Recherche

(2 articles)
 
Les derniers articles
Le 6 décembre 2013 à 15:52

Marius von Mayenburg: "Nous sommes tous des voleurs impénitents"

Marius von Mayenburg, auteur et metteur en scène associé à la Schaubühne de Berlin, est un des auteurs les plus inventifs du moment. Joué partout en Europe et au-delà, il voit une de ses dernières pièces, Perplex, créée au Rond-Point dans une mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia. Pièce folle qui transforme le théâtre en jeu de quilles, écrite pour ses acteurs préférés et qui ont donné leur nom aux personnages qu'ils interprètent. Jean-Daniel Magnin – Il est passionnant de suivre, d'une pièce à la suivante, la façon dont tu réinventes la forme narrative pour raconter une histoire sur scène. Exemples les plus évidents, parmi tant d'autres : ce sont les personnages qui disent les indications scéniques, ou - comme dans Le Moche – différents personnages glissent en douceur sur le même acteur. Des innovations toujours en lien avec les enjeux de la pièce. Pour toi cette "modernisation permanente" de l'écriture théâtrale est-elle nécessaire ?Marius von Mayenburg – Je ne pense pas tant que ça à la forme. Je ne veux pas m'ennuyer, je veux jouer. La plupart du temps la forme va naître par nécessité. Ou du désir de travailler avec tel ou tel acteur.– Tu y réfléchis en amont ou ça se développe durant le processus d'écriture ?– Les deux. Ce processus démarre souvent bien avant que le premier mot soit couché sur la page.– Bien sûr tout a déjà été inventé. Cependant nombre de tes innovations ont été reprises par d'autres écrivains de théâtre. As-tu le sentiment d'être observé, attendu, voire même copié ?– Non. Nous sommes tous des voleurs impénitents. Le théâtre est un art parasitaire. Nous nous servons dans des films, dans les arts plastiques, la littérature. Et chez les artistes de théâtre. Nous volons intentionnellement et sans le faire exprès, le vol est si normal chez nous que la plupart du temps on ne s'en aperçoit même pas. C'est ainsi depuis toujours (Shakespeare etc.). Le théâtre est un art fugace, voilà pourquoi personne ne se sent coupable. Si quelqu'un estime qu'il y a quelque chose à voler chez moi, je m'en réjouis.– De nos jours de nombreux écrivains de théâtre s'écartent du dialogue traditionnel au profit d'une espèce de "partage du récit", où le théâtre devient plus ou moins la communication partagée d'une histoire ou d'un conte narré face public. Qu'en penses-tu ?– Je pense qu'il nous est de plus ne plus difficile de suivre un déroulement scénique qui représente la réalité comme une suite chronologique d'événements. On le ressent comme trop autoritaire. La narration à plusieurs d'une histoire répond à un point de vue sur une réalité que nous n'éprouvons plus comme une succession causale d'événements chronologiques, ordonnés selon une hiérarchie implacable. Nous la percevons plutôt comme un réseau d'événements simultanés qui se relativisent les uns les autres. Voilà pourquoi le récit se fragmente en plusieurs voix, souvent contradictoires. Il en résulte l'illusion d'un récit démocratique : ce qui est vérité ou mensonge, c'est au spectateur de le décider. Tout est relatif. Et donc relativisé. Conflits et rencontres sont évités. Si je trouve de telles expérimentations nécessaires, elles ne sont pas pour moi l'avenir du théâtre. – Le théâtre est-il pour toi éternel ? Existera-t-il encore dans cinquante ou cent ans ?– C'est si beau de voir les acteurs au travail. Pourquoi les gens devraient-ils cesser de faire ça ?– Dernière question : quel a été ton point de départ pour Perplex ?– Au départ c'était une frustration après un travail de mise en scène avec des acteurs qui m'avaient mis à bout de nerfs. Ensuite la nostalgie et le désir de retravailler avec mes acteurs préférés : Robert, Eva, Judith et Sebastian*. Alors je me suis assis et j'ai écrit la pièce pour eux. Et j'ai mis là-dedans tout ce que j'avais envie d'expérimenter avec ces comédiens. Et ensuite on l'a fait.*Eva Meckbach, Judith Engel, Robert Beyer, Sebastian Schwarz, comédiens de la Schaubühne qui ont donné leur nom aux personnages de la pièce mise en scène par Marius von Mayenburg Perplex, de Marius von Mayenburg, traduction Hélène Mauler et René Zahnd, L'Arche éditions Photo Iko Freese

Le 6 décembre 2013 à 15:51

Marius von Mayenburg: "Wir klauen alle ununterbrochen"

Jean-Daniel Magnin – Es ist für mich spannend zu beobachten, wie du von einem Stück zum nächsten narrative Formen erfindest, um eine Geschichte auf der Bühne zu erzählen. B Ist diese "permanente Modernisierung" des Theaterschreiben für dich notwendig ? Marius von Mayenburg – Ich denke nicht viel über die Form nach. Ich will mich nicht langweilen, ich will spielen. Meistens entsteht die Form aus einer Notwendigkeit. Oder aus dem Wunsch, mit bestimmten Schauspielern zu arbeiten.– Ueberlege du dich bevor oder entwikelt es sich während des Schreibenprozess ?– Beides. Der Schreibprozeß beginnt meistens schon lange bevor das erste Wort auf dem Papier steht. – Natürlich ist alles schon erfunden worden. Trotzdem viele deiner Innovationen wurden von andere Autoren aufgenommen. Hast du das Gefühl, beobachtet, erwartet oder sogar kopiert werden zu sein ?– Nein. Wir klauen alle ununterbrochen. Das Theater ist eine parasitäre Kunst. Wir bedienen uns beim Film, bei der bildenden Kunst, bei der Literatur. Und bei den anderen Theatermachern. Wir klauen mit Absicht und aus Versehen, das Klauen ist so normal, daß wir es meistens gar nicht merken. Das war immer schon so (Shakespeare undsoweiter). Das Theater ist eine flüchtige Kunst, deshalb hat niemand ein schlechtes Gewissen. Ich freue mich, falls jemand meint, das es bei mir etwas zu klauen gibt.– Im Gegensatz zu traditionnellen Dialogen gibt es heute bei vielen Autoren immer öfter eine Art von "geteilter Erzählung": wo die Geschichte oder das Märchen von verschiedenen Schauspielern dem Publikum frontal erzählt wird. Was denkst du davon ?– Ich denke, daß wir Schwierigkeiten haben, einem Bühnengeschehen zu folgen, das Wirklichkeit als chronologische Abfolge von Ereignissen darstellt. Man empfindet das als zu autoritär. Das gemeinsame Erzählen einer Geschichte entspricht einer Perspektive auf unsere Wirklichkeit, die nicht mehr von einer chronologischen, kausalen Entwicklung von Ereignissen geprägt ist, die zwangsläufig hierarchisch geordnet ist, sondern von Wahrnehmung unserer Wirklichkeit als Netzwerk von gleichzeitigen Ereignissen, die sich gegenseitig relativieren. Deshalb wird die Erzählung in viele, sich teilweise auch widersprechende Stimmen fragmentiert. Dadurch entsteht eine Illusion von demokratischem Erzählen: was wahr oder gelogen ist, muß der Zuschauer selbst entscheiden. Alles ist relativ, beziehungsweise relativiert. Konflikt und Begegnung wird vermieden. Ich finde solche Experimente des Erzählens notwending, aber ich halte sie nicht für die Zukunft des Theaters. – Ist das Theater für dich ewig ? Wird es noch immer in fünfzig oder hunder Jahre geben ? Warum ?– Es ist schön, Schauspielern bei der Arbeit zuzusehen. Warum sollten die Menschen aufhören, das zu tun?– Letzte Frage : welche war am Anfang der Arbeit der Ausgangspunkt für Perplex ? – Der Anfang war die Frustration über eine Regiearbeit mit Schauspielern, die mir auf die Nerven gegangen sind. Und die Sehnsucht, mit meinen Lieblingsschauspielern zu arbeiten: mit Robert, Eva, Judith und Sebastian. Also habe ich mich hingesetzt und ein Stück für sie geschrieben. Und ich habe alles reingeschrieben, was ich gerne mit diesen Schauspielern proben wollte. Und das haben wir dann gemacht. Foto Iko Freese

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Pascal Blanchard : Pourquoi la France est incapable d'avoir un musée de la colonisation ?
Live • 17/02/2017
Carte blanche au Bondy Blog : Ecrire ensemble
Live • 14/02/2017
François Ruffin : répétition générale publique avant son premier meeting pour les législatives à Flixecourt
Live • 08/02/2017
L'avocat William Bourdon et Antoine Deltour, lanceur d'alerte du Luxleaks
Live • 03/02/2017
Edgar Morin
Live • 02/02/2017
Tous les podcasts
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication