Jean-Christophe Royer
Publié le 16/07/2012

Prises de Choux - Humour paysan & Dérivés #21


Né le 11/12/65 à Saint-Malo
Habite à Colombes(92) 
Concepteur-rédacteur en publicité.
Marié, deux enfants, un chat, sept guitares.

Découvez Prises de choux sur Facebook 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 3 décembre 2014 à 09:17

Le Professeur Pascal répond à vos questions

Langue de bois et dérivés.

Tout le monde connaît la langue de bois, mais on ignore ses dérivés. En voici quelques uns : La langue de bois vernis. Essentiellement parlée dans les soirées mondaines, la langue de bois vernis se susurre entre deux coupes de champagne. Elle ne parle que de choses élégantes et futiles, qui sont pourtant essentielles à la survie du luxe. C'est la langue des gens bien nés et particulièrement vernis. Les pauvres n'y ont pas accès. La langue de sous-bois. Un brin gauloise et libidineuse, la langue de sous-bois se pratique aux abords des aires autoroutières et du bois de Boulogne. On la croit fleurie, mais elle dit les choses comme elles sont. Une chatte est une chatte, une pipe est une pipe, nom d'une pipe ! Souvent, la langue de bois se réduit à une série de râles virils et broussailleux pour s'achever en formules de politesse assez conventionnelles : « Merci, Madame. Je vous souhaite une bonne journée. » La langue de bois de chauffage. Langue de nos terroirs bien de chez nous, c'est autour d'un feu de bois et d'une bouteille de gnôle qu'elle s'épanouit vraiment. Elle rassemble aussi bien des chasseurs après une battue que des bobos parisiens venus s'encanailler dans un bled perdu de La Creuse. Les moustaches et la chemise à carreaux en coton gratté s'accommodent bien avec cette langue. La langue de bois-que-je-me-chauffe. Souvent réduite à des apostrophes agressives comme « putain » ou « enculé », la langue de bois-que-je-me-chauffe s'exprime vertement dans les embouteillages et devant un pauvre imbécile qui s'échine à respecter les limitations de vitesse. A noter que « enculé » est souvent associé à « sale pédé ». La langue de bois de cerf. Idiome préféré des chasseurs, il se débite en différentes parties appelées communément « la curée ». Le cerf n'a pas son mot à dire. Les biches et les faons observent le spectacle, interloqués. On offre les parties nobles à ceux qui ont organisé la chasse à courre. Pour les gueux, il reste les sabots. Ça fait toujours classe dans un salon, accroché à côté du berger allemand en tapisserie. La langue en aggloméré de bois. Uniquement parlée dans les magasins Ikea, cette langue résulte d'un mélange audacieux de mots suédois, de chiffres et de pictogrammes expliquant à quoi ressemble un clou et un marteau. C'est une langue lisse comme un plan de travail de cuisine. Attention quand même à ne pas la parler n'importe comment, sinon vous risquez de vous prendre les étagères sur le coin de la gueule. La langue de sciure. Ce qui reste de la langue précédente, quand on a décidé de tout bazarder à la déchetterie pour se meubler en style Louis XV. Recyclable, la langue de sciure se transforme en litière pour chats et lapins nains. La langue de bois de rose. C'est la langue des amoureux un peu gnangnan. Elle se réduit à des mots simples comme « je t'aime », « j'ai envie de toi », « tu es l'amour de ma vie », « je veux bien prendre une douche avec toi ». Avec le temps cependant, elle peut devenir râleuse ou carrément hostile : « Pauvre naze ! Et dire que je t'ai épousé ! » est une de ses formules préférées. La langue de bois de sapin. Pratiquée par les employés des Pompes funèbres, la langue de bois de sapin sent le sapin et l'after-shave bon marché. La gueule de l'emploi est requise pour la parler, le costume un peu long aux manches. C'est une langue qui parle de la mort en termes techniques : « Le défunt mesure combien environ ? » ; « Pour la toilette mortuaire, on met un parfum bio ou pas ? » Pour autant, cela n'interdit de faire un petit geste commercial en direction des familles dans le besoin, à condition qu'elles soient solvables. La langue des bois de justice. Celle-là vous coupe le sifflet en moins de deux. Disparue en France depuis 1981. Certains nostalgiques la parlent encore ; on dit même qu'ils apprécient la tête de veau.

Le 21 juin 2012 à 08:00

Il en a dans le chou !

Entretien avec Jean-Christophe Royer

Depuis maintenant 4 mois, Jean-Christophe Royer propose chaque semaine sur ventscontraires.net ses « Prises de choux », petits bijoux d'humour paysan au bon goût de terroir. Sachez qu'il est aussi l'un des créatifs publicitaires les plus primés au monde. Il vient encore de recevoir 4 prix pour une campagne que nous avions envie de vous faire découvrir.   Les lecteurs de ventscontraires.net vous connaissent pour vos « Prises de choux » mais peu savent que dans la « vraie vie », vous travaillez dans la publicité. Vous y faites quoi exactement ?   Je suis concepteur-rédacteur dans une agence de pub : BETC/PARIS. En deux mots, mon travail consiste à trouver des idées en partant d’un « brief » des clients/commerciaux pour de la presse, de l’affichage, de la radio, des films, du web…   Quitte à froisser un peu votre modestie, pouvez-vous nous dire deux mots sur les campagnes qui vous ont valu un bon nombre de distinctions ces dernières années (éventuellement un mot sur votre palmarès) ?   Vous ne froissez rien. Les quelques campagnes récentes que j’ai faites qui se sont fait remarquer sont des films pour Canal+ : L’ours et, toujours pour Canal+ : Le placard. Une campagne presse pour Ricard, quelques films Peugeot… Quant au palmarès récent, le film du placard a été le film de pub le plus récompensé au monde en 2010, et « L’ours » semble en prendre la voie…   Vous venez de recevoir 4 lions d'or à Cannes pour votre campagne « Blood relations ». Pouvez-vous nous en dire plus sur le brief, la commande du « client » ?   Il y a deux ans, au festival de Cannes de la publicité, une agence Israélienne (Saatchi & Saatchi Tel-Aviv) a lancé un appel aux créatifs du monde entier (via Facebook) pour trouver une idée pour promouvoir la paix entre Israël et La Palestine. J’ai proposé une idée qui a été retenue par un jury composé de publicitaires israéliens et arabes.   Comment vous est venue cette idée ? C’est une idée assez simple, de pur bon sens : rappeler à ces deux peuples qu’ils sont « frères » et donc qu’ils ont le même sang qui coule dans leurs veines. D’ou l’idée d’organiser un don/échange de sang entre volontaires israéliens et palestiniens sous le « slogan » : feriez-vous du mal à quelqu’un dont votre sang coule dans les veines ?   Comment la campagne a-t-elle été accueillie ? Apparemment très bien. Elle a reçu le soutien de Shimon Perez lui-même via le « Shimon Perez center for Peace » et, c’est une association de parents de victimes du conflit Israelo-Palestinien qui a été la première à se prêter au « jeu ». Cette initiative a même été saluée par Clinton, Obama, Desmond Tutu et quelques autres…(Eux, par contre, ils ont bien froissé ma modestie, les salauds.)   Vous travaillez régulièrement pour de grandes causes (récemment pour Planète Urgence, notamment). Est-ce un moyen de vous racheter une conscience à côté de votre travail pour le « grand capital » ?   On peut voir ça comme ça, mais ça sous-entendrait que j’ai honte de ce que je fais pour vivre (ce qui n’est pas le cas). Je dirais plutôt que j’estime que j’ai un certain savoir-faire que je peux mettre au service de personnes ou de causes qui ne pourraient pas se les offrir si on les considérait comme des annonceurs « normaux ». Mais, je n’ai pas mauvaise conscience de faire le métier que je fais.   Pensez-vous que la publicité puisse « améliorer » le monde ?   Non. Mais elle peut aider à faire connaître ceux qui, eux, essayent de le faire et donner à leurs actions une résonance qu’elles n’auraient pas autrement.   Y a-t-il des clients, des marques pour lesquels vous refuseriez (ou avez refusé) de travailler ?   J’ai déjà refusé de bosser pour des hommes politiques simplement parce que, si j’aide à vendre un yaourt ou une voiture, les consommateurs peuvent les essayer et, les refuser si cela ne leur convient pas. Alors qu’un homme politique, on en prend quand même pour cinq ans et qu’ils ne sont ni remboursés, ni échangés, comme on dit dans la réclame. (PS : ce n’est pas une question de conviction politique, on m’a proposé de bosser pour des politiques dont je me sentais plutôt proche, c’est marrant, j’ai écrit PS).   La publicité est-elle ou peut-elle être considéré comme un art ? N'est-ce pas gâcher votre talent que de le consacrer à la pub ?   Je n’en sais foutre rien. Certains vous diront que de grands tableaux étaient des œuvres de commande avec un « brief » très précis et des buts « politiques » ou même « propagandistes ». Je pense juste que mon boulot est de rendre « regardable », voire joli ou drôle quelque chose qui, de toutes façons, existerait sans moi. Vous savez, on stigmatise souvent les publicitaires, mais je ne connais pas un créatif qui n’ait pas envie d’être fier de ce qu’il fait, de faire marrer les téléspectateurs, de faire de beaux films, de belles annonces… Sans vouloir balancer la patate chaude, c’est plutôt du côté de nos amis annonceurs (n’oublions pas que ce sont eux qui décident quelle idée verra le jour) ou des instances comme le CSA ou l’ARPP qu’il conviendrait de pointer les flingues de temps en temps.   Le créatif/créateur que vous êtes a-t-il des projets strictement artistiques ? Un film, un roman, une pièce, un album ?   Comme vous le dites, je suis créatif, pas créateur. Je fais un peu de musique, j’écris des conneries… Rien de plus. Quant à dire qu’un film, un bouquin, un album sont forcément des projets artistiques…   « Prises de choux », le livre, c'est pour bientôt ?   Voilà un projet absolument pas artistique qui me tient à cœur. Un bouquin est prévu pour septembre, si tout se passe bien. Question subsidiaire : Les rabbins volants se reformeront-ils un jour et était-ce déjà une contribution au processus de paix israélo-palestinien ?   C’était il y a bien longtemps, autres temps, autres mœurs. Je pense que si on décidait de reformer les Rabbins Volants aujourd’hui on irait directement en tôle et je crois même qu’on se ferait plastiquer notre cellule.

Le 22 avril 2012 à 09:31

Pour ou contre 18 heures 30

Dernière polémique avant fermeture (des bureaux de vote)

Il fallait s'y attendre, à l'heure où s'achève la campagne pour le premier tour de l'élection présidentielle, une ultime polémique s'ouvre. La technologie, éternelle responsable de nos maux les plus divers, nous précipite vers l'anarchie. Et l'on va bafouer la Loi, et l'on va dénaturer le vote des Français. De sales petits opportunistes voudraient annoncer le résultat de l'élection avant l'heure, dont tout le monde sait que ce n'est pas l'heure. D'abord, l'ennemi est à l'extérieur, un étranger pour tout dire. Un étranger francophone, mais un étranger tout de même. Suisse, Belge, quoi d'autre ? Anglais aussi, probablement, les Anglais (et qui plus est sont en grand nombre anglophones) ont toujours un sale truc à se reprocher dans les vilaines histoires. Des sites d'information, et ce tout à fait légalement puisque non soumis à la loi française, iraient pérorer le nom du vainqueur privant nos chaînes nationales de la primeur de notre information. Ah ! Misère ! On joue contre nous avec nos propres lois. On se croirait en Europe !Mais l'ennemi est également intérieur, comme si la coalition belgo-helvétique ne suffisait pas. Dès 18 heures 30, les serins du Web, professionnels et amateurs iraient gazouiller le nom des finalistes dans leur cuicuiteur, sur la page de leur « livre à figures », alors même qu'à certains endroits de l'Hexagone (il paraît que c'est dans les coins que l'on s'arrête le plus tôt) les gens n'ont pas fini de voter. Imaginez donc que cela incite les abstentionnistes à se déplacer en nombre ! Que deviendrait l'élection sans abstention ?Aussi, que ne promulguons-nous un décret interdisant purement et simplement 18 h 30. Dès 6 heures du soir, le temps s'arrêterait pour ne reprendre qu'à 20 heures et le tour serait joué.On se demande vraiment à quoi ils pensent au gouvernement.

Le 30 juillet 2015 à 09:20

Contre le viol conjugal, tout le monde ne fait pas front

Dans son premier discours de campagne pour l’investiture républicaine, le milliardaire américain Donald Trump avait défrayé la chronique en présentant les immigrants illégaux mexicains comme des violeurs. Ces dernières heures, la question du viol est une nouvelle fois centrale dans l’actualité du candidat puisqu’un site internet d’informations, the Daily Beast, est aujourd’hui  menacé de poursuites par l’avocat de Trump, Michael Cohen, pour avoir relayé des informations parues dans la biographie de son ex-femme Ivana, selon lesquelles elle aurait été victime de viol de la part de son ex-mari. L’argumentation du représentant de Trump est imparable : il est parfaitement impossible d’évoquer ce prétendu viol pour une simple raison : « par définition, on ne peut pas violer son épouse ». Au-delà des menaces de l’avocat, c’est évidemment la question du viol conjugal qui se pose. Avant 1984, dans l’état de New York comme dans plusieurs autres états américains, le viol conjugal était considéré comme légal mais cette époque est aujourd’hui révolue. Cela n’empêche manifestement l’avocat de Trump de nier la possibilité, l’idée même du viol conjugal. Qu’une épouse puisse avoir dû consentir un rapport sexuel sous la pression morale ou physique de son compagnon n’entre donc selon lui pas dans le cadre légal du viol. Une femme, c’est bien connu, se doit à son mari et souhaiter se soustraire au prétendu devoir conjugal relève alors sans doute bien plus d’une faute de l’épouse, d’un manquement au contrat initial. Des siècles de domination masculine ont posé des bases très simples à cette question : quand on est une femme, on se plie au désir de son compagnon, on serre les dents et on souffre en silence. Dans le même temps, le mari triomphant peut se flatter d’avoir « honoré » son épouse. Dans cette logique sordide, les femmes ne portent que très rarement plainte pour viol contre leur mari alors que c’est précisément dans le cadre domestique que se déroule la majeure partie de violences et des agressions. En 2011, le Collectif Féministe Contre le Viol avait lancé une campagne de sensibilisation à destination des femmes victimes de viol conjugal.  Ce spot choc salué par plusieurs prix n’a pourtant pas trouvé que des partisans. Ainsi, sur son blog, Bruno Gollnisch s’était alors, avec l’élégance qui le caractérise, fait un plaisir de pourfendre la campagne, jugeant de bon ton de critiquer d’emblée le physique de la comédienne : « d’un abord à rendre impuissant le célèbre érotomane Rocco Siffredi, on se dit cependant qu’elle, au moins, doit être immunisée contre ce risque. » Et de poursuivre en déplorant qu’après  le « tralala habituel », le film se termine en donnant « le numéro de téléphone de dénonciation à la Kommandantur du conjoint (jamais ce mot ne m’a semblé plus approprié) trop empressé ». Dans son billet plus efficace que le plus puissant des vomitifs, Bruno Gollnisch déplorait également l’évidente dérive civilisationnelle que représente à ses yeux l’évolution législative qui a, en 1991, reconnu le « viol entre époux » et a, en 1994, considéré la dimension conjugale d’un viol comme une circonstance aggravante. Invoquant « la sagesse traditionnelle  selon laquelle le mariage comportait en principe (…) une exclusivité donnée par chaque époux à l’autre sur son corps », celui qui est encore député européen s’offusquait qu’il soit désormais « plus grave (et plus lourdement condamné) pour un homme de « violer » sa femme dans le lit conjugal où elle est entrée volontairement que de violer  la femme d’un autre, inconnue agressée dans un parking ou un chemin sombre » Alors que le Front National se démène depuis quelques années pour se faire décerner des brevets de fréquentabilité et alors que son électorat semble se féminiser de plus en plus,  je ne peux que vous inviter à vous pencher sur la prose délicate de Bruno Gollnisch. Elle en dit long sur la place que certains leaders du FN envisagent pour les femmes dans le pays radieux qu’ils nous promettent.    Numéro vert "SOS Viols Femmes Informations" 0 800 05 95 95 / "Violences Conjugales Info" 39 19  

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre avec Isabelle Huppert
Live • 17/12/2020
La masterclass de Daniel Pennac
Live • 11/12/2020
La masterclass de Alice Zeniter
Live • 05/12/2020
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication