Jacques Géraud
Publié le 01/12/2012

Le Siège de l'UMP


Le siège de l'UMP Moins fastueux que jadis le trône made in Giscardie de Jean-Bedel Bokassa, alias Bokassa Ier, voici (photo exclusive) le fauteuil présidentiel où Jean-François Copé s'apprête à prendre place, en dépit de la terrible guerre tribale dont son vaste bureau porte les douloureux stigmates. Les tirs de mortier des phalanges fillonistes ont fait un trou béant de la cheminée qui aurait dû envoyer la fumée blanche. Financièrement exsangue, l'UMP ne serait plus en état de restaurer le siège, ni même le trône de Copé Ier. L'ex-président de la République, ex-chanoine de Saint-Jean de Latran, a refusé de s'entremettre auprès de son ancienne paroissienne de Neuilly, Liliane Bettencourt, pour solliciter une enveloppe. Il n'a même pas consenti à prêter, pour la cérémonie du sacre, quelques uns des meubles ou des tapis des bureaux dont la République lui a donné la jouissance à vie, rue de Miromesnil. A défaut, selon nos informateurs, le nouveau président de l'UMP espère que d'autres images pathétiques, à paraître cette semaine dans le numéro de Paris-Match négligemment posé sur le fauteuil présidentiel, toucheront le coeur des Français, qui mettront la main, droite, à la poche. Reste que des attaques de commandos fillonistes incontrôlés sont encore à craindre, pouvant obliger les forces légitimistes à se replier autour de leur chef dans les caves du siège, emportant avec soi, fétiche copéiste, le fauteuil présidentiel si chèrement conquis.

Jacques Géraud est né, a fait des études sérieuses, voire un peu rasoir, ou barbantes, ou les deux, qui lui ont valu des titres ronflants, normalien, agrégé, qui l'ont conduit à enseigner les lettres en lycée, tout en écrivant des livres bizarres, tantôt refusés, tantôt publiés (P.O.L, PUF, Hugo&Cie/JBZ, l’Arbre Vengeur, Champ Vallon). Il a vécu un tiers de temps dans le Sud-Ouest, puis deux tiers à Paris, il effectue un quatrième tiers à Lyon, pour que ça fasse triangle dans l'hexagone. Il est chroniqueur (Culture) sur le Huffington Post.

Son dernier livre, chez Champ Vallon , 2015 : Photoroman en 47 légendes

Son blog : geronimots.blogspot.com

 

Plus de...

Jacques Géraud

 ! 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 3 novembre 2014 à 15:33

Qui crée quoi ?

Le Vatican va de l'avant

(AFP2) Le pape François vient de créer de toutes pièces, ex nihilo, comme Jéhovah créa le monde, la Congrégation pour les Idées Nouvelles, dont il a confié la direction au cardinal Mateo Falcone, 31 ans, archevêque de Vigata. Mgr Falcone, qui vient tout juste de recevoir le chapeau, s’est aussitôt attaqué à la grave question de la pluralité des mondes. Certes, il y a urgence, puisque les astrophysiciens découvrent tous les jours une nouvelle planète, et pour la plupart sont d’avis qu’il ne peut pas ne pas y avoir, dans la vastitude de l’Univers, des planètes habitées par des êtres pensants. Reste à savoir si c’est le Dieu de la Bible qui a créé ces planètes extra-solaires et leurs extra-terrestres habitants ? S’appuyant sur le texte de la Genèse, Mgr Falcone n’a pas eu peur de déclarer, dans le tout premier communiqué de la Congrégation dont il est le Préfet, que « Le Dieu de la Sainte Bible et de l’Église de Rome  n’y est pour rien » (sic), car « Les extra-humains ne sauraient être de son ressort. » Dans un récent entretien accordé au magazine Play Boy, s’agissant de savoir qui aurait créé ces êtres non-adamites, il a évoqué « l’action d’un autre Dieu, ou d’autres Dieux, opérant sur d’autres sites. » Il a même envisagé l’hypothèse d’une « guerre des Dieux », ajoutant que « le nôtre est le plus fort ». S’il ne s’est pas encore prononcé sur ces propos de Mgr Falcone, François vient de lui renouveler publiquement sa confiance, en lui pinçant familièrement l’oreille. Une encyclique est attendue qui devrait trancher, non pas ladite oreille, mais la lourde question théologique soulevée par le préfet de la nouvelle Congrégation.

Le 18 juin 2010 à 18:45

Les façons dont la femme et l'enfant accélèrent le pas dans les escaliers

(Chose vue)

La main de la femme est dans le dos de l’enfant, la pousse. La femme se penche, elle voit la rame de métro stationnée depuis longtemps maintenant. L’enfant accélère le pas tant bien que mal, ses yeux s’agrandissent et deviennent ronds, ils scrutent chacune des trop hautes marches pour ses petits pieds. La femme dit quelque chose dans une langue que l’homme ne comprend pas ; l’enfant tord la bouche et ses pieds sur les hautes marches alors l’autre main de la femme se colle contre le ventre de l’enfant. Les deux mains de la femme enserrent l’enfant et la soulèvent du sol. L’enfant tout contre la poitrine de la femme s’agrippe à son cou. La femme dévale d’un pas assuré les dernières marches. La femme court vers la porte encore ouverte avec l’enfant dans ses bras. La femme crie quelque chose à l’enfant. Les paroles de la femme se mélangent au signal sonore de la rame métropolitaine, l’homme ne l’entend pas. Les portes se ferment et la femme et l’enfant restent sur le quai. La femme dépose l’enfant sur le sol. L’enfant regarde le quai et la femme, le métro qui disparaît. L’enfant enfouit les deux mains dans les poches de ses pantalons, se retourne, regarde d’une drôle de façon la volée d’escaliers. Sur le quai, la femme trépigne et tape un peu du pied, regarde l’heure à sa montre, puis caresse doucement la tête de l’enfant. La femme dit encore quelque chose à l’enfant. La femme et l’enfant rient.

Le 6 février 2012 à 08:15

Gegenwinde

As-tu un peu de temps pour moi ? Alors je chante une chanson pour toi !

Mon contact à Vents Contraires, pour préserver son anonymat, appelons-le Zwanzighundert Derhahn, m'a demandé pour cette semaine une chronique « plus allemande ».   Exotique et mystérieuse, l'Allemagne est méconnue de bien des Français, ce qui est bien pratique, quand on est leur petit président, pour en profiter pour raconter n'importe quoi.   Pourtant, au-delà des clichés (en allemand : Klischee), nos cousins germains sont des gens sympathiques et joviaux, tous ceux qui ont déjà poussé la youtze au son des Schlager dans une cave bavaroise vous le diront. Et qui parlent une langue plus simple qu'il n'y paraît : alors qu'en français, inventer un mot est passible de lapidation immédiate sur la place publique, en allemand, il suffit d'en coller deux, comme ça, et hop, ni vu ni connu, avouez que c'est tout de même bien pratique.   Et les Allemands ne sont pas si rigoureux et organisés qu'on veut bien le dire, puisque leur pays s'appelle Germany, Allemagne ou Deutschland suivant d'où on en parle, au lieu d'avoir un nom semblable dans toutes les langues comme vous et moi.   D'ailleurs, s'ils pouvaient être un peu plus rigoureux et organisés, ils n'auraient jamais inventé les techno parade et le monde ne s'en porterait que mieux.   Frankfurter, Berliner, Hamburger : la moitié de leurs villes ont été baptisées d'après des trucs qui se mangent, preuve qu'ils portent bien plus d'attention qu'on ne veut bien le dire à la gastronomie.   Et finalement, ils ne gagnent pas toujours à la fin.

Le 25 janvier 2015 à 10:52
Le 16 mai 2013 à 08:21

Jurassique safari en Deutsch-Ostafrika

Histoires d'os 43

Dans les années 1880, à l'image de ses grands voisins français et britanniques, le tout jeune Empire germanique s'aventurait à son tour dans une ambitieuse politique coloniale. Elle devait aboutir à l'annexion de la Deutsch-Ostafrika (l'actuelle Tanzanie).  Ce processus de colonisation de l'Afrique orientale s'accompagnait évidemment d'installations de comptoirs commerciaux, de prospections minières... Mais aussi d'expéditions scientifiques. C'est ainsi qu'à partir de 1909, deux paléontologues allemands dirigèrent une série de campagnes de fouilles sur le site de Tendaguru, riche en fossiles du Jurassique. L'ampleur de ces travaux étaient à la mesure du délire colonial et de la logistique prussienne. Cinq cent ouvriers indigènes travaillaient sans relâche sur le site ce qui avait rendu nécessaire l'édification d'un village de brousse ainsi que la mise en place d'équipements collectifs concernant la gestion de l'eau, les soins hospitaliers et le stockage des découvertes. Plus de 180 tonnes de fossiles furent ainsi prélevés, transportés à dos d'homme jusqu'au port de Lindi, à environ 5 jours de marche, afin d'y être expédiés par voie maritime en Allemagne. Interrompu par la Première guerre mondiale, cet incroyable safari jurassique ne devait pas survivre aux ambitions impérialistes du deuxième Reich, défait en 1918. En revanche, une de ses découvertes les plus spectaculaires, en l'occurrence le Brachiosaurus brancai, survivrait aux bombardements de Berlin et à la chute du Troisième Reich. Ce géant herbivore se trouve toujours au Muséum, symbole d'une épopée dont il contemple le souvenir avec indifférence, du haut de sa petite tête au bout de son cou démesuré.

Le 6 septembre 2015 à 15:05

On n'arrête pas le progrès

Jusqu’à notre époque contemporaine, la notion de progrès permanent a rythmé  la vie de l’homme  mais elle n’est pas étrangère non plus à celle de la femme  dont la  cuisine est devenue le  lieu géométrique de technologies aussi pointues que  renouvelées.   Sans vouloir négliger le rôle grandissant des robots dans cet évident progrès,  rappelons  au passage  que la créature pourvue de tétons  donc  très naturellement nourricière est en  même temps  la mère de l’humanité et l’avenir de l’homme. Pour ces diverses raisons, elle est employée quasiment à plein temps tandis que son compagnon aux épaules poilues, ce musicien dans l’âme, éprouve le  besoin  de faire de nombreuses  pauses  qui ne sont pas dépourvues  de soupirs. C’est ainsi qu’un Opéra de type plaintif s’élabore quotidiennement au bar des Copains où l’homme refait le monde à partir du moment où les trente-cinq heures ont sonné l’heure de fermer le plumier du labeur et de clore l’échange avec d’éventuels  tireurs de sornettes. Mais dans cette démarche qui procède d’une ambition réduite aux acquêts de leurs nombriliques  points de vue,  ils ne savent pas ce qu’ils doivent à André Gide. En effet, portant un jugement définitif sur les progrès dus à  la connaissance  dans la Symphonie pastorale   ce dernier disait d’une performance féminine relative  qu’on peut reconnaître également  chez l’homme retrouvé assis sur un tabouret de bar   « Ses progrès en musique ont été surprenants,   maintenant elle tient l’orgue de la chapelle » Alléluia pour le  progrès   Claude Chanaud

Le 2 février 2012 à 09:03
Le 19 juillet 2011 à 11:40

Le ver est dans l'escalier

Samedi, je vais chez Henrillette, ma copine du Mans venue de Côte d’Ivoire. Elle habite un meublé derrière la place Kichy, comme elle dit, au septième. Sept étage à gravir avec le risque d’y trouver ce que l’humanité a de plus craspec, tout le monde en chie, surtout les gens de la Côte d’Ivoire qui n’étaient pas habitués à des habitats en hauteur. Je dis ça, je dis rien. Mais je me comprends. J’entame mon ascension et vois un gros ver dans l’escalier, menaçant comme un élu du PS qui serait passé à droite. Et aussi vilain. Pouah. Impossible de l’enjamber, un ver ça ne s’enjambe pas, je sais de quoi je parle. Je redescends fissa et me poste devant la loge. Soudain me saute aux yeux l’écriteau, péniblement calligraphié : la concierge est dans le fruit. Comment lui dire que le ver est dans l’escalier si elle-même est dans le fruit ? Un enfant antédiluvien s’interpose : Madame, moi je sais ce qu’il faut faire : il faut battre le ver pendant qu’il est chaud. Nullement motivée, je tente d’appeler Henrillette du Mans sur son iphone portable sans fil (son antique Tam-tam) mais pas de réponse, ce qui est normal car pour l’appeler, il est préférable d’utiliser le téléphone arabe. Je me dis tant pis, suis avalée par la bouche du métro qui rote quelques individus chelou dans ce quartier cramé et je file chez Serge Lama ou Arno Klarsfeld, je les confonds toujours, car j’éprouve l’irrépressible besoin de prendre un ascenseur, quel qu’il soit. Mais propre et en état de marche.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication