Alban Orsini
Publié le 15/08/2015

Valérie


Hier après-midi j'ai rencontré Valérie Solanas au Lidl d'Aubervilliers, au rayon fruits & légumes. Pour beaucoup, Valérie Solanas est une figure incontournable du féminisme extrémiste. Pour d'autres, elle est cette folle qui a tenté d'assassiner Andy Warhol. Pour moi, hier, elle était simplement cette bonne femme un peu virago tout occupée à choisir ses fruits & légumes avec un soin particulier et un discernement certain. À un moment elle s'est tournée vers moi et m'a demandé si je savais comment choisir un melon. Je lui ai simplement dit : « Il faut leur arracher la queue. Si elle vient facilement, c'est que le melon est bon ». Elle a souri et elle est partie. « Le mâle est un accident biologique ; le gène Y (mâle) n'est qu'un gène X (femelle) incomplet, une série incomplète de chromosomes. En d'autres termes, l'homme est une femme manquée, une fausse couche ambulante, un avorton congénital. Être homme c'est avoir quelque chose en moins, c'est avoir une sensibilité limitée. La virilité est une déficience organique, et les hommes sont des êtres affectivement infirmes. » Valérie Solanas (1936-1988).
Né en 1980, écrivaillon de petites choses éparses de-ci de-là, ouvert à rien, décidé à tout, Alban Orsini n'aime pas parler de lui à la troisième personne mais adore les kebabs sur assiette, le son des fils en métal sur les mâts des bateaux amarrés, fumer ses cigarettes entre le pouce et l'index et le théâtre ce qui au final revient au même.
Pour l'instant publié en revue, Alban Orsini a pour ambition d'apprendre l'algorithme de résolution du Rubik's Cube pour rendre la vie meilleure et les moments plus doux... Il est également rédacteur pour le webzine Culturopoing.
Le blog d'Alban Orsini
 

Plus de...

Alban Orsini

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 3 décembre 2014 à 08:02

Le grapheur qui taguait son vrai nom interpellé par la police à son domicile

Amiens – La police vient d’annoncer la fin du cauchemar pour tous les habitants d’Amiens qui vivaient dans la peur depuis plusieurs semaines par la faute d’un seul homme. Celui qui terrorisait la population en taguant son propre nom sur les murs de la ville vient d’être interpellé ce matin à son domicile, sans opposer de résistance. Le vandale s’en prenait depuis plusieurs semaines aux édifices publics de sa ville avec un seul et même tag reproduit lors de chacune de ses sorties nocturnes. Derrière lui, le grapheur ne laissait qu’un seul indice : le nom Alfredo Perez que les enquêteurs ont retrouvé sur le lieu de chaque dégradation. Un nom qui finira par trahir le jeune artiste. Joachim Hourtin fait partie de l’équipe de police mobilisée depuis l’apparition des premiers tags. Le policier se souvient des premiers jours de l’enquête. « On avait très peu d’éléments, le grapheur semblait choisir les cibles au hasard. Le seul indice que nous avions, c’était ce nom : Alfredo Perez » raconte-t-il. Pendant plusieurs semaine, le tagueur se joue de la police, et fait de plus en plus parler de lui. « Les gens étaient angoissés de voir que l’enquête était au point mort. Nous avons donc fait ce que tout bon policier doit faire dans cette situation : consulter un médium » poursuit le policier. Le commissariat fait alors appel à Marjorie Yaloua, et à ses capacités hors du commun. Le policier se rappelle que dès l’arrivée de Marjorie Yaloua, l’affaire commence à avancer avec une première piste sérieuse, qui s’avérera la bonne. « Elle a pu lire dans un billet de 200€ que le nom d’Alfredo Perez pouvait être un genre de signature, ce qui est très courant dans le milieu du graff » commente-t-il. À partir de là, les policiers effectuent les vérifications classiques et découvrent le nom d’Alfredo Perez dans l’annuaire mis à disposition par le bistrot situé en face du commissariat. Dans la foulée, ils procèdent à son arrestation en se rendant à son domicile « Nous avons découvert de nombreuses preuves. Il avait même poussé le vice jusqu’à mettre un tag sur le mur de son propre immeuble » raconte le policier qui devrait bientôt être décoré pour son courage dans cette affaire.

Le 2 décembre 2011 à 08:49

Henri

Dans son petit appartement du bourg de Saint Honoré des Agios, le jeune Henri fume une cigarette. Il est blond comme le blé qui refuse de pousser dans son champ des possibles. Il s'est inscrit au Pôle Emploi du coin. Ponctuellement, on l'y convoque. Quand il réclame un salaire, on lui répond RSA, quand il demande un emploi, on lui répond RAS. « Enfer et Dame Nature, s'écrie-t-il en bon chrétien scientiste, serais-je un éternel insatisfait ? Quand je travaillais, j'avais de l'argent et je n'avais pas le temps de le dépenser, et maintenant que je suis au chômedu, j'ai tout mon temps, mais j'ai plus d'argent. C'est fâcheux. » Son licenciement économique a été pour lui une vraie blessure, il faut l'avouer. Maintenant, chaque fois qu'on lui demande : « Quoi de neuf ? », c'est comme si on remuait le couteau dans la plaie. Du coup, il voudrait la gagner, sa croûte, juste pour ne pas avoir l'impression qu'on le juge. Parfois, en allumant la télévision, il est vert de rage. Mais, quelque part, le vert reste la couleur de l'espoir. D'ailleurs, il n'en veut à personne. Il est de ceux qui considèrent que la vengeance est un plat où il ne faut pas mettre les pieds. D'autres fois, devant la télévision, il rit jaune. Mais, quelque part, le jaune reste la couleur de ses cheveux. Comme un bon rire vaut un steak, il a acheté le livre de Bruno Lemaire, Nourrir la planète, pour tromper sa faim. Il sait, Henri, que tout vient à point à qui sait attendre. Sauf le steak, qui calcine.

Le 31 décembre 2011 à 17:55

"Ida ou le délire" d'Hélène Bessette

Un des grands plaisirs en littérature est la découverte d'écrivains majeurs, de livres qui comptent dans l'histoire de la littérature mais aussi dans les histoires personnelles des lecteurs. On reconnaît souvent - mais pas toujours- un grand livre à ce qu'il se lit d'une traite en une soirée et à la marque que l'on pressent qu'il va laisser en nous. "Ida ou le délire" est le premier livre d'Hélène Bessette que j’ai lu. Cela a été un choc. Le style tout d'abord : on ne peut plus sec, comme un coup de poing à l'estomac avec une ponctuation très originale (réduite au point et pas toujours où on l'attendrait). On peut penser à l'écriture de Duras (à cause du discours en boucle et de certaines phrases qui reviennent comme des incantations) mais en moins hermétique. Le thème ensuite : la lutte des classes, quand elle s'inscrit dans les corps (ici, c'est le regard d'Ida toujours fixé sur ses pieds) et détermine des destins individuels. L'héroïne enfin : Ida, une femme de ménage vivant au domicile de ses patrons, "oiseau de nuit" comme elle se définit quand elle entreprend d'arroser les fleurs en pleine nuit au grand dam de "Madame" (Madame, qui se croit dans son bon droit, qui confond le respect avec un infantilisme mêlé de dédain), Ida qui tient à avoir un beau manteau, plusieurs paires de chaussures, Ida qui lit des catalogues dans sa chambre aux stores baissés, Ida qui est morte.  Depuis 2006, les éditions Léo Scheer ont entrepris de rééditer l'œuvre de Bessette, écrivain encensée à son époque (par Duras ou Paulhan) puis injustement oubliée.

Le 4 février 2011 à 08:22

« Ça montre qu'elle [MAM] n'est pas droit dans ses bottes : elle a fait son mea culpa. L'affaire est close »

François Baroin, France Info, jeudi 3 février 2011

Depuis quand un ministre du Budget est-il autorisé à donner l’absolution à une pécheresse ? Porte-parole du gouvernement il n’a pas à porter la parole de Dieu, même si son avatar est hyper-président. Certes il y avait eu confession la veille sur Canal+, quand Michèle Alliot-Marie reconnut que, durant ses vacances de Noël en Tunisie, elle aurait mieux fait de ne pas emprunter l’avion d’un de ses riches amis locaux, drôle de paroissien benaliste. Elle s’épanchait auprès du bedeau Denisot, lequel, jusqu’à plus ample informé, n’est pas davantage habilité à effacer l’ardoise. Quand bien même la pénitente aurait récité dans la Boîte à questions : « Confiteor Deo omnipotenti et vobis, fratres, quia peccavi nimis cogitatione, verbo, opere et omissione: mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa ».  Pas d’absolution, donc pas d’ « affaire close ». Et qu’elle ne vienne pas se plaindre. Si elle était juive, ce n’est pas même pas un rabbin qui pourrait passer l’éponge, mais le « Prochain » qui a été offensé. On imagine MAM implorant le pardon des manifestants tunisiens ! C’est la France qui, pour le coup, ne serait pas non plus à l’aise dans ses « bottes » car, faut-il le rappeler, MAM est sa ministre des Affaires étrangères. Aux dernières nouvelles, elle passerait ses vacances pascales à Rome, dans le quartier Prati Trionfale, c’est à deux pas du Vatican où il paraît que les Indulgences se négocient pour rien.

Le 3 juin 2015 à 08:26

L'Homme sort du classement des meilleurs amis du chien

Très attendu chaque année, le classement annuel des espèces amies des chiens marque cette année un tournant historique dans les relations entre les Hommes et les canidés. L’espèce humaine qui sort du classement, toujours dominé par les tortues, paye selon Kékette, une femelle caniche qui a participé aux délibérations, « son manque d’investissement pour entretenir cette soi-disant amitié ». Se faisant porte parole de son espèce lors d’une conférence de presse improvisée, Kékette n’y va pas avec le dos de la cuillère. « Un vrai meilleur ami se soucie vraiment de vous, de vos besoins et de votre bonheur. Il est là dans les bons, comme dans les mauvais moments » explique-t-elle tout en tentant d’attraper sa queue. Kékette dit se sentir elle-même lésée dans la relation qu’elle entretient avec son maître. « C’est toujours lui qui décide pour moi, sans me demander mon avis » explique-t-elle. « Si la relation était vraiment une amitié d’égal à égal, j’aurais le droit de l’attacher avec une corde lorsqu’il n’est pas sage, non ? » ajoute-t-elle avant de demander aux journalistes présents s’ils voulaient lui grattouiller le ventre. Le caniche affirme que son espèce attend un geste fort de la part des humains pour prouver leur statut de meilleur ami. « Nous espérons que cela agira comme un électrochoc. La baballe est dans votre camp » conclut-elle en évoquant plusieurs pistes parmi lesquelles la stérilisation de tous les punks à chien, ou l’interdiction totale des chats.

Le 4 juillet 2010 à 17:19

La femme la plus profonde du monde

Tant qu'il y aura du froid, recherche extime sur une sensation en voie de disparition

Brigitte Lenoir, la femme la plus profonde du monde est froide. Brigitte Lenoir s’entraîne. À la profondeur, au froid, aux mélanges de nitrox, de trimix et d’héliox, des mélanges réservés aux nageurs de combat. Elle plonge. Elle plonge des années durant. Des années de profondeur et de froid, des années à -110 mètres, à -120 mètres dans l’eau à quatre degrés du lac Léman. Le 10 avril 2010, elle bat un premier record : -154 mètres à Saint-Gingolph, en eau froide et douce. Dix jours plus tard, le 20 avril 2010, le record est pulvérisé par Sofia Ponce, au Venezuela : -190 mètres en autonomie complète, en eau chaude et salée, grâce aux mélanges minutieux de trimix 7/67, de trimix 10/50, de nitrox 32, de nitrox 50 et de nitrox 80. Alors Brigitte Lenoir s’entraîne, se prépare, se concentre. Ce sera au large de Dahab, en Égypte. Le 15 mai 2010, Elle atteint -200 mètres et remonte. Pallier, par pallier. Elle a dépassé Sofia Ponce de dix mètres, elle est tranquille, elle peut remonter calmement. Elle détient le record de profondeur féminine en eau salée. Mais chaude. À -147 mètres, son recycleur reste bloqué en position oxygène, un gaz bien trop simple pour des poumons mortels. Hyperoxie, perte de connaissance et convulsions. Personne ne pourra rien faire. Son corps restera dans la noirceur de la mer rouge. Depuis le 15 mai 2010, Brigitte Lenoir, la femme la plus profonde du monde, est froide.

Le 19 novembre 2013 à 09:27

Médias inquiets : la France pourrait être en rupture de sondages avant la fin de l'année

Inquiétude dans toutes les rédactions françaises. Plusieurs experts estiment que les réserves de sondages pourraient atteindre leur limite d’ici la fin du mois, courant décembre pour d’autres. Une annonce qui plonge plusieurs journalistes dans l’inquiétude. L’explosion de sondages ces derniers jours va se payer chèrement, affirment les spécialistes. Selon ces derniers, la France sera en rupture de sondages avant la fin de l’année. « L’année 2013 a été particulièrement coûteuse en sondages, de tout type » explique Julie Thomas, de l’institut Louis-Harris. « Mariage pour tous, popularité du chef de l’État, météo, tous les sujets possibles ont été passés au crible du sondage ». Selon elle, les réserves de sondages ont tout simplement atteint leur limite et il faut attendre un peu avant que le stock se reconstitue. « Cela prendra des semaines, voire des mois, on ne sait pas ». Cette hypothèse plonge dans l’angoisse les rédactions de plusieurs journaux pour qui les sondages étaient devenus ces derniers temps leur principale source d’analyse et de commentaire. « Il faut qu’on réfléchisse à ce dont nous allons parler, ce que nous allons pouvoir analyser en nous passant de sondages » explique-t-on ainsi au Huffington Post qui a publié pas moins de deux sondages hier. « La chose va être compliquée mais pas impossible ». Une possibilité reste d’importer des sondages, mais le procédé est coûteux. « Les questions et réponses ne reflètent pas forcément ce qui se passe en France vu que les personnes qui répondent ne vivent pas en France, du coup, cela créé un décalage entre le but du sondage et la façon dont il est perçu » commente-t-on chez Ifop. L’autre option reste bien sûr de se passer totalement de sondages et de traiter l’actualité telle qu’elle est. « Est-ce que le lecteur est prêt pour ça ? » s’interroge-t-on. « Les gens sont habitués aux sondages. S’ils disparaissent du jour au lendemain, ils vont vouloir savoir pourquoi » explique un journaliste, qui note que l’absence provisoire de sondages dans la vie politique serait une excellente base pour un sondage. Le Gorafi Photo: Daft_Lion_Studio / iStock  

Le 1 juin 2010 à 16:14

« Quand Nicolas Sarkozy nous donne des leçons de maîtrise budgétaire, c'est un peu M. Madoff qui administre quelques cours de comptabilité ».

Martine Aubry, Convention nationale du PS, samedi 29 Mai 2010

Quand la première secrétaire lâche une blague de ce genre elle fait un tabac chez tous les sarkophobes, et ça fait plus de monde qu’il n’en faut pour gagner une primaire présidentielle. Dans le sérail socialiste, il est connu et répété que ce bon mot lui a été soufflé par un spécialiste maison, Guillaume Bachelay, qui est un peu à gauche ce qu'André Santini est à droite.Une aide précieuse, car lorsque Martine Aubry est livrée à sa seule inspiration le trait s’épaissit. En 2006, elle commenta la candidature à la candidature de Ségolène Royal en ces termes : « Il faut proposer un autre modèle aux Français. Donc le problème n’est pas de leur plaire, pas de savoir si on a les bonnes mensurations ».Il est vrai qu’au jeu des « autant demander à », le risque de dérapage est à la mesure du désir de nuire. C’est ainsi que Jean-Marie Le Pen commit en 2007 cet aphorisme d’un goût exquis : « Confier à Jacques Chirac des responsabilités en matière écologique reviendrait à confier la protection de l’enfance à Dutroux ». Dans un registre plus convenable, mais peut-être plus convenu, il faut retenir un éditorial non signé de Lutte ouvrière : « Sarkozy prétend moraliser le capitalisme : autant demander du lait à un bouc » (Août 2007).Ce filon rhétorique du comparatif assassin devrait, grâce à Martine Aubry, s’enrichir de nouvelles perles dans un avenir proche.

Le 26 mai 2013 à 14:56
Le 25 septembre 2012 à 09:13

En avant, marche !

J’ai envie de répondre à Monsieur Chevillard qu’au XXIe siècle, il existe l’escalator, un système d’ascension mécanisé qui permet d’atteindre les sommets sans user ses semelles et, accessoirement, ses talonnettes ! Ledit appareil favorise une élévation vers les cimes, en particulier, dans les grands magasins qui font passer les rêves de Zola pour de misérables dinosaures ! Le principe me paraît simple, il suffit au quidam de se positionner élégamment sur une marche qui le guide, sans effort, vers les faîtes de la consommation de masse. Je reconnais que certains escalators possèdent une impressionnante denture, mais, pour se rassurer, on a la possibilité de s’accrocher à une rampe, d’un noir luisant, et d’y abandonner, sans crainte, les dessins humides de ses doigts moites. Les traces digitales sur les surfaces laquées, cela amuse toujours les petits et les grands qui répondent ainsi à un fantasme collectif : celui de laisser ses empreintes de mains et de pieds sur les murs chaulés d’une caverne auvergnate ! Je vous le jure, nous avons encore en nous les vestiges du primate. En outre, si l’escalator venait à arrêter sa course lente, sous le ciel artificiel d’une aire commerciale, il serait envisageable de continuer son chemin à la seule force de ses mollets. Tout a donc été prévu pour le confort du voyageur en escalier. Mieux ! Il peut même arriver que la marche hoquette dès l'instant où elle touche le palier et là... c’est l’hilarité assurée, car celui qui se tient sur la marche rebelle finit les quatre fers en l’air sur le sol vitrifié du charmant magasin provincial ! Ainsi, ce petit gag détend l’atmosphère, redonne le sourire aux citadins pressés ! Décidément, avec l’escalator, l’homme moderne est aux anges ! (En réponse à la chronique d'Eric Chevillard consacrée à l'escalier)

Le 5 mars 2015 à 10:01

Le Califat de soi

Ainsi qu’il est dit dans des salles de rédaction que l’information dérange le commentaire, en démocratie « l’autre » est fauteur de troubles. Et l’accumulation d’« autres », menace de révolution. Si des minorités changeantes ne se mêlaient pas de contester à la majorité le droit d’avoir raison, les nations ne s’en porteraient que mieux. Certes on invoquera la tolérance pour que l’autre échappe au même. Une affaire d’intonation : prononcer « Oh l’autre ! » avec cette nuance de moquerie coluchienne qui ravale le perturbateur au rang de farfelu anachronique, ou d’utopiste merdique. C’est le ridicule qui alors devrait tuer dans l’œuf cette propension de certains à penser autrement. Mais il en faut davantage pour les décourager, ces malfaisants. Ce qui ne les tue pas les renforcera, c’est à craindre. Si la déviance s’entête, alors l’exclamation « Oh l’autre ! » doit exprimer l’agacement, pour ne pas dire l’exaspération, que les partisans zélés seront incités à traduire par « débarrassez moi de ce (ces) con (s) » Car l’enfer commence avec la convoitise des « autres » d’une place qui ne leur revient pas.  C’est même du côté de chez soi, que l’altérité est plus insidieuse : gardez moi de mes amis, mes ennemis je n’en charge. Une fois l’envieux terrassé, il sera toujours temps de jeter une dernière pelletée sur son ambition contrariée : « Oh l’autre ! », mais cette fois sur le mode de la condescendance. Calé dans son fauteuil, sera-t-on jamais sûr qu’un « autre » encore ne surgira pas avec la prétention d’en faire un meilleur usage ? Une seule solution : instaurer l’État narcissique. Le Califat de soi en quelque sorte.

Le 17 septembre 2015 à 11:45
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication