Jacques Géraud
Publié le 01/12/2012

Le Siège de l'UMP


Le siège de l'UMP Moins fastueux que jadis le trône made in Giscardie de Jean-Bedel Bokassa, alias Bokassa Ier, voici (photo exclusive) le fauteuil présidentiel où Jean-François Copé s'apprête à prendre place, en dépit de la terrible guerre tribale dont son vaste bureau porte les douloureux stigmates. Les tirs de mortier des phalanges fillonistes ont fait un trou béant de la cheminée qui aurait dû envoyer la fumée blanche. Financièrement exsangue, l'UMP ne serait plus en état de restaurer le siège, ni même le trône de Copé Ier. L'ex-président de la République, ex-chanoine de Saint-Jean de Latran, a refusé de s'entremettre auprès de son ancienne paroissienne de Neuilly, Liliane Bettencourt, pour solliciter une enveloppe. Il n'a même pas consenti à prêter, pour la cérémonie du sacre, quelques uns des meubles ou des tapis des bureaux dont la République lui a donné la jouissance à vie, rue de Miromesnil. A défaut, selon nos informateurs, le nouveau président de l'UMP espère que d'autres images pathétiques, à paraître cette semaine dans le numéro de Paris-Match négligemment posé sur le fauteuil présidentiel, toucheront le coeur des Français, qui mettront la main, droite, à la poche. Reste que des attaques de commandos fillonistes incontrôlés sont encore à craindre, pouvant obliger les forces légitimistes à se replier autour de leur chef dans les caves du siège, emportant avec soi, fétiche copéiste, le fauteuil présidentiel si chèrement conquis.

Jacques Géraud est né, a fait des études sérieuses, voire un peu rasoir, ou barbantes, ou les deux, qui lui ont valu des titres ronflants, normalien, agrégé, qui l'ont conduit à enseigner les lettres en lycée, tout en écrivant des livres bizarres, tantôt refusés, tantôt publiés (P.O.L, PUF, Hugo&Cie/JBZ, l’Arbre Vengeur, Champ Vallon). Il a vécu un tiers de temps dans le Sud-Ouest, puis deux tiers à Paris, il effectue un quatrième tiers à Lyon, pour que ça fasse triangle dans l'hexagone. Il est chroniqueur (Culture) sur le Huffington Post.

Son dernier livre, chez Champ Vallon , 2015 : Photoroman en 47 légendes

Son blog : geronimots.blogspot.com

 

Plus de...

Jacques Géraud

 ! 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 3 décembre 2011 à 08:31

Pauvres blaireaux !

Le blaireau, petit animal non nuisible contrairement aux blaireaux qui sévissent dans le monde politique, subit actuellement le sort que notre courageuse droite inflige aux pauvres : les harceler, les priver de ce qui aide à vivre, donc les acculer à la mendicité et au glanage dans nos poubelles, puis interdire ce mode de sustentation donc les rendre illégaux. Oui, le pauvre est illégal, de nos jours. Le maire de New-York, un nom en i, avait réussi à les déporter hors de sa ville pour faire plus style classe. C’est dégueu, un pauvre, ça salit tes semelles rouges quand tu marches dessus, ça tousse, ça pue parfois et c’est pas beau à voir. Les blaireaux, c’est un peu pareil. Chassés de leur habitat naturel — il faut savoir qu’ils ne paient pas la taxe d’habitation, ces fumiers — par la politique agricole commune qui consiste à stériliser la terre et à empoisonner ses pensionnaires, ils se réfugient vers les voies ferrées où on leur fout la paix. Enfin, jusqu’à ce qu’on découvre qu’ils construisent des galeries labyrinthiques dans les talus et que le risque d’affaissement lors du passage d’un train est exponentiel au nombre de familles blaireaux qui viennent s’y installer.  Alors, que fait la police ? Elle bétonne les terriers. C’est vraiment pas sympa, crient les amis des bêtes ! On n’a pas le droit de bétonner les blaireaux. Bon, alors, on va poser des chatières pour que bêtes puissent sortir. Mais pas re-rentrer, attention. Elles ont juste le droit de se casser. Ça rappelle le sort de certains autres mammifères nommés roms, squatters ou  « individus ». Voilà la triste vie du blaireau, chassé de son champ, puis de son talus, condamné à errer avec sa petite famille sur une terre devenue hostile, et qu’on conspue parce que ça coûte cher tout ça, 250 000 euros. Le blaireau ? La chatière ? Le bétonnage ? Ce n’est pas précisé, c’est juste pour dire que ces putains de pauvres, en plus, ils nous dépouillent… Non, mais on aura tout vu ! Si vous êtes curieux (se), la vie des blaireaux est sur Wikipedia, ici (Cet article est inspiré des infos entendues à FIP ce matin)

Le 26 mai 2013 à 14:56
Le 14 octobre 2014 à 09:37

L'expression "Tout est bien qui finit bien" ne s'appliquerait qu'à la fiction

Une enquête menée auprès de la fine fleur des scénaristes et auteurs de fiction français révèle que l’expression « Tout est bien qui finit bien » ne s’appliquerait pas au monde réel, mais serait plutôt un pur produit de leur imagination. Ils sont environ 1500 à avoir accepté de répondre aux questions de l’équipe de Dominique Meyre, Docteur en sciences du langage. Les résultats sont sans appels, puisque tous les auteurs affirment à l’unanimité avoir tout inventé lorsqu’il terminaient leurs oeuvres dans un « happy end ». « Mais bien sûr que tout est faux. Vous pensez vraiment que dans la réalité, les gentils s’en sortent et que le héros mal dans sa peau repart avec la belle qu’il convoitait depuis des années.  Réfléchissez un peu et ouvrez les yeux » explique Noémie Haddouche, scénariste pour la télévision. Un fantasme collectif Sceptiques sur leurs premiers résultats, les équipes du Docteur Meyre ont donc poussé leurs vérifications jusqu’à mettre le nez dans les histoires privées de plusieurs milliers de volontaires. Et là encore les chiffres parlent plus que les mots, puisque les chances de voir survenir une fin heureuse tomberaient à 11% dans la réalité. « Il faut arrêter avec ce fantasme généralisé qui consiste à penser tout le temps que les choses vont rentrer dans l’ordre avec le temps. Maintenant c’est établi » affirme le professeur. Dominique Meyre dit espérer que les conclusions de son étude pourront faire évoluer les mentalités. « Les raisons de ne plus espérer et de céder au fatalisme ne manquent pas, mais les gens continuent bêtement d’avoir foi en l’avenir. Cela est très préoccupant » explique-t-il en précisant vouloir proposer une signalétique particulière sur les œuvres de fiction, rappelant au lecteur ou au spectateur au moment du happy-end que toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Le 13 janvier 2013 à 14:43

En direct de la manif pour tous !

L'homophobie pour tous s'habille en rose

On est à la manif pour tous, et c'est vraiment sympa : les gens rient et chantent, c'est très bon enfant, on a acheté des glaces et des barbes à papa et à maman (ah ah ah, quelle trouvaile non ?) Il y a même des bougnoules avec nous. On ne dit rien, parce qu'on est poli, mais alors là, excusez moi, quelle odeur ! Et puis ils crachent partout... Enfin, c'est pour la bonne cause a dit monsieur le curé.On est tous habillé en rose. Bon on déteste cette couleur qui jure atrocement avec le bleu marine des robes à smoke, mais c'est pour le principe, on ne va pas laisser le rose aux péd... aux balt... aux personnes que nous ne sommes absolument pas homophobes d'eux.On chante des Je vous salue marie. On aurait bien chanté du Sardou mais il parait qu'il est pour cette aberration culturelle, Sardou ! On est si déçu. On ira à son concert quand même, hein...Marine Lepen n'est pas là. Un mal pour un bien, ainsi, on ne nous taxera pas de racisme, même si tout de même, elle nous manque, hein.Enfin, heureusement, Bruno Golnisch est là, il est sympa avec son petit air premier de la classe, Himmler du troisième millénaire. Nous on l'aime bien.On a aussi ramené nos chiens, pour qu'ils puissent voir la capitale et puis, le cas échéant, si des filles à poil surgissent d'un gâteau déguisées en nonnes à poil, on leur lâche les bêtes dessus et on pourra dire que c'est un accident.L'autre jour, ça faisait un peu désordre, les skins qui tapaient à coup de tatanes dans notre manif de l'amour. Bon, en même temps, ils faut bien qu'ils se défoulent, ça ne marche pas trop leurs études de droit, alors bon, le sport, la compétition... c'est un dérivatif.On est vraiment content, parce que toute la famille est là. La petite de 5 ans est trop mignonne avec son T-shirt "Je ne suis pas à vendre". On espère qu'on la mariera bien. A son cousin, peut-être, comme ça, ça reste dans la famille.Ho, il y a Frigide Barjot, elle est trop rigolote elle, il paraît que c'est une comique, mais moi je trouve que c'est une femme très comme il faut. Il fait un peu froid, mais heureusement on a pris nos barbours et les dufflecoats qu'on prend pour aller à la chasse."A la chasse aux pédés" a dit Jean-Pierre en rigolant.Je lui ai donné une gentille tape : "enfin, tu sais bien qu'on n'est pas homophobe, on n'a pas le droit de dire des choses comme ça."Le petit m'a demandé ce que c'était que des homosexuels, apparemment il a entendu le mot à l'école (ça c'est l'école laïque, ils apprennent n'importe quoi aux enfants). Je lui ai dit que c'était des gens qui faisaient des choses défendues par Jésus. Le petit mignon m'a demandé de lui lire la Bible, là où Jésus en parlait; il est curieux ce petit, c'est une qualité parait-il, mais c'est parfois pénible..Il est charmant, mais aussi parfois un peu maniéré, parfois je le vois jouer avec mes robes. Ça énerve son père, d'ailleurs. "On va l'envoyer aux scouts d'Europe, ils vont en faire un homme". C'est vrai que l'abbé Machin là... celui qui est toujours en soutane... ah, je sais plus son nom... Bon en tout cas, tout le monde dit qu'il a un EXCELLENT contact avec les enfants. On a de la chance de l'avoir. Il a été débarqué en catastrophe d'un autre diocèse, mais il ne nous a pas dit d'où exactement. C'est dommage, on aurait bien aimé en savoir plus sur lui et sur ses ouailles précédentes.Enfin, en tout cas, c'est très chouette, on va essayer de monter sur la tour Eiffel si on a le temps, et peut être aller faire un peu les soldes. Il faut que je rachète du parfum pour Jean-Pierre avant sa tournée de repré des nouveaux double vitrages. Du Jean Paul Gautier. Comme quoi... la preuve qu'on n'est pas homophobe !

Le 21 avril 2012 à 08:54

Spleenons

Quand elle me prend dans ses bras, qu'elle me parle tout bas, je vois la vie en gris, ma fidèle compagne, ma déprime. Un jour on se réveille et tout est triste : c'est la dépression, on est nervous breakdown. On fait bouillir le café du bout du nez, tout est foutu, vanité des vanités, cette corde est trop courte, ce lustre trop fragile, ce troisième étage crie tétraplégie, tout est contre nous. Qui plus est, en toute lucidité, on le sait, c'est médicalement presque prouvé, la dépression est un virus de l'âme qu'il ne faut pas cracher aux visage des autres. J'irais plus loin, c'est une gastro de l'esprit. Un rien nous fait chier. Cachez ces couleuvres que je ne saurais avaler, vous me faites tous vomir ! Que fait Dieu, grand architecte à la retraite (ne parlons pas de ses annuités), je vous prie ? Lui seul le sait. Un jour que j'avais cru comprendre qu'un de mes ennemis (trop nombreux malheureusement, et oui, je suis aussi paranoïaque) était mort, je me suis écrié : « Dieu existe ! » En fait, Dieu n'existe pas, et cet homme vit encore à l'heure où j'écris ces lignes. Enfin bon, Dieu existera sûrement un jour, après tout, nul n'est éternel. Le bonheur, quittant à pas feutrés le domaine des souvenirs, s'est glissé sournoisement au milieu d'autres hypothèses improbables qui hantent mon subconscient, il gît désormais entre l'amour et la justice. A cela, il n'est point de remède. Au jour de l'entretien Pôle emploi, je n'ose m'indigner auprès de ma conseillère de peur de la contaminer. Qui osera nier ma philanthropie ?

Le 5 septembre 2010 à 16:00

Bulles de vanité

Les grands écrivains dotés d’humour se sont souvent réjoui des situations incongrues où leur supposée vanité d’auteur était susceptible, par la réflexion d’un inconnu, d’être dégonflée -pssschit !- comme ballon de baudruche. Parmi eux, Jules Renard ou Albert Camus qui se délectait souvent dans un large sourire de raconter pareilles mésaventures. Ainsi de ce couple qui insistait pour se faire photographier à ses côtés parce que c’était Camus –« Oui, là-bas, Camus ! » et qui était reparti presque fâché, lorsqu’il avait découvert que ce n’était pas Marcel, le cinéaste d’Orfeu Negro. Un écrivain ? Ils n’en avaient jamais entendu parler et ils n’en avaient cure. Le jardinier de Lourmarin, où Albert Camus, déjà prix Nobel, avait acheté une maison, ne comprenait pas non plus qu’il puisse, en noircissant des pages, gagner sa vie. « Et pour la gagner, lui demanda-t-il un jour, vous écrivez toutes les conneries qui vous passent par la tête ? » Cela, pour lui dépassait l’entendement. Et le brave homme de hocher la tête d’incrédulité. Autre fois : un gendarme qui arrêta l’auteur de L’Etranger pour usage de klaxon intempestif, observant ses papiers d’identité où il lut la mention « écrivain », s’enquit : « Vous faites dans le roman noir ou dans le roman rose ? » « Un peu des deux », répondit Camus dont l’œuvre est d’ailleurs empreinte d’un humour savamment ironique. Ps : pour ma modeste part, tandis que je végétais, en compagnie de mon ami, devant une pile de livres quasi-inentamée lors d’un petit salon littéraire, une femme s’arrêta à ma hauteur. Mince espoir… « Votre nom me dit quelque chose… » Elle se gratta la tête, dans l’espoir de convoquer un souvenir. Il lui revint. «Ça y est : c’est le nom de mon proctologue ! » Elle s’en fut, contente de ce rappel et de sa mémoire intacte.

Le 30 novembre 2012 à 07:17

L'enclume des jours

Aujourd'hui, je réclame la suppression du mois le plus calamiteux de l'année: novembre. Novembre est froid, long et moche, novembre ressemble à l'apparition de la mort dans un film de Bergman, novembre est idéal pour aller faire une loooooongue ballade dans des sous-bois boueux et glaciaux avant de rentrer chez soi bien au chaud pour se pendre, c'est en novembre que les ventes d'anti-dépresseurs explosent ainsi que le nombre de tentatives de suicides, tentatives ai-je écrit car on rate même sa mort en novembre...   Vous me direz qu'il y a malgré tout deux jours de congé en novembre. Tu parles! Le premier pour aller au cimetière, le second pour célébrer la fin d'une boucherie. On a vu plus festif !   Je propose donc de fusionner octobre et novembre en un nouveau mois appelé octembre. Cela sonne mieux qu'octobre (lequel m'évoque toujours un landau dégringolant des escaliers, c'est bizarre).   Sur ma lancée, je propose également de supprimer le dimanche, le jour le plus chiant de la semaine, surtout si on ne va pas à la messe (d'autant que je n'ai pas l'impression que cette cérémonie ressemble à Jamel en scène ou à la Gay Pride - non, là, j'exagère, surtout par les temps qui courent - ).   Fusionnons aussi dimanche et vendredi en un seul jour : le vendremanche. Oui à la semaine de 6 jours: 4 jours de boulot et le ouiquende, vendremanche et samedi. Pas mal, non ? Et de plus, les mois étant plus courts, leurs fins seraient moins difficiles pour beaucoup (ce qui n'est pas négligeable surtout par les temps qui courent encore et toujours).   A l'heure où j'écris, nous serions donc vendremanche 25 octembre.  Et on se prendrait pour les personnages d'un roman de Boris Vian...

Le 29 septembre 2013 à 08:34
Le 27 février 2014 à 09:46

Un terrible drame évité de justesse

Dans cette petite ville que je préfère ne pas nommer mais que tout le monde aura évidemment reconnue, et plus précisément dans ce quartier coquet qu'il n'est pas utile de désigner plus clairement pour éviter de stigmatiser la population habituellement paisible qui le compose, règne depuis la soirée de mercredi une terreur rétrospective bien compréhensible provoquée par l'horreur du drame qui a failli s'y dérouler. Comme chacun sait, au 27 bis de la rue principale, demeure une honorable famille qui a su conquérir l'estime et l'admiration du voisinage grâce à sa gentillesse et son sens du devoir. Rude travailleur, le père de famille ne compte pas la sueur qui tombe à grosses gouttes de son front de prolétaire ; avec son épouse dévouée et ses enfants sages, ils vivent en parfaite harmonie sans que nul nuage ne trouble le ciel serein de l'horizon familial. Or, au sein de ce doux cocon, un terrible drame a été évité de justesse (ce qui consacre au passage la pertinence du titre de ce billet). Imaginons un seul instant, en effet, que l'idée d'un meurtre collectif ait germé dans le cerveau de ce paisible père de famille ; qu'il ait découpé ses enfants avant des les congeler -car après c'est plus compliqué- puis qu'il ait coursé son épouse à la hache d'abordage et qu'il se soit ensuite immolé par le feu en direct devant les caméras de BFMTV. Or, il n'en est rien, et nulle pensée aussi morbide n'a effleuré le brave citoyen ; et je profite d'ailleurs de cette occasion pour le remercier de cette louable abstention. La ville respire et le soulagement de ses citoyens est palpable ; mais chacun ici sait que l'horreur a failli frapper à la porte.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication