Le Tampographe Sardon
Publié le 08/10/2015

Travaux d'aiguille


J'aime beaucoup les travaux d'aiguille, j'ai appris à tricoter de bonne heure, essentiellement pour faire chier mon père qui me voyait déjà jouer deuxième ligne à l'Aviron Bayonnais.

Le tricot et la couture sont incompatibles avec le jeu à XV. Mon père m'a inscrit à l'école de rugby, où je me rendais tous les samedis avec le petit sac à dos que j'avais cousu moi-même. Mes camarades m'appelaient Pédé, Tapette, Fiotte, et crachaient de solides glaviots verts et blancs sur mes affaires quand j'avais le dos tourné. Ensuite ils allaient se doucher tous ensembles et se savonnaient lentement devant des messieurs du club qui venaient dans les vestaires pour repérer de nouveaux talents. On voyait clairement, à la bosse qui enflait sous leurs pantalons, qu'ils appréciaient véritablement la robuste jeunesse basque aux fesses de montagnards naïvement luisantes de gel-douche.
Le résultat de mes efforts pour apprendre le point jersey et le crochet ne s'est pas fait attendre, on m'a retiré de l'école de rugby et j'ai eu la paix pour un moment.

Le Tampographe ne fabrique jamais de tampons sur commande. Il n'aime pas les artistes, il s'intéresse pas à leur travail, il n'a aucune curiosité pour les merdes qu'ils produisent généralement, s'il pouvait il les emploierait volontiers à goudronner les routes, curer les fossés, vider les poubelles ou creuser le canal Seine-Volga.

Son site : http://le-tampographe-sardon.blogspot.com/ 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 7 mars 2012 à 10:54
Le 30 novembre 2015 à 11:39
Le 24 septembre 2012 à 09:11
Le 2 juillet 2014 à 07:08

L'ami de la famille

Epistémologie des récipients amis de l'homme #7

Pour un lecteur que notre article précédent a laissé sur sa soif, précisons qu'on peut se servir aussi du bol pour absorber de l'eau à la condition qu'on en ait goût ou nécessité. J'en appelle au père Noé qui vécut une mémorable croisière en famille avec beaucoup d'eau sous la quille mais qui lui préféra le vin pour aborder un quotidien chahuté. Néanmoins, en mettant pied à terre sur le mont Ararat, il ingurgita un bol d'eau tiède pour accompagner un atterrissage nauséeux. En effet, une eau légèrement tiédie est susceptible de rendre service aux papas affligés de la gueule de bois, surtout quand elle accompagne un cassoulet. Ce dernier, quoique savoureux, favorise la torpeur des digestions difficiles, ce qui était le cas de ce marin d'opérette plutôt porté sur la gueule. L'eau tiède peut avoir un autre intérêt dans le cas d'une malencontreuse congestion de la géographie culière nécessitant le bain de siège chaudement recommandé aux mamans par Rika Zaraï. Mais le bol apparaît alors trop petit pour réaliser la prestation en question. Il doit laisser place à d'autres conteneurs du type bidet ou baignoire, surtout quand l'utilisatrice se réfère physiquement plus à la femme de Rubens qu'à celle de Botticelli. Enfin, le bol est souvent entouré d'autres collègues tels que la jatte d'essence rurale ou la tasse plus mondaine. Ils sont même parfois montés l'un sur l'autre. C'est dire combien cet antiraciste annonce le métissage des récipients et la paix dans les buffets de cuisine. NB : La présente étude argumentée sur le fond mais débonnaire dans sa forme reste à la portée des familles de toutes classes sociales.

Le 21 janvier 2012 à 09:40
Le 29 avril 2014 à 15:06

Travail, Famille, Freak Show

La question de la famille ne se poserait pas si l’homme était capable de subvenir seul à ses besoins. La question de la famille ne se poserait pas si l’homme pouvait, seul, s’en sortir. Or, à mesure que nous avançons dans l’Histoire, une minorité toujours plus petite devient toujours plus riche alors que la majorité de l’Humanité est plongée dans une misère de plus en plus grande. Que le jovial Pascal Lamy propose désormais d’accumuler les jobs en dessous du SMIC alors que les super-riches se sont encore enrichis jusqu’à l’obscénité ne doit donc étonner personne : cette « crise » n’est pas une anomalie historique, ce n’est pas une erreur ; c’est étudié pour ; c’est la règle stricte de leur monde infernal. Du coup, la zone de compensation, ou le service après-vente inventé par ce monde, a été la « grande famille de l’Etat » – un peu comme naguère la « grande famille du cinéma » – des maffias au sens le plus strict du terme : des « familles » de substitution, attendu que l’homme n’est toujours pas payé pour son travail (et il le sera de moins en moins) mais nourri de subventions en raison d’une allégeance qui le permet, en contrepartie, de travailler. Famille d’un côté, patrie de l’autre, pétainisme partout : nous sommes maudits ! « Tracas, famine, patrouille » disait Léon-Paul Fargue. Ou plutôt, il faudrait citer Groucho Marx en hôtelier devant les grooms non-payés de Coconuts : « Le salaire est la base de l’esclavage des prolétaires – et je veux que vous soyez libres. » Nous travaillons, mais nous ne sommes pas payés, nous appartenons, soit à la famille, soit à la patrie. Du coup, face à cette double impasse, il est temps de trouver une solution. Celle-ci est, et a toujours été, la Famille des Freaks, la « Tod Browing & Schlitzie Appreciation Society », la Parade des Monstres – l’Utopie. Aujourd’hui, il est impossible de regarder Freaks (1932) sans pleurer. Certes, nous avons déjà presque totalement perdus les monstres eux-mêmes, suite à un eugénisme scientifique strict qui ne dit pas son nom et qui, déjà à l’époque de Browning, se proposait de débarrasser les familles américaines de ces « êtres encombrants ». Nous avons perdu les hommes-limaces qui allumaient leurs cigarettes avec leurs lèvres, les sœurs siamoises qui jouaient ensemble de deux saxophones sopranos et surtout les pinheads androgynes microcéphales au langage mystérieux et qui se collaient contre vous pour un câlin protecteur. Mais nous avons surtout perdu ce qui les reliait, cette relation magique, au-delà de l’amitié, qui tient au sentiment d’étrangeté réciproque et qui devrait toujours être la source des amours humains. Nous avons perdus leur de la solidarité cosmique, leur espèce de rosicrucianisme d’opérette, leur maçonnerie bricolée de forains : « We accept you ! We accept you ! One of us ! One of us ! Gobble-Gobble ! Gobble-Gobble ! » En perdant les freaks, c’est nous que nous avons perdus. Nous avons perdu ce que nous avions de plus beau, de plus noble, de plus juste. Nous devons retrouver la solidarité des monstres, cette façon de ne jamais voir la Terre que comme un territoire hostile sur lequel les bizarres doivent s’entraider pour survivre. Nous devons recommencer à voir la Terre comme la route des pèlerinages de la parade des monstres et des forains, dont chaque lieu n’est qu’une étape et la géographie d’une épreuve, comme dans la série Carnivàle de Daniel Knauf (2003-2005). Plus que jamais, nous sommes pris en sandwich par une fausse gauche et une vraie droite, appels à choisir entre une fausse démocratie et une vraie dictature. Refusons ce chantage. Reconstruisons la Famille des Freaks ; notre famille.

Le 13 juin 2015 à 08:53

Turn-over

Est-on seul quand on échange des textos, dans le métro où toujours chacun a été bien plus seul — combien de temps met un corps à disparaître — dans ce café table 12 un geste d'amour pose une main tendre sur une joue — une fourmi tourne autour d'un morceau de sucre tombé au sol — on capte mal dans certains tunnels — il y a eu des pleurs — selon le type de décès, les organes ne meurent pas dans le même ordre — le geste d'amour dure et un sourire apparaît — les cafés sont servis, on se redresse pour laisser au serveur l'accès à la table — deux express — on en profite pour relever ses textos dans un sourire différent — La température corporelle va alors s'harmoniser progressivement avec celle de son environnement — une mouche se pose sur le morceau de sucre — on ne sait pas quel geste ou quelle absence de geste aura provoqué la réaction lente en chaîne qui mènera à la mort de l'un ou de l'autre — qu'est-ce que tu disais ? — quel mot aura été prononcé ou tu qui sera le premier domino d'une longue rangée — vous êtes convoqués à un entretien préalable à — à faire s'écrouler des années plus tard tel ou tel corps, quelle décision de la RH ou quelle conséquence de l'application de telle loi entamera irréversiblement ce corps — oublié par un fragment de conversation initié par le message reçu, le café a refroidi — deux autres fourmis arrivent, la mouche n'a pas bougé, les fourmis touchent un grain de sucre tombé du morceau — la migration des fluides corporels par gravité — on le sucre néanmoins, tintements, regards — on évalue mal le nombre des corps abandonnés par la Cité, quand les hémicycles sont emplis de comptables — les gestes peuvent revenir ensuite, les mains qui se touchent quand le sucre a fondu — combien de temps reste-t-il à ce grain, à ce morceau — le temps et des mots passent — il reste un peu de mousse dorée et sèche à l'intérieur des tasses vidées — il est cependant important de garder à l’esprit que l’arrivée des insectes ne coïncide pas nécessairement avec le moment du décès — qui des fourmis ou de la mouche en aura le plus — la conversation se flétrit — un certain délai peut exister entre le moment de la mort et la colonisation du cadavre par l’entomofaune nécrophage — les mouvements de fin de déjeuner dans la salle ont camouflé le départ des deux dont l'un touchait l'autre, les tasses vont être débarrassées — diptères, coléoptères, lépidoptères — un deuxième service optimisera cette table — l'odeur cadavérique due au rancissement des graisses — entre eux d'autres textos vont circuler qui passeront par cette table et ce moment qu'il y a eut — l'entomofaune nécrophage — un serveur quitte son service et son successeur met de la musique, ritournelle commerciale qui pourrait accompagner une comédie romantique — odeur de beurre rance — un grain de sucre a disparu, une autre mouche est apparue —  Lucilia Caesar — lequel des deux s'est fait licencier, quand était-ce ?  — Sarcophaga Carnaria —  quel instrument mesure, sur le corps du chômeur, son refroidissement intérieur ? — faune nécrophage — quand ce corps est-il atteint de lividité sociale ? — Cynomya Mortuorum — la table est à nouveau occupée, c'est une serveuse stagiaire qui prend la commande — entrecôte, frites — odeur de vieux fromage — raie, riz, carafe d'eau — le serveur intervient pour proposer avec la raie : un verre de Châblis — une escouade regroupe un ensemble d'espèces intervenant simultanément sur un corps durant une étape donnée du processsus de décomposition — un couteau à bout rond est remplacé par un couteau à bout pointu — huit escouades se succèdent sur un cadavre jusqu'à trois ans après la mort — quelqu'un se rend compte que turn-over est à la fois le terme désignant la vitesse de renouvellement des employés d'un service — Necrobia Rufipes — c'est pour la table 12 ! — et le terme désignant le recyclage de la biomasse dégradée — Hofmannophila Pseudospretella  — par décomposition d'un cadavre — c'est monsieur qui goûte ? — le travail des nécrophores est sans fin — non, c'est madame — Tenebrio Obscurus. 

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication