, il y a des coups de pouce qu’on préfèrerait donner au destin plutôt qu’au SMIC. Mais il faut reconnaître à la chancelière allemande une foi chevillée au corps. On n’en connait pas beaucoup de ses collègues qui iraient mourir pour un emprunt. Certes si elle s’oppose à ces “euro obligations” c’est parce qu’elle ne veut pas que ses compatriotes se retrouvent  avec des créances pourries et leurs yeux pour pleurer des larmes de bière. Dans le système des euro-obligations chacun devrait en effet apporter une garantie à la hauteur de ses moyens, et les moyens allemands sont très au dessus de la moyenne communautaire. Quand l’on sait que l’opposition social-démocrate à la chancelière ne serait pas  hostile à cette “mutualisation”, ce qu’elle suggère en définitive à ses compatriotes c’est de la réélire à vie, afin de ne pas être les dindons de l’euro. Ce n’est cependant pas faire injure à la médecine d’outre-Rhin, que de lui prédire une fin inéluctable à la chancelière. Ce serait alors la revanche des euro-obligations ? Même pas. L’économie européenne c’est un match qui se joue à 27, mais où c’est toujours l’Allemagne qui gagne.

Le 5 décembre 2015 à 07:43

Prenez, ceci est mon... hips

En avril 2013, à Avignon, un homme été contrôlé par la police avec un taux d'alcoolémie de 11 grammes par litre. Quand on sait que le taux d'alcoolémie théoriquement mortel se situe autour de 5 grammes, on ne peut s'empêcher de saluer la performance du valeureux Vauclusien. Pourtant, en l'an 33 de notre ère, un homme s'était illustré avec un niveau d'alcoolisation encore plus spectaculaire. Lors d'un repas qu'il partageait avec une douzaine d'amis, notre champion leur confia que son sang était en fait du vin, un délicieux rouge à 12 degrés que son père adoptif aurait qualifié de bien charpenté. J'imagine d'ici les doutes qui ne manqueront pas d'émerger dans votre sourcilleux esprit mais l'homme dont on raconte ici l'exploit n'a rien d'un menteur et je vous demanderais de considérer ses propos comme paroles d'évangile. Revenons à nos moutons, ou plutôt à notre agneau pascal qui révéla à ses camarades que son sang et le vin avaient les mêmes caractéristiques et contenaient donc la bagatelle de 12% d'alcool. Quand on sait qu’un humain (fils de Dieu ou pas) compte environ 6 litres de sang et que la densité de ce sang est de 1,06 kg/litre, on peut en déduire que notre ami comptait 6,360 kg de sang. Le sang de celui que, pour préserver son anonymat, nous appellerons JC contenait 12% d’alcool soit 763,2 grammes d’alcool pour 6 litres de sang. Le taux d’alcoolémie du prodigieux buveur était donc de 127 g/l. Avec un tel taux d’alcoolémie, notre homme aurait dû être mort depuis longtemps. Le miracle de sa survie peut sans aucun doute être considéré comme la preuve de sa nature – n'ayons pas peur des mots - divine. Pour savoir ce qu’a bu JC pour atteindre un tel taux d’alcoolémie, on applique la règle suivante : taux d’alcoolémie : Alcool Total absorbé (g) ÷ [ Poids (kg) x le coefficient de diffusion ] Pour un homme, ce coefficient de diffusion est de 0,7. Si on estime que JC pesait 70 kilos, on peut conclure que, pour atteindre un taux d'alcoolémie de 127g/l, il a ingéré 6223 g d’alcool soit 622,3 verres et donc environ 83 bouteilles, ce qui représente, reconnaissons-le, un sacré exploit. Rien d'étonnant donc qu'avec un tel niveau d'alcoolisation, notre ami JC ait pu avoir l'impression de marcher sur l'eau et voir des pains se multiplier sous ses yeux.

Le 27 août 2014 à 08:25
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication