Yorick Sirdon
Publié le 18/05/2012

Tour du monde à domicile


Est-ce le Sacré-Coeur ou bien un Taj Mahal extradé des Indes mogholes qui veille sur la rumeur des marchands ambulants de Barbès ? Dur à dire. Quartier Château rouge, on ne sait plus si c'est la mousson congolaise ou une giboulée tardive qui coule le long des caniveaux de la rue des poissonniers. La douce lenteur d'une croupe éléphantesque vient rompre la cadence toute militaire du pas du parisien égaré qui, pour le temps d'une volute d'encens, devient Marco Polo ou Alice aux pays du livre des merveilles. Qu'un vieux vaudou jette d'un doigt tremblant une malédiction sur le caissier effaré d'une épicerie exotique et le doute n'est plus permis, on est sous des tropiques qu'épargnent les canicules. Qu'une princesse nubienne vienne à croiser la route du promeneur blasé sur l'air de kompa échappé d'une boutique de perruques et c'est un rhum hors d'âge qui coule dans ses veines. Flânez les gens, ici, le rêve est de rigueur, même si le sommeil se marchande, parfois. Un car de CRS fait des avions sans papiers. Monte là-dedans, tu ne verras plus Montmartre. Le monde ne peut accueillir toute la misère du monde. Taj Mahal mon cul, soyons lucides, welcome to réality. C'est bien le Sacré-Coeur, et il est de pierre. Le Parisien peut reprendre son pas cadencé en se persuadant que c'est un point de côté qui le meurtrit, pas un pincement au coeur. L'homme africain, lui, ressort de l'Histoire pour regagner ce continent qui, à en croire certains, nous a tous vu naître.

Je suis né à Nantes le 21 août 1984. S'ensuit une enfance absolument quelconque qui me mène directement à une adolescence marquée par une pyromanie maladive, canalisée tant bien que mal par mon tabagisme excessif. Après un cursus universitaire en Histoire contemporaine, je me sens à même d'analyser les raisons structurelles pour lesquelles je suis actuellement au chômage.

 

Plus de...

Yorick Sirdon

 ! 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 22 mars 2014 à 09:15
Le 25 septembre 2012 à 09:13

En avant, marche !

J’ai envie de répondre à Monsieur Chevillard qu’au XXIe siècle, il existe l’escalator, un système d’ascension mécanisé qui permet d’atteindre les sommets sans user ses semelles et, accessoirement, ses talonnettes ! Ledit appareil favorise une élévation vers les cimes, en particulier, dans les grands magasins qui font passer les rêves de Zola pour de misérables dinosaures ! Le principe me paraît simple, il suffit au quidam de se positionner élégamment sur une marche qui le guide, sans effort, vers les faîtes de la consommation de masse. Je reconnais que certains escalators possèdent une impressionnante denture, mais, pour se rassurer, on a la possibilité de s’accrocher à une rampe, d’un noir luisant, et d’y abandonner, sans crainte, les dessins humides de ses doigts moites. Les traces digitales sur les surfaces laquées, cela amuse toujours les petits et les grands qui répondent ainsi à un fantasme collectif : celui de laisser ses empreintes de mains et de pieds sur les murs chaulés d’une caverne auvergnate ! Je vous le jure, nous avons encore en nous les vestiges du primate. En outre, si l’escalator venait à arrêter sa course lente, sous le ciel artificiel d’une aire commerciale, il serait envisageable de continuer son chemin à la seule force de ses mollets. Tout a donc été prévu pour le confort du voyageur en escalier. Mieux ! Il peut même arriver que la marche hoquette dès l'instant où elle touche le palier et là... c’est l’hilarité assurée, car celui qui se tient sur la marche rebelle finit les quatre fers en l’air sur le sol vitrifié du charmant magasin provincial ! Ainsi, ce petit gag détend l’atmosphère, redonne le sourire aux citadins pressés ! Décidément, avec l’escalator, l’homme moderne est aux anges ! (En réponse à la chronique d'Eric Chevillard consacrée à l'escalier)

Le 14 décembre 2015 à 09:28
Le 18 décembre 2011 à 08:36
Le 8 avril 2013 à 14:23

Wilfred

6 avril 2013

Cher Wilfred de Bruijn. Dans la nuit du 6 avril 2013, tu prétends avoir été agressé dans le 19e arrondissement de Paris par des « soi-disants » homophobes qui te seraient tombés dessus  – genre – parce que tu marchais innocemment avec la main de ton amant dans la tienne. Balivernes ! Wilfred, tu n'as pas été agressé par des homophobes. Non. Plus que par des homophobes, tu as été agressé par LA France, rien que ça : une France rassemblée et solidaire comme elle dit, une France fière de ses origines, de son histoire, de ses traditions et surtout désireuse de défendre les familles et plus particulièrement les petits enfants innocents qui n'ont rien demandé à personne, encore moins à ce qu'on les défende de quoi que ce soit ni qu'on parle à leur place. Parce que c'est important les enfants. On ne peut rien rétorquer à ça et c'est implacable comme argument, les enfants. Tu as été agressé par une France qui n'a rien d'homophobe parce qu'elle a toujours à ses côtés un meilleur pote pédé bien comme il faut qui lui suffit amplement à la crédibiliser en tant que non-homophobe (tout comme elle a un meilleur ami noir, un meilleur ami arabe, un meilleur ami juif qui lui suffisent à être respectivement considérée comme non-raciste et non-antisémite). Tu as été agressé par une France qui aime les homos parce que c'est joli et tendance, mais qui les juge « un peu » contre-nature quand même, faut pas pousser, une France qui pense que le couple et donc le mariage ne se définiront jamais qu'au travers de la procréation (l'amour ou bien tout simplement le droit, il s'agit d'autre chose). Wilfred, tu as été agressé par une France qui est persuadée qu'autoriser le mariage entre homos, c'est la porte ouverte à la pédophilie, la zoophilie, et à des accidents nucléaires sans précédents dans les quatre coins du monde. Tu as été agressé par une France catholique mais pas que, une France de droite mais pas que, une France riche mais pas que : tu as été agressé par la France. Point. Par nous tous. Et surtout par moi. Je t'ai agressé. Je suis de fait cette France qui met des serre-têtes mais qui ne doit pas être résumée à cela parce que ce serait caricatural, je suis cette France responsable qui passe son temps à te juger, cette France qui te regarde d'un drôle d'air dans le métro, les bus, parce que parfois, tu parles un peu trop haut, un peu trop aigu, avec un peu trop de ce rien dans la hanche ou bien avec un peu trop de rien du tout. Je suis cette France qui te crache dessus, qui te montre du doigt et te traite comme un chien mais qui n'est pas homophobe, non, cette France qui manifeste pour qu'on t'enlève des droits là où généralement le reste du monde manifeste pour en acquérir. Tu as été agressé par cette France : je suis cette France de traditions, cette France de gamins que l'on fout à la porte parce que différents, cette France qui aime les homos mais n'aime pas les gays ou bien encore cette France qui aime les homos mais chez les autres ou bien encore dans les films de Ang Lee avec les jolis paysages et les jolis chevaux. Tu as été agressé par cette France de haine Wilfred de Bruijn, pas par des homophobes, parce que la France n'est pas homophobe, ça non. Je suis celui qui t'as agressé. Je suis celui qui t'as ouvert la lèvre, celui qui t'a fait pisser le sang sur le trottoir. On m'a forcé de ce fait à l'être. Je suis ton agresseur. Nous le sommes tous. Nous le sommes tous. Nous ne pouvons échapper à cela lorsque nous te regardons droit dans les yeux, Wilfred de Bruijn.

Le 4 octobre 2014 à 08:20

"J'ai vécu avec un extraterrestre."

Madame Monique, 58 ans, témoigne.

J'ai longtemps vécu avec un extraterrestre. Ce n'est pas drôle, vous savez, et je ne le souhaite à personne. Mon extra-terrestre s'appelait Charly. On s'était rencontré sur le site j'adopteunE.T.com ; ça été le coup de foudre, on est devenu amants, puis il est venu vivre à la maison. Bon, Charly n'était pas très beau ; il n'était pas très intelligent non plus, malgré sa grosse tête ovoïde qui avait du mal à passer sous les portes. Mais il était doux, attentionné et il était bien membré pour un extra-terrestre. Bref, je pensais avoir fait le bon choix, ce qui n'est pas simple quand on voit tous ces E.T sur les sites de rencontres. Mais je n'ai pas tardé à comprendre que Charly me jouait la comédie. Il n'avait pas de travail et n'en cherchait pas. Quand j'étais au boulot, Monsieur passait ses journées à regarder Star Trek, avachi dans le salon comme une grosse nouille, une bière dans chaque main. Parfois il invitait ses potes, rien que des E.T marginaux et affreux, et ils faisaient la foire. Les extra-terrestres, je ne sais pas si vous le savez, mais c'est très bruyant et mal élevé, ça bave partout, un peu comme des ados acnéiques en manque sexuel. Bref, quand je rentrais chez moi, c'était le chaos total ; Charly et ses potes avaient les yeux rouges ou verts, ils fumaient des trucs pas nets. Un jour, j'en ai eu marre : j'ai viré Charly. Je l'ai jeté dans la première soucoupe volante qui passait par là, d'un bon coup de pied au cul ! Il a essayé de revenir une autre fois en passant par la fenêtre, mais j'ai tenu bon : je l'ai jeté du haut du balcon, il s'est étalé comme une grosse merde en bas, puis il a rassemblé son corps flasque et adipeux et il a détalé fissa. Depuis, je ne l'ai pas revu. S'il revient, croyez-moi, je lui logerai un coup de sabre laser en travers de la tronche !

Le 27 janvier 2015 à 08:16

Le Professeur Pascal répond à vos questions

Doit-on limiter la liberté d'expression ?

OUI. Il est urgent de limiter la liberté d'expression, pour ceux qui veulent la limiter. Ils verront, les braves, combien il est délicieux de s'exprimer avec une bâillon sur la bouche, un pistolet sur le tempe. Ils verront, les courageux, combien c'est amusant de faire un joli dessin, quand on a les deux mains coupées. Qu'ils en fassent l'expérience eux-mêmes, c'est tout le bien que nous leur souhaitons ! D'ailleurs, il est souhaitable que, à l'exemple des zones non-fumeurs, nous créions çà et là dans le pays des endroits légaux où on prendra bien soin de limiter la liberté d'expression, cette vieille putain lubrique et fille de Satan ! Commençons par expurger les bibliothèques, ces repères du vice et de l'ignorance ; contentons-nous de projeter Heidi et Lassie chien fidèle dans nos salles de cinéma (avec la lumière allumée, cela va de soi) ; exigeons que nos présentatrices télé se vêtent correctement, c'est-à-dire d'un sac à patates, solution économique comparée à un tailleur Chanel. Et, surtout, surveillons notre langage ; exprimons-nous comme un moteur de recherche Google ou une notice Ikea ; au besoin, coupons-nous la langue et offrons-la aux chiens, ces zanimaux zimpurs. De cette façon, nous en sommes sûrs, tout ira pour le mieux dans le pire des mondes possibles. On retrouvera le respect, nom de Zeus ! Le respect à coups de trique, bien évidemment, car il n'y en a point d'autres. Et, tout à notre limite de nous exprimer, la langue cadenassée comme une ceinture de chasteté, nous retrouverons enfin le goût de ces mots perdus si chers à nos oreilles bouchées, les mots servilité, esclavage, tyrannie, et tant d'autres tombés dans les culs-de-basse-fosse de l'Histoire.

Le 25 juin 2013 à 09:04

La Sécurité routière veut encadrer le port de la frange au volant

Un effet de mode qui s’avère particulièrement pervers. Selon les statistiques présentées aujourd’hui, le port de la frange au volant aurait causé plus de 5% des accidents de la route l’année passée. Et contrairement à ce que laissent penser les expressions machistes et sexistes sur les femmes et la conduite, les hommes sont tout aussi concernés que les femmes par cette mesure. Reportage. C’était un samedi ordinaire pour Isabelle (*). Elle sort de chez le coiffeur et prend sa voiture pour rentrer chez elle. Soudain, le trou noir. « J’ai réalisé que je n’y voyais plus rien du tout. Et quelques secondes plus tard, c’était l’accident ». La voiture d’ Isabelle percute plusieurs voitures en stationnement, fort heureusement, sans blessures graves. Pour Isabelle, il apparaît clairement, elle en est même certaine, que c’est la frange qu’elle venait de se faire faire chez le coiffeur qui a causé l’accident. « Elle était trop longue. Quand je me suis assise, cela a créé comme un rideau opaque, tout était sombre devant moi, je ne voyais plus mes mains ni le volant » raconte-t-elle. Des témoignages de la sorte, la Sécurité routière en dénombre plusieurs centaines.  Ceux de jeunes femmes, qui, succombant à une mode capillaire, ont bien failli perdre la vie dans des accidents de la circulation. « Selon nos statistiques, 5% des accidents de la route en 2012 sont liés à des ports de frange non réglementaires. Tout se déroule en quelques secondes : la conductrice ne voit plus rien, elle perd immédiatement le contrôle de son véhicule ». Pour Céline Montclair, auteure du rapport qui met en cause la frange, il faut mettre en place de nouvelles réglementations avant  que d’autres accidents plus graves se produisent. « Toutes les conductrices sont concernées. Mesdames, ne mettez pas votre vie en jeu. Aujourd’hui nous constatons cela chez les automobilistes, mais dans un avenir proche, d’autres catégories socioprofessionnelles pourraient être touchées, comme les conductrices de train ou les pilotes d’avion ». Le rapport propose donc une réduction de la taille maximale de la frange et met en garde non seulement les jeunes femmes mais aussi les hommes, de plus en plus tentés par cette mode. « Les statistiques font mentir les expressions sexistes sur les femmes au volant : elles sont prudentes. Et nous avons constaté qu’il y avait plusieurs hommes parmi les victimes de frange au volant. ». Selon elle, il s’agit de cas isolés, mais il faut prendre la chose au sérieux. « Cette coiffure a été popularisée par le chanteur Justin Bieber et hélas, les jeunes douchebags ne se rendent pas compte qu’ils sont non seulement ridicules mais en plus dangereux » affirme aussi le rapport. (*) le prénom a été modifié Le Gorafi Photo: iStock/IsaacLKoval

Le 21 janvier 2012 à 09:40
Le 18 novembre 2011 à 09:04

L'école, c'est plus ce que c'était

Aux temps bénis des mines de charbon, un Hugo pouvait clamer : « Ouvrez une école, vous fermerez une prison ». Alors qu'en est-il à l'heure du nucléaire ? Et bien c'est l'inverse ! On ouvre des prisons et on ferme des écoles. Pourtant, ce constat hugolien côtoyait à la même époque un autre aphorisme : « Apprenez-leur à lire, ils se révoltent ! » Et les révoltés, on les enfermait. Étrange paradoxe dont on a su tirer les conséquences ! En effet, aujourd'hui, l'éducation nationale met tout en œuvre pour maintenir la paix sociale en entretenant l'illettrisme au sein des classes dangereuses. Un bon point, donc. Mais voilà. Y a plus d'autorité. Avant, l'élève récalcitrant, on lui cassait le bras ! Pour apprendre à écrire, ça ne facilitait pas les choses, j'en conviens. Oui, mais maintenant, quel laxisme ! Déjà, y a plus que des femmes dans l'enseignement. Des femmes ! En soit, quand on sait que l'école est le lieu de la transmission du savoir, c'est déjà absurde. Blaise Pascal qualifie l'homme de roseau pensant. Et la femme, alors ? Je vais vous le dire, c'est entre les lignes, la femme est un roseau, point barre ! Et un roseau comme tuteur, ça vous fait des tordus ! De l'autorité, de l'autorité, de l'autorité, voilà le remède... En plus, ça les habituera à la prison. Un seul point positif dans cette affaire. Si on admet, comme Trotsky, que le savoir est une arme, on ne peut que féliciter nos jeunes pour leur pacifisme militant.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication